[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Manif à Paris contre "l’état d’urgence permanent"

    état-d-urgence

    Brève publiée le 11 septembre 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (afp) Des centaines de personnes ont manifesté dimanche à Paris contre "l'instauration d'un état d'urgence permanent" avant l'examen du projet de loi antiterroriste courant septembre à l'Assemblée nationale, d'après l'AFP.

    "Fouilles, perquiz', assignations. L'état d'urgence ne fera pas la loi !", "état d'urgence, Etat policier, on nous empêchera pas de manifester", ont scandé les quelque 600 manifestants, selon la préfecture de police de Paris, qui ont marché du Père Lachaise jusqu'à la place de la République.

    Certains manifestants arboraient de petites pancartes : "Liberté, j'écris ton NON à l'état d'urgence", ou encore "il n'y a pas que les indemnités qui vont être plafonnées, les libertés aussi", en référence à la réforme annoncée du Code du travail.

    La secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature, Katia Dubreuil, a dénoncé un "tour de passe-passe" du gouvernement, quand le candidat Emmanuel Macron avait affirmé durant la campagne présidentielle qu'il mettrait un terme à cette mesure d'exception.

    Le projet de loi antiterroriste ne scelle "pas du tout la fin de l'état d'urgence", a-t-elle lancé. "Au contraire, il va être pérennisé. Il va entrer dans le droit commun. Si ces lois sont votées, on va entrer dans l'état d'urgence permanent", a regretté cette juge d'instruction.

    Après son adoption au Sénat en juillet dernier, le projet de loi, destiné à prendre le relais au 1er novembre du régime exceptionnel de l'état d'urgence, doit être discuté à partir de mi-septembre à l'Assemblée nationale.