[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Australie. La marche de Melbourne

Australie

Brève publiée le 15 mai 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://alencontre.org/oceanie/australie/australie-la-marche-de-melbourne.html

Par Jerome Small

Le mercredi 9 mai 2018, le plus grand rassemblement syndical depuis plus d’une décennie a traversé le centre de Melbourne, la deuxième plus grande ville d’Australie.

La manifestation faisait partie de la campagne «Change the Rules» (Changer les règles du jeu) coordonnée par la principale organisation syndicale australienne: l’Australian Council of Trade-Unions (ACTU). La campagne vise le travail précaire, les augmentations salariales inférieures à l’inflation et les lois industrielles restrictives de l’Australie, certaines des plus répressives du monde capitaliste avancé. Les syndicats australiens n’ont pas le droit de grève en dehors de la période de négociation des conventions: le principal syndicat de la construction, par exemple, a récemment reçu 2,4 millions de dollars d’amendes pour une grève de deux jours visant à protéger un délégué injustement licencié et une amende de 240’000 dollars pour un débrayage d’«environ dix minutes» sur un chantier de Melbourne.

La campagne met également en lumière le pouvoir des entreprises et la fraude fiscale (une grande entreprise sur trois en Australie n’a pas payé d’impôts l’année dernière) au cours d’une période qui est fort susceptible d’être une année électorale. La filiale locale d’ExxonMobil, Esso, est devenue une cible clé de la campagne, après qu’une tentative de réduire les salaires et de péjorer les conditions de travail des employé·e·s de maintenance a déclenché un conflit social qui dure depuis près d’un an. Esso n’a pas payé d’impôts en Australie depuis trois ans.

Mercredi 9 mai, des dizaines de milliers de travailleurs de la construction, la base des mobilisations syndicales à Melbourne pendant de nombreuses années, ont laissé les chantiers en plein essor de la ville vides alors qu’ils défiaient le droit industriel et s’arrêtaient de travailler pour la journée afin de se rassembler dans les rues. Ils ont été rejoints par des contingents de grévistes du port de Melbourne, le terminal à conteneurs le plus fréquenté d’Australie, qui ont également débrayé au mépris de la législation du travail.

D’autres groupes de salarié·e·s des ateliers du chemin de fer de Ballarat [importante ville de l’Etat de Victoria], de l’Université de Melbourne et du Bureau de météorologie du gouvernement – tous impliqués dans des conflits de longue date à propos d’accords contractuels – ont pris des initiatives syndicales, protégées par la loi, pour rejoindre la manifestation. L’un des contingents les plus impressionnants était celui du Syndicat national des travailleurs (National Union of Workers-NUW), où des délégations de travailleurs de la logistique, pas en service, ont été rejointes par des centaines de travailleurs agricoles nouvellement organisés, dont beaucoup étaient en grève pour la première fois. La campagne du NUW pour syndiquer les travailleurs de l’industrie alimentaire (produits frais), dont le chiffre d’affaires est de plusieurs milliards de dollars, est l’une des rares campagnes systématiques de syndicalisation en Australie aujourd’hui.

La majorité écrasante de la manifestation, cependant, était composée de petites délégations provenant d’un vaste éventail de lieux de travail, qu’il s’agisse de cols blancs ou de cols-bleus. Bien que la plupart des syndicats n’aient pas demandé aux salarié·e·s de faire la grève, le taux de participation a démontré que si les syndicats font l’essentiel – lancer un appel clair à l’action, appeler les délégués, envoyer des messages (SMS) aux membres et tenir des réunions sur le lieu de travail – le mouvement peut quand même délivrer un coup de poing.

La marche s’est arrêtée dans le quartier du tribunal de la ville, où les dirigeants syndicaux de la construction John Setka et Shaun Reardon font face à un tribunal cette semaine suite à des accusations de «chantage» qui pourraient les voir emprisonnés pour une période pouvant aller jusqu’à quinze ans. Il s’agit d’un nouveau défi juridique sérieux. Les syndicalistes qui émettent une menace d’action au cours d’un conflit portant sur une convention collective risquent maintenant d’être frappés par de graves accusations pénales.

Les médias dominants ont estimé la foule à une centaine de milliers de personnes, ce qui en fait facilement la plus grande mobilisation syndicale depuis les sommets de la campagne «Vos droits au travail» («Yours Rights at Work») de l’ACTU en 2005-2007, déclenchée par l’ensemble de contre-réformes de la législation du travail «WorkChoices» [Choix professionnels] du gouvernement conservateur. WorkChoices a permis aux employeurs de supprimer des droits élémentaires tels que les sanctions/amendes pour heures supplémentaires [non convenues], le travail posté (par équipe), les primes, les pauses, le temps minimal de repos lors du changement d’équipe, tout cela en échange d’augmentations de salaire ridicules de l’ordre de moins de 20 centimes (CHF) de l’heure. Les mobilisations syndicales dans la rue et les campagnes électorales ont joué un rôle crucial dans la défaite du gouvernement aux élections de 2007, le premier ministre John Howard subissant l’humiliation de perdre son propre siège parlementaire.

Mais le sort de la campagne syndicale contre «WorkChoices» n’a pas servi seulement d’inspiration, mais aussi de mise en garde pour ceux et celles rejoignent la mobilisation pour les droits syndicaux une décennie plus tard. Bien que 2005 ait vu les plus grandes mobilisations de la classe ouvrière de l’histoire de l’Australie, les mobilisations régulières et les grèves ont cédé la place à une action purement électorale. «Your Rights at Work–Worth Fighting For» [«Vos droits sur le lieu de travail–Luttez, cela en vaut la peine»] s’est transformé en «Your Rights at Work–Worth Voting For» [Vos droits sur le lieu de travail–Votez, cela en vaut la peine»]. Et la campagne s’est évanouie lorsque le nouveau gouvernement, dirigé par le Parti travailliste (Australian Labour Party-ALP), a pris le pouvoir. Comme le souligne tout le monde, de l’extrême gauche au quotidien de Melbourne Age, la législation du travail contre laquelle les travailleurs et les travailleuses protestent aujourd’hui est, en grande partie, des lois de l’ALP, le gouvernement à l’époque. Tout en supprimant certains des aspects les brutaux des attaques de «WorkChoices», l’ALP a laissé en place les strictes restrictions portant sur l’action syndicale et d’autres droits sur le lieu de travail.

Le mouvement syndical australien est largement conscient de ces limites. Mais à en juger par les discours du 9 mai, ne s’exprime pas la volonté d’imposer des revendications spécifiques en direction de l’ALP, ou d’envisager la poursuite d’une telle campagne syndicale dans la perspective d’une potentielle accession au gouvernement de l’ALP [actuellement un gouvernement libéral est au pouvoir]. La démonstration spectaculaire du pouvoir des travailleurs et travailleuses à Melbourne, cette semaine, montre qu’il n’y a aucune raison pour le mouvement syndical de se contenter d’être au second rang, cette fois-ci. (Article datant du 10 mai 2018, publié par Jacobin; traduction A l’Encontre)