[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Bure: Étude d’impact requise au bois Lejuc

    écologie

    Brève publiée le 3 juillet 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.estrepublicain.fr/actualite/2017/07/03/etude-d-impact-requise-au-bois-lejuc

    Avec le retrait d’une décision de l’Autorité environnementale (Ae), les adversaires au projet Cigéo de stockage profond des déchets nucléaires marquent un point. Un nouveau dans leur opposition judiciaire ou administrative contre les avancées de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs).

    Dans sa décision du 1er août 2016 qui stoppait les travaux, en considérant qu’il s’agissait de défrichement, au bois Lejuc à Mandres-en-Barrois (Meuse), le TGI (tribunal de grande instance) de Bar-le-Duc, outre qu’il ordonnait une remise en état dans les six mois des parcelles concernées, rappelait la nécessité d’obtenir une autorisation en bonne et due forme.

    L’Andra qui en a déposé une, se satisfaisait de ne pas devoir effectuer d’étude d’impact pour toutes ses investigations géotechniques. Sollicitée, l’Ae l’a confirmé à deux reprises. Une première fois en novembre 2016, puisque de nouveau le 22 mars après que l’Andra a requis un second avis, suite à la création, fin 2016, d’une ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique) qui englobe le bois Lejuc.

    Estimant que cette dernière décision contrevenait au code de l’environnement comme à des directives européennes, quatre associations : le Réseau Sortir du nucléaire, BureStop 55, Meuse Nature Environnement et MIRABEL-Lorraine Nature Environnement ont déposé un recours le 19 mai. Et ils ont obtenu gain de cause avec le retrait de la décision de l’Ae en date du 28 juin.

    Celle-ci considère qu’il faut toujours soumettre à étude d’impact « les forages de plus d’un an effectués pour la recherche des stockages souterrains des déchets radioactifs quelle que soit leur profondeur ». Bref que le programme de caractérisation présenté s’intègre bien dans le cadre du projet de Cigéo, et de l’établissement de ses installations. Il n’aurait pas dû faire l’objet d’une décision de l’Ae, obligeant l’Andra à revoir ses plans.

    Pour le Réseau Sortir du nucléaire : « Les associations et opposant(e) s à Cigéo se félicitent de cette décision, qui vient confirmer que le bois Lejuc ne peut être détruit ainsi et [légitime] une occupation destinée à le préserver ».