[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Tract Ford Convergence

Brève publiée le 13 juin 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Tract distribué ce matin aux portes de l'usine par une quinzaine de Ford, cheminots Sud-Rail, CGT et non syndiqués

Ford-Cheminots-Sécu, public-privé

Mêmes attaques, même riposte : tous ensemble !

Combien d’argent public au total a été distribué à la multinationale Ford depuis 1973 ? Pour un site qui a compté jusqu’à 4000 emplois !

Ford a reçu près de 50 millions d’euros pour maintenir 1000 emplois du 24 mai 2013 au 24 mai 2018, soit 833 euros par mois par salarié pendant 5 ans ! Tout cela pour au final fermer l’usine, c’est scandaleux !

Aujourd’hui, il n’y a plus que 830 emplois, en comptant environ 3000 emplois induits sur la région. C’est une catastrophe économique et humaine qui s’annonce ! Toutes ces années Ford a menti aux salariés, aux pouvoirs publics, à tout le monde, sa décision de fermer sa seule usine en France est prise de longue date ! La multinationale n’a aucun argument qui justifie cette décision. Ford c’est 8 Milliards de dollars de profits en 2017 et un carnet industriel qui n’a jamais été autant fourni ! C’est une décision stratégique et politique.

Et puis que va devenir l’usine GFT voisine (Magna/Ford) ? Quel sort leur réserve Ford l’unique client et décideur de cette usine Girondine ? Nul doute qu’ils sont en danger aussi ! Ça serait la fin de l’industrie automobile en Gironde.

Des pouvoirs publics qui disent ne pouvoir rien faire pour empêcher Ford de fermer l’usine, les mêmes ont toujours pu donner des aides publiques sans contrepartie, l’accord des 1000 emplois n’a jamais été respecté, puisque nous sommes 830 salariés aujourd’hui. Et c’est le syndicat CGT qui avait attaqué en justice et fait condamner la multinationale !

Une fois de plus la preuve est faite que les aides publiques aux multinationales qui font des profits ne créent pas les emplois, au contraire. L’argent va aux actionnaires toujours plus gourmands !

Tout cet argent public devrait contribuer au maintien d’un service public de qualité, au contraire, l’État demande toujours plus d’efforts, d’économies qui se traduisent par le gel des salaires des fonctionnaires, des suppressions d’emplois environ 12 000 à 13 000 postes en moins dans les organismes de la sécu (URSSAF, CARSAT, CAF, CPAM, disparition du RSI) entre 2018 et 2022, à la poste c’est environ 10 000 emplois sacrifiés par an ! Que dire de l’hôpital, où on ferme des maternités, des urgences (fermeture des urgences de l’hôpital Saint-André Bordeaux en 2021) !

Comme si ça ne suffisait pas le gouvernement s’attaque aux cheminots et à leur statut ! Cette réforme ferroviaire est une attaque sans précédent, et si elle aboutit, elle sera lourde de conséquences ! La logique des profits va prendre le dessus sur un service public de qualité. Des lignes régionales qui desservent (comme le Verdon-Bordeaux) la ruralité et permettent aux travailleurs de se rendre sur leur lieu de travail sont menacées au détriment des grandes lignes !

Que reste-t-il du fret aujourd’hui ? Il ne transporte uniquement ce qui ne transite pas par la route au détriment de l’environnement ! Alors que c’est un moyen de transport qui aurait dû se développer, s’adapter pour qu’un maximum d’usagers et d’entreprises puissent en bénéficier, mais une politique inverse a été menée, et jusqu’où cela ira ?

Les politiques qui sont en place sont aberrantes, destructrices et criminelles.

Ce ne sont pas que les cheminots qui sont attaqués, mais les usagers aussi, nous savons où mènent ces politiques, comme le rail en Angleterre où les prix ont explosé, l’insécurité augmentée…. Ils sont aujourd’hui dans une démarche inverse, et veulent renationaliser des lignes de fret !

En s’attaquant aux cheminots, le gouvernement veut également envoyer un message à tous ceux qui résistent et veut en finir de toutes les résistances !

Aujourd’hui, un(e) Ford, un(e) postier(e), un(e) hospitalier(e), un(e) chômeur(se), un(e) retraité(e), un(e) étudiant(e), un(e) fonctionnaire…coûtent trop cher ! Nous sommes tous victimes de la même politique !

Seule une réponse collective changera la donne.

------------------------------

Mobilisation ce mercredi 13 juin 2018

On ne lâche pas !

Non à la fermeture de l’usine, sauvons les emplois

A l’occasion du Comité de Suivi avec l’État, les pouvoirs publics, les élus locaux, les syndicats et les dirigeants de Ford Europe, il est important, il est même vital que les salarié.e.s et leurs soutiens se mobilisent.

Nous ne pouvons pas rester sans rien faire, nous ne devons pas subir les évènements. La politique de Ford est inadmissible, l’hypocrisie de l’État est aussi inacceptable.

C’est à nous salarié.e.s, à nous les habitant.e.s, les salarié.e.s aux alentours, du public, du privé, à nous les réseaux militants à agir et nous solidariser maintenant.

Les rendez-vous de ce mercredi :

  • Au tram de 7h56 en gare de Blanquefort.
  • À 8h30 place des quinconces (arrêt des tram)

Pour aller en cortège à la préfecture (lieu du Comité de Suivi).

  • Rassemblement à partir de 9h devant la Préfecture.
  • A partir de midi, barbecue des cheminots devant la gare St Jean.