[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Bulletin Poste NPA

Laposte NPA

Brève publiée le 12 septembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Macron et sa clique : leurs affaires ont saboté leur été, que nos luttes anéantissent leur monde !

Ils ont un plan contre la classe ouvrière et la jeunesse....

Plus question désormais de jouer le miroir aux alouettes : le gouvernement de Macron est au service des patrons, des capitalistes qui, 10 ans après la crise des subprimes et l'éclatement de la bulle financière, ont fait exploser les licenciements et multiplient les conflits armés et la répression. Les inégalités progressent dans le monde et pourtant, le nombre de milliardaires ne cesse d'augmenter. Leur richesse a augmenté de plus de 760 milliards de dollars soit 7 fois le montant de ce qu'il serait nécessaire d'injecter pour éradiquer l'extrême pauvreté. Mais oui, en système capitaliste, pas de quartier pour les prolétaires et en France, Macron et sa clique jouent jusqu'à l'écoeurement cette partition : entre Buzyn et ses 15% d'arrêts maladie soi-disant abusifs ; Muriel Pénicaud qui refuse que les entreprises prennent en charge les arrêts maladie de courte durée ou encore Aurore Bergé, la porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale qui dit « militer pour avoir des chats à l'Assemblée » et dans le même temps, exhorte les retraités à faire un effort pour leurs enfants et leurs petits-enfants. Confits dans leur certitude de classe, ils ont le pouvoir et sont décidés à le garder par l'écrasement de tous les droits conquis par notre camp social.

. Mais aussi beaucoup de casseroles qui commencent à faire du bruit.

Après l'affaire Benalla, petite frappe au service de la violence d'État contre les opposants à la politique anti-sociale de Macron, il y a eu les affaires Kohler et Nyssen. Kohler, le secrétaire général de l'Élysée est poursuivi « pour prise illégale d'intérêt »pour avoir favorisé une entreprise de construction navale appartenant à des membres de sa famille lorsqu'il siégeait au conseil de surveillance du port du Havre. Nyssen, ministre de la culture a enfreint la loi sur la protection des bâtiments classés lorsqu'elle était directrice d'une maison d'édition.

Et puis il y a le départ inopiné de Hulot du gouvernement, remplacé par De Rugy, prêt à avaler aussi toutes les couleuvres, que beaucoup considère déjà comme un politicien plus préoccupé par sa carrière que par l'avenir de la planète ! ... Le temps du triomphalisme politique, semble bien fini pour Macron et sa bande !

Pour les faire dégager pour de bon : généraliser et unifier nos luttes !

On pourrait sans doute encore lister à l'envie toutes les saloperies qu'ils s'apprêtent à nous infliger tout en s'affligeant de tout ce qu'ils ont déjà fait passer ! 

Mais ce serait alors passer à côté de toutes les extraordinaires ressources déployées par les salarié.e.s pour inverser cette logique infernale de l'exploitation et de l'oppression. Les postières et postiers du 92 en sont à 167 jours de grève, ne baissent pas la garde face à la direction de La Poste et restent déterminés dans le même temps, à s'adresser à tous les secteurs mobilisés : les hospitalières et hospitaliers en psychiatrie d'Amiens, les cheminot.e.s et leurs soutiens contre la répression, les étudiant.e.s recalé.e.s de ParcourSup, bien décidé.e.s à ne pas être les dindons de la farce, les enseignant.e.s contre la fermeture de classes, les dizaine de milliers de manifestant.e.s de samedi contre un système qui bousille tout et donc aussi l'environnement.

Il y a de la solidarité, de la colère et de l'envie de se battre du côté de la classe ouvrière et de la jeunesse. Mais il y aussi des organisations syndicales en-dessous de toutes leurs responsabilités qui passent plus de temps à commenter le pouvoir qu'à le combattre. Et que vont-elles nous proposer après avoir piteusement accepté le rendez-vous de Macron à L'Élysée ? Des journées sectorielles et une journée interpro contre la réforme des retraites en octobre. On prend les mêmes et on recommence : faire croire qu'on se mobilise en annonçant quelques dates mais ne rien proposer pour rendre crédible une grève générale et un blocage du pays.

Mais y'a pas de fatalité !

