[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le changement de régime en Iran est une "possibilité réelle"

Iran

Brève publiée le 12 août 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.anti-k.org/2018/08/11/le-changement-de-regime-en-iran-est-une-possibilite-reelle/

https://www.ncr-iran.org/fr/

Publié le 10 août 2018.

Le changement de régime en Iran est une « possibilité réelle », selon un expert, puisque plus de 100 000 personnes sont descendues dans la rue pour protester contre le Guide Suprême et scander des slogans comme « A bas le dictateur » et « A bas le [Président Hassan] Rohani ».

Les tensions s’accumulent en Iran depuis des années et ont atteint leur paroxysme en décembre, lorsque le soulèvement a commencé, mais elles ont repris au cours des dernières semaines. Les sanctions ont favorisé l’effondrement économique en Iran, qui a été en grande partie causé par la mauvaise gestion et la corruption des mollahs. En conséquence, l’inflation élevée a fait perdre 99% de la valeur du rial iranien, ce qui n’a fait que susciter davantage de protestations de toute la société iranienne, notamment des groupes traditionnellement fidèles au régime.

Hanif Jazayeri, du Conseil national de la Résistance iranienne, a expliqué que ces manifestations sont différentes de celles de 2009, parce que les manifestants ont brisé beaucoup de tabous en appelant à la destitution du Président et du Guide Suprême.

Il a déclaré : « Les manifestations ne portent pas seulement sur des questions économiques, mais sont très rapidement devenues politiques en raison de la répression du régime à l’encontre du peuple iranien en ce qui concerne les droits des femmes, la liberté d’expression et les autres libertés fondamentales. »

Il a ajouté : « Les scansions s’adressent à l’ensemble du régime et les manifestants réclament un changement de régime. La population commence à se réveiller et à voir que la révolution est une possibilité réelle. Je pense qu’il y en aura une. »

Il a expliqué que le changement de régime est la véritable revendication du peuple iranien et que beaucoup appellent à un Iran libre fondé sur la séparation de la religion et de l’État, l’égalité des sexes et les droits humains fondamentaux, comme celui proposé par la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi.

On a aussi entendu la population scander : « La nation est contrainte à la mendicité pendant que le Guide Suprême vit comme Dieu. »

Des dizaines de vidéos qui circulent en ligne, montrent des manifestants en colère mettant le feu aux pneus et aux véhicules de police dans la ville de Gohardacht, une banlieue de Karaj.

Les forces de sécurité du Régime ont, comme d’habitude, réprimé les manifestants par la violence et les gaz lacrymogènes.


La grève des cheminots pour les salaires impayés se poursuit en Iran

Publié le 10 août 2018.

Un groupe de cheminots en Iran a publié un communiqué indiquant que les travailleurs resteront en grève jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites.

Les cheminots sont en grève à travers l’Iran depuis le 20 juillet, dans des villes comme Arak, Azerbaïdjan, Ispahan, Khorasan, Lorestan et Zanjan, exigeant le paiement de leurs salaires en retard de deux mois.

Le communiqué exige que les plusieurs milliers de travailleurs, qui sont responsables de l’entretien des lignes ferroviaires du pays, reçoivent leurs arriérés de salaire. Ils ont également exigé des contrats permanents, la fin immédiate des mises à pied, des prestations d’assurance, le droit de former un syndicat et le droit de manifester.

Le gouvernement d’Hassan Rohani a promis à plusieurs reprises de veiller à ce que les salaires soient payés, mais cela ne s’est pas concrétisé en une action quelconque.

Protestation des travailleurs d’usine

Bien sûr, les cheminots ne sont pas les seuls à protester contre les salaires en retard. Des centaines de travailleurs de l’usine de canne à sucre Haf Tapeh se sont rassemblés devant le bureau de gestion du complexe industriel pour la deuxième journée consécutive samedi pour protester contre les salaires impayés.

Selon un communiqué publié par le syndicat des travailleurs de Haf Tapeh en avril dernier, ils n’avaient pas reçu leurs salaires depuis des mois et n’avaient pas reçu leur prime de nouvel an en mars.

Le propriétaire du complexe a reproché au sucre importé de réduire le coût et de rendre l’entreprise encore rentable, mais lors d’une manifestation en janvier, le travailleur Isma’eil Bakhshi a expliqué que les travailleurs n’avaient pas d’argent non plus et qu’ils devaient reprendre les opérations eux-mêmes. Lui et plusieurs autres manifestants ont été arrêtés.

Soulèvement

L’Iran a connu des manifestations de masse quotidiennes depuis décembre, après la publication d’un projet de budget qui réduisait les subventions accordées aux pauvres en faveur d’une augmentation des dépenses militaires. Les manifestations ont rapidement attiré la population avec une myriade de plaintes et ont fini par se transformer en un soulèvement général anti-régime. Nombreux sont ceux qui reprochent au régime de privilégier la guerre à l’étranger et le soutien au terrorisme au détriment de la sécurité et du bien-être du peuple iranien.

Cela s’est rapidement propagé à au moins 142 villes iraniennes dans l’ensemble des 31 provinces, plus de quatre mois avant que les États-Unis ne se retirent de l’accord nucléaire avec l’Iran. Depuis le retrait, les manifestations contre le régime et l’économie chancelante n’ont fait qu’augmenter. Aujourd’hui, même les groupes traditionnellement fidèles au régime sont descendus dans la rue.

Le régime a essayé de faire endosser la responsabilité des manifestations aux « ennemis étrangers », mais la réalité est que la situation financière de la classe ouvrière est catastrophique, le salaire minimum s’établissant à 200 dollars par mois.

L’activiste Jafar Azimzadeh a déclaré : « Où ailleurs dans le monde existe-il un travailleur dont le salaire est quatre fois inférieur au seuil de pauvreté et qui est obligé par la police à travailler ? C’est un crime. C’est de l’esclavage. »