[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Benalla, du pouvoir et des privilèges hallucinants

    Benalla

    Brève publiée le 23 juillet 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.lexpress.fr/actualite/politique/alexandre-benalla-les-secrets-du-m-securite-du-president_2027183.html

    Passe-droits, travaux somptuaires dans une résidence de la République... Tout lui était permis, jusqu'au sentiment de toute-puissance.

    La mise à l'écart de la justice (jusqu'aux révélations du Monde), mais aussi la manière dont les pouvoirs régaliens visant à l'ordre et à la sécurité de la présidence ont été organisés autour d'Alexandre Benalla : voilà comment l'affaire s'est muée en scandale d'Etat. Mis en examen depuis dimanche 22 juillet par un juge d'instruction chargé de démêler l'écheveau des responsabilités dans le tabassage de manifestants, le 1er mai dernier, Alexandre Benalla, 26 ans, n'était sur le papier qu'un obscur collaborateur, un jeune militant porté par la victoire de son mentor en mai 2017.  

    Mais le petit "adjoint au chef de cabinet" - car tel était son titre officiel jusqu'à qu'il soit licencié - est devenu grâce à la confiance dont il bénéficiait de la part d'Emmanuel Macron un puissant protagoniste du pouvoir, omniprésent au plus près du chef de l'Etat et de sa femme qu'il côtoyait lors d'événements publics mais aussi familiaux. Sans en être le chef, il a ainsi organisé le petit groupe chargé de la sphère privée dont chaque président se dote, dédié aux affaires secrètes du chef de l'Etat. Un groupe de petite taille étant donné, comme l'explique un homme de l'art, "que l'agenda privé est plus facile à gérer dans un contexte forcément moins dangereux, car non public". "Il n'était pas anormal qu'il prenne ça en main, étant celui qui bénéficiait de la confiance du président", reconnaît un cadre du ministère de l'Intérieur. 

    Décrit comme "dévoué" au chef de l'Etat - après avoir servi le PS, notamment dans les rangs de son service d'ordre -, l'homme a su mettre à son profit cette proximité rarement vue pour un civil soudain chargé de protéger le président de la République et sa femme, sans avoir bénéficié d'une réelle formation en la matière.  

    Les faveurs octroyées à celui qui est jeune père depuis quelques semaines, et qui devait se remarier samedi dernier - la noce a été annulée, l'intéressé étant encore en garde-à-vue - sont à la hauteur de la place qu'il avait prise dans le dispositif élyséen. Permis de détention puis de port d'armes, séances de tir autorisées au stand du SDLP, le Service de la protection du ministère de l'Intérieur, entraînements de boxe avec le GSPR, voiture de l'Elysée, coupe-file pour l'Assemblée nationale, on en passe et des meilleures. 

    CARTE DE VISITE ALEXANDRE BENALLA

    CARTE DE VISITE ALEXANDRE BENALLA

    COLLECTION PRIVE

    180 000 euros de travaux quai Branly

    Ainsi, Alexandre Benalla s'était vu attribuer un appartement de fonction quai Branly, dans une résidence de la République rassemblant une soixantaine d'appartements, où sont logés aussi bien le chef d'état-major particulier du président que le secrétaire général de l'Elysée ou d'autres collaborateurs ; certains sont fonctionnaires et leur présence en permanence sur les lieux de travail est impérative, d'autres bénéficient d'un appartement de manière discrétionnaire. Ces lieux discrets, doit-on le rappeler, furent dévoilés au grand public lorsqu'on apprit un jour que François Mitterrand y logeait Anne Pingeot et leur fille Mazarine... Selon nos informations, un budget de 180 000 euros aurait été prévu afin de réunir deux appartements pour Alexandre Benalla et en faire un duplex, d'une surface de près de 200 mètres carrés. Sollicité sur ce point, l'Elysée n'avait pas fait de commentaires à l'heure du bouclage.