[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    La police des polices saisie après la plainte d’un étudiant

    Violences-Policières

    Brève publiée le 14 mai 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/la-police-des-polices-saisie-apres-la-plainte-d-un-etudiant-dans-le-val-d-oise_1907861.html

    L'IGPN a été saisie après la plainte d'un étudiant de 22 ans, dénonçant des violences policières lors de son interpellation à Cergy-Pontoise, dans la nuit du 4 au 5 mai.

    Il dénonce "une pluie de coups". Pierre B., 22 ans, étudiant en 4e année en école d'ingénieurs, affirme avoir été victime dans la nuit du 4 au 5 mai, de graves violences commises par des policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) à Cergy-Pontoise. Il aurait été interpellé de façon très brutale par les forces de l'ordre. 

    D'après son récit, il était en train de rouler un joint dans la rue, après une soirée avec des amis, lorsque deux hommes en civil sortent d'une voiture pour le contrôler. Pierre B. leur demande alors de montrer qu'ils sont policiers et, d'après Me Pioli, son avocate, "les coups commencent à pleuvoir, un policier l'étrangle pendant que l'autre le frappe". 

    Coups dans les parties génitales

    Les policiers entament alors une fouille durant laquelle l'un d'eux "lui met la main dans le pantalon et serre très fort ses parties génitales", relate encore Me Pioli. Un fait qui rappelle inévitablement l'affaire Théo, victime présumée d'un viol commis par un policier avec sa matraque. 

    Les amis de l'étudiant essaient tant bien que mal de raisonner les policiers, en répétant que Pierre B. ne résiste pas, en vain, décrit l'avocate. Une fois au commissariat, l'étudiant affirme au Parisien avoir de nouveau été "frappé au visage" avant de recevoir "trois coups de genou au niveau des testicules". "Je me souviens avoir cherché du regard le secours d'autres policiers, explique-t-il également. Mais deux d'entre eux ont fait semblant de ne rien voir." 

    Pierre B. a déposé plainte pour "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique" et "non-assistance à personne en danger". Le parquet de Pontoise a été informé du dossier. "Des investigations sont en cours et l'Inspection générale de la police nationale (l'IGPN) a été saisie", a-t-il indiqué.