[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    FO: Mailly désavoué ! Une majorité d’UD appelle au 12 septembre

    Mailly

    Brève publiée le 8 septembre 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.liberation.fr/france/2017/09/07/ordonnances-penicaud-fo-toujours-plus-fracturee_1594814

    Alors que la direction de Force ouvrière refuse de battre le pavé le 12 septembre avec la CGT et Solidaires contre la réforme du code du travail, 52 unions départementales et huit fédérations professionnelles de l'organisation appellent quand même à défiler.

    Coup dur pour Jean-Claude Mailly. Selon nos informations, plus de la moitié des unions départementales (UD) de Force ouvrière en métropole, 52 précisément (1), appelaient, jeudi en fin d’après-midi, à manifester mardi avec la CGT, la FSU et Solidaires, contre les projets d’ordonnances Pénicaud réformant le code du travail. Et ce, en opposition avec le refus affiché par leur secrétaire général d’appeler à défiler ce jour-là.

    En plus des UD, huit fédérations ont également lancé un appel en ce sens : Feets (équipement, environnement), Transports, Chimie, Cheminots, Mines Energie, Fnec-FP (enseignement, culture), Fage (administration générale), et Fnas (action sociale). Cinq autres fédérations se seraient positionnées en ce sens, mais «pas de façon explicite», explique une source interne à l’organisation syndicale : SPS (santé), FGF (fonctionnaires), FEC (employés et cadres), FO Com et Bâtiment.

    Pression

    Au siège de la confédération, où l’on affirme «ne pas tenir les comptes», on minimise l’importance de ce chiffre. «Il y a des appels explicites, mais aussi de simples soutiens. Dans certains départements, par exemple, l’UD a fait un communiqué pour soutenir les syndicats FO qui localement, ont décidé d’aller à la manif. Mais ces syndicats FO le font parfois, dans certaines entreprises, sous la pression de la CGT», explique Yves Veyrier, de la direction. «Quoi qu’il en soit, ce n’est pas notre sujet, nous n’avons aucun état d’âme, poursuit ce dirigeant confédéral. On se félicite d’avoir obtenu ce qu’on a obtenu, même si on dénonce un certain nombre de points que l’on a qualifiés de "régressions sociales". Après, si la CGT avait été plus présente aux côtés de FO dans la concertation, on aurait eu un texte plus équilibré.»

    Lundi dernier, la commission exécutive s’était déjà fendue d’un communiqué, âprement discuté en son sein, qui allait beaucoup plus loin dans la condamnation des ordonnances que ce qu’exprimait jusqu’ici Jean-Claude Mailly. Mais sans appeler à défiler mardi. Reste que si la pression en interne continue de monter, et que la journée de mardi est un succès, la position de la direction pourrait difficilement ne pas évoluer. Notamment avant la réunion du comité confédéral national (qui réunit les responsables des UD et des fédérations), les 28 et 29 septembre, où les frondeurs ne devraient pas manquer de se faire entendre.

    (1) les unions départementales 01, 03, 10, 12, 15, 17, 21, 22, 23, 25, 27, 28, 29, 30, 32, 33, 35, 36, 37, 38, 40, 42, 43, 44, 45, 47, 49, 50, 51, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 60, 61, 62, 63, 66, 72, 73, 74, 75, 79, 85, 88, 89, 91, 92, 93, 94, et l’Urif (union Ile-de-France).