Depuis 2016, des liens interprofessionnels forts se sont tissés. Autour de la préparation du 9 octobre et de ses suites, ils doivent être des points d'appui pour qu'enfin nous fixions nous-mêmes notre plan d'action, pour regrouper toutes celles et ceux qui se battent, qui veulent se battre et qui ont la détermination de bloquer leur outil de production ou leur service, pour préparer le tous ensemble et l'affrontement avec ce gouvernement au service des capitalistes.

Rapprochement CNP-La Poste

L’Etat annonce son intention de céder la majorité du capital de La Poste à la Caisse des Dépôts et Consignations (groupe lui-même organiquement lié à l’Etat), en resserrant au passage les liens avec la CNP, grand groupe d’assurance. Pourquoi créer un tél mastodonte financier ? Le nouveau groupe sera plus gros et plus rentable. Donc plus agressif contre nos conditions de travail et encore moins au service du plus grand nombre. Tant que le pouvoir de décision dans les grandes entreprises appartiendra à une minorité de rapaces (actionnaires privés ou Hauts fonctionnaires), nous subirons la même exploitation, les mêmes suppressions d’emplois et salaires de misère.

Grève dans le 92

En grève depuis 5 mois, les 150 postières et postiers du 92 mènent une lutte dont l’issue aura des conséquences au-delà des Hauts-de-Seine. Alors que La Poste se retranche toujours dans une position de refus de négocier, la grève a néanmoins déjà fait reculer la direction sur 3 points : Gaël Quirante secrétaire de SUD Poste 92 a été reconnu représentant syndical par la justice malgré son licenciement inique et il continue d’intervenir tous les jours dans les centres, 29 intérimaires ont été embauchés en CDI pour tenter de faire face aux retards de courrier, et de multiples réorganisations ont été repoussées et même annulées comme à Antony et Nanterre. La direction espère toujours défaire les grévistes pour rattraper le terrain perdu pendant des années. Mais les grévistes ont franchi la période estivale, continuent à mener des actions de convergence avec d’autres secteurs et tiennent bon sur leurs objectifs notamment repousser les réorganisations, embaucher les intérimaires en CDI, barrer la route à la pause méridienne et aux nouveaux services, et un coup d’arrêt à la répression en particulier concernant Gaël. Pour les aider à gagner FAITES UN DON À LA CAISSE DE GRÈVE DES POSTIÈRES ET POSTIERS DU 92 !

Pour donner en ligne : https://www.lepotcommun.fr/pot/kgmfkl66

Par chèque :

Envoyez vos chèques à SUD Poste 92, 51 rue Jean Bonal 92250 La Garenne-Colombe,

Chèques à l’ordre de SUD Poste 92, mention « solidarité grévistes au dos »

Harcèlement sexuel : La Poste aggrave son cas

La Poste se targue d’être une entreprise « citoyenne ». Mais confrontée à des cas avérés et extrêmement grave de sexisme, elle fait tout pour esquiver ses responsabilités.

La Poste a en effet été condamnée par les Prud’hommes en mai dernier à verser 126 000 euros à une ancienne employée : 30 000 euros pour harcèlement sexuel, 25 000 euros pour harcèlement moral et 10 000 euros pour non respect de l'obligation de sécurité de l'employeur. Le Conseil de prud'hommes de Paris a également prononcé l'obligation d’affichage du jugement dans tous les établissements du groupe. Mais depuis mai dernier, elle rechigne à effectuer cet affichage.

Les retraites bloquées en 2019 et 2020

C'est la décision du gouvernement de ne les augmenter que de 0,3 % chaque année. Les retraites sont déjà bloquées depuis trois ans. Merci Hollande et Macron son ministre de l'économie de l'époque.

Ce qui est nouveau, c'est qu'on connaît maintenant une hausse sensible des prix à la consommation, comme l'augmentation du prix des carburants, des loyers, des transports... C'est confirmé par l'INSEE qui a mesuré une augmentation des prix de 2,3 % sur les douze derniers mois de l'année. Le plus probable est que les prix continueront d'augmenter, avec nos retraites... bloquées. Résultat : une baisse des retraites, comparée à la hausse des prix. Du jamais vu à ce niveau depuis au moins 20 ans.

Mais si les petites retraites sont bloquées, ce n’est pas le cas des rentes indexées sur le cours de la bourse. Macron ne sait que prendre dans la poche des plus pauvres, les plus nombreux. Il y a urgence à passer de la colère au tous ensemble, salariés et anciens !