[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Avec le Barça pour une Catalogne libérée de l’oppression espagnoliste !

Catalogne

Brève publiée le 22 avril 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://npaherault.blogspot.fr/2018/04/la-republique-de-catalogne-et-letat.html


Finale de la Coupe d'Espagne, appelée Coupe du...Roi !

La Catalogne écrase le Régime monarchique de ses sifflets et cris en faveur de la liberté et l'indépendance ! 
 

Vidéos des assourdissants sifflets contre le Roi et l'hymne espagnol lors de la finale de la Coupe.Cliquer ici
 

Rien n'y a fait, ni les filtrages policiers pour confisquer les "esteladas" (drapeaux indépendantistes) ou les tee shirts jaunes de la solidarité avec les prisonniers politiques, ni la sono poussée à fond au moment où a retenti l'hymne espagnol... Les gradins occupés par les supporteurs du Barça ont brillé jaune soutenu, les drapeaux étoilés et les sifflets insolents ont renvoyé l'image et le son d'une masse déchaînée pour proclamer son soutien aux emprisonné-es et à la Catalogne républicaine contre l'Etat espagnol des oppressions ! Plus que jamais, en plein Madrid, le coeur de cible aura été l'Illégitime, ce Roi, présidant la manifestation sportive, qui est l'incarnation d'une démocratie bancale,vermoulue de tant de corruption, en dérive liberticide accélérée et terriblement antisociale. Ce fut un grand moment politique qui s'ajoute à la série des déconvenues politiques et judiciaires de la caste du régime. Tout cela n'inverse pas encore le rapport de force imposé par le sauvage 155 et la vague répressive qui s'est abattue sur le pays catalan. Mais la voie est là, par le détour d'un grand moment sportif, qui doit engager lareconstruction de la riposte politique et sociale permettant que tous et toutes "tirent fort par ici, tirent fort par là, pour qu'il soit sûr que ce régime, accroché à son pieu, tombe, tombe, tombe et que tous et toutes puissent se libérer " (1)


(1) 

Cliquer ici 
 

Cliquer ici

« L’Estaca » (Le pieu) devient rapidement l’hymne de
toutes les revendications catalanes (l’hymne
catalan étant Els Segadors).
En 1969, Lluis Llach grave son premier vrai album, « Les
seves primeres cançons », qui se vend à plus de
100 000 exemplaires.
L’année suivante il se produit à Madrid pour
une série de concerts prestigieux au Théâtre
Espagnol. Et là, les ennuis commencent. Sa
popularité naissante attire sur lui les foudres
du pouvoir franquiste. « Tous les textes interprétés en
public devaient être préalablement soumis à la
censure, raconte Louis Monich de Radio-France
Roussillon, qui assistait au spectacle. Cette
fois-là,  « L’estaca » a été interdite et Lluis Llach
au garde-à-vous devant le micro, l’a expliqué
au public pendant que son pianiste jouait le
refrain. Trois mille personnes ont alors entonné
  « L’estaca » alors que Llach restait muet pour se
conformer à l’interdiction (sources Mondomix).

Lluis Llach, qui ne chante plus, a été député indépendantiste au Parlament catalan,dernièrement pour Junts pel Sí, mais lors de la dernière législative (21 décembre), il a décliné d'y participer car, tout en reconnaissant que des listes indépendantistes séparées pouvaient être efficaces électoralement parlant, son engagement politique ne pouvait avoir sa raison d'être qu'à travers "une liste très, très unitaire".

Humour finlandais
 

 Le député finlandais Mikko Kärnä, qui a été l'un des premiers élus européens à dénoncer le sort fait à la Catalogne en lutte par les autorités espagnoles, a ironisé sur la chasse au jaune faite par la police à l'entrée du stade où devait avoir lieu la finale de la Coupe du Roi : "Selon moi, l'Espagne a perdu le match. Et largement. C'est en effet un Etat qui a décrété la couleur jaune couleur terroriste et qui n'accepte pas les personnes dont lesvêtements affichent cette couleur, c'est bien ça ? Orwell n'avaitpas vu venir la chose". Ce député a, par ailleurs, indiqué qu'il était surveillé, dans son pays (!), par les services de renseignement espagnol. Pour avoir décidé, lors de l'arrestation de la militante des CDR accusée de terrorisme, d'adhérer à un CDR ? Cliquer ici
 

Trêve d'humour...

En prévision de ce qui risquait d'arriver à cette finale de la Coupe, à savoir les sifflets, devenus une tradition, mais annoncée plus vive en ce moment 155, contre le Roi présent dans le stade, le Ministre de l'Intérieur a émis un tweet qui laisse rêveur : il égrène ce que, selon lui, le Code Pénal, définit comme terrorisme. Il se trouve que tout délit grave (notion éminemment imprécise) visant la Couronne en relève ! L'avocat desconsellers (ministres du Govern) exilés, Gonzalo Boye, s'est fendu d'une question sur Twitter : "Vous imaginez ce qu'on dirait en Europe si Erdogan avait rédigé un tel tweet ?". Cliquer ici
 


Le député de l'ERC au Congrès Gabriel Rufián , connu pour sa causticité, a riposté, concernant le terrorisme en ces termes : "Est terroriste la vente d'armes à Ryad [à laquelle vient de procéder le gouvernement avec une implication directe du Roi] et non pas le fait de siffler un hymne à Madrid". Cliquer ici