[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Zad de NDDL : 5 jours de résistance à l’intervention militaire

NDDL Répression

Brève publiée le 12 avril 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://reporterre.net/Zad-de-Notre-Dame-des-Landes-4-jours-de-resistance-a-l-intervention-militaire

Lundi 9 avril, le gouvernement a envoyé 2.500 gendarmes mobiles et des engins blindés expulser les « occupants illégaux » de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Voici les articles de Reporterre consacrés à cette semaine de violence.

La Zad et la guerre civile mondiale


1er jour : La Zad de Notre-Dame-des-Landes sous le choc de l’évacuation


En évacuant la Zad, l’État serait dans l’illégalité


VIDÉO - Pour Vandana Shiva, la Zad montre « comment cultiver le futur »


À Belleville, dans le métro, à Tolbiac… à Paris, la « Zad est lumière »


José Bové : « En évacuant des lieux symboliques, l’État ne fait que renforcer la détermination de tout le monde »


2e jour : Expulsions sur la Zad : l’intervention militaire commence à patiner


L’École des hautes études EHESS occupée à Paris en soutien à la Zad


« Contre l’invasion militaire d’un État destructeur », les soutiens des zadistes se sont retrouvés à Paris

3e jour : Sur la Zad, la difficile résistance se poursuit face au rouleau compresseur des gendarmes


Association de malfaiteurs


Ce que vous ne pourrez pas détruire


Stoppez tout avant qu’il ne soit trop tard !


4e jour : Macron lâche du lest


Puisque vous êtes ici...
... nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.
Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte - car il est aussi peut-être le vôtre.

« Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre - et cela ne prend qu’une minute. Merci. Soutenir Reporterre