[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Afr. du Sud: 15.000 mineurs relancent la grève dans une mine d'or

lutte-de-classe

Brève publiée le 10 septembre 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

JOHANNESBURG, 10 sept 2012 (AFP) - La mine d'or sud-africaine KDC exploitée par le groupe Gold Fields dans la banlieue de Johannesburg était à nouveau bloquée lundi par un mouvement de grève illégale de 15.000 mineurs, le deuxième en moins de dix jours, a indiqué la compagnie.

"Environ 15.000 salariés prennent part à la grève et toute la production de KDC Ouest est suspendue en conséquence", a indiqué le groupe dans un communiqué.

"Les raisons de la grève ne sont pas claires à ce stade (...) Les employés de la section ouest de la mine d'or de KDC dans le West Rand en Afrique du Sud ont débuté une grève illégale depuis le début de l'équipe de nuit (dimanche)", a-t-il précisé.

Gold Fields, groupe coté à Johannesburg et New York, produit 3,5 millions onces d'or par an, selon son site internet. La société exploite huit mines en Australie, au Ghana, au Pérou et en Afrique du Sud.

Le site de KDC a déjà été perturbé par cinq jours de grève sauvage menée par des mineurs contestant la direction du NUM (National Union of Mineworkers), syndicat majoritaire dans les mines et qui revendique 83% d'adhérents chez Gold Fields, sur fond de différent sur le montant des cotisations d'une couverture obsèques.

Ces perturbations se répètent alors que l'actualité sud-africaine est dominée par le conflit de la mine de platine de Marikana (nord), qui a débuté par des rivalités syndicales et fait 44 morts, dont 34 personnes abattues par la police le 16 août.

Lundi dernier, Julius Malema, l'ex-leader de la Ligue de jeunesse de l'ANC, exclu du parti, était venu s'adresser aux mineurs de Gold Fields, attaquant à cette occasion le NUM accusé "d'agir sans consulter les travailleurs". "S'ils ne tiennent pas leurs engagements envers vous, vous devez vous diriger vous-mêmes", avait-il lancé.