[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Motion votée par l’AG des cheminots de Paris Nord, puis par la réunion inter-gares

SNCF

Brève publiée le 14 mai 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Nous, cheminotes et cheminots réunis à l'AG interservices de Paris Nord le 14 Mai 2018, réaffirmons notre refus du pacte ferroviaire, notre refus de négocier les conditions dans laquelle la SNCF serait demantelée et privatisée, le personnel transféré et le statut supprimé. Le retrait sans amendements ni négociations de cette loi est le seul préalable à l'ouverture d'une véritable discussion pour améliorer le service public du rail, les conditions de travail des cheminots et l'extension du statut à tous les travailleurs du rail.

Ce 14 mai est une réussite en terme de mobilisation, les chiffres nationaux montrent à quel point les cheminots refusent cette réforme malgré la propagande de la direction et du gouvernement. Après plus d'un mois de grève, la mobilisation reste intacte, c'est un fait indéniable n'en déplaise aux défaitistes qui clamaient la fin du mouvement.

Malgré le succès, si nous voulons gagner ce combat, nous ne pouvons pas nous contenter de quelques grosses journées au milieu d'un mois de grève. Il nous faut une grève qui gagne en puissance, qui dépasse le cadre de la SNCF pour servir de point d'appui à tous les autres secteurs du mouvement ouvrier public ou privé car notre ennemi est avant tout ce gouvernement libéral, destructeur et casseur de grève.

C'est pourquoi nous appelons l'intersyndicale à durcir la grève et proposer la reconduction du mouvement dès le 24 Mai par période de 24h décidée dans les AG. Il est temps de réellement bloquer l'entreprise et de faire ravaler à la direction sa propagande.

C'est pourquoi nous proposons à l'ensemble des confédérations syndicales d'appeler à une journée interprofessionnelle nationale de grève et de manifestation contre la réforme du ferroviaire. Car si les cheminots gagnent cela peut ouvrir de belles perspectives pour tous les travailleurs.

C'est pourquoi dans la recherche d'une grève générale nécessaire pour faire plier le gouvernement, nous demandons aux fédérations cheminotes d'appeler à la grève et à la manifestation le 22 mai, en même temps que la fonction publique, car nos luttes coïncident et doivent se rejoindre.