[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

1,27 milliard pour les 0,01% les plus riches

fiscalité

Brève publiée le 26 septembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.marianne.net/economie/127-milliard-pour-les-001-les-plus-riches-le-gros-cadeau-de-macron-enfin-chiffre

Le Laboratoire sur les inégalités mondiales, notamment dirigé par Thomas Piketty, a actualisé les données sur les inégalités du système de prélèvement. Alors que la progressivité s'était améliorée entre 2013-2016, elle s'est détériorée depuis l'arrivée de Macron. En moyenne, les 5 034 Français les plus riches ont chacun économisé 253 800 euros.

La récente note de la Fondation Jean Jaurès avait, croyait-on, fini d'enfoncer le clou. Intitulée Réforme de la fiscalité du capital: la sécession des riches, elle dénonçait un coût de "4,5 milliards d’euros par an au budget de l’État" mais surtout le fait que "ces mesures profitent principalement à moins de 400 000 ménages parmi les plus riches". "Il s’agit de la baisse d’impôt par contribuable la plus forte jamais réalisée en France", pouvait-on lire. Soit une économie de 10.000 euros par an, tout de même, pour chaque ménage appartenant aux quelque 1% les plus riches. Mais depuis les recherches de Thomas Piketty et de ceux qui on repris le flambeau comme Gabriel Zucman - un de ses anciens thésards aujourd'hui professeur à Berkeley - on sait qu'il est nécessaire de sortir une loupe pour regarder comment cela se passe précisément au sein même de cette population des 1%. Les plus riches des plus riches y sont vernis.

C'est ce que permet la dernière publication du Laboratoire sur les inégalités mondiales que Marianne a pu consulter. Si le document s'attache d'abord et avant tout à identifier comment les inégalités de revenus sont atténuées par les prélèvements sociaux fiscaux au cours du temps, et réalise une comparaison entre la France et les Etats Unis, il permet également de calculer le montant du cadeau d'Emmanuel Macron à ceux qui occupent les avant-postes des premiers de cordée. En effet, les chercheurs Antoine Bozio, Bertrand Garbinti, Jonathan Goupille-Lebret, Malka Guillot et Thomas Piketty ont établi qu'au terme des réformes principalement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et de l'impôt sur les revenus mobiliers, les 0,01% les plus riches ont vu leurs contributions totales passer de 52% en 2016 à 46,6% en 2018.

253.800 euros par tête de pipe

Oui, mais qui et combien ? Marianne, qui a pu obtenir des données complémentaires, a effectué les calculs et en livre les plus significatifs. Il s'agit donc de quelque 5.034 personnes situées parmi les 0,01% les plus riches, c'est-à-dire gagnant plus de 2 millions d'euros de revenus annuels. Pour eux, cette baisse de 5,4 points se traduit en monnaie sonnante et trébuchante. Chacun a réalisé une économie de près de 253.800 euros. Et probablement le double pour un couple, puisque l'échantillon s'intéresse à des individus et non à des ménages. Au total, ce sont 1,27 milliard d'euros que ces 5.034 bienheureux ont capté sur l'enveloppe de 4,5 milliards pour les 1% des ménages riches (qui correspondent, eux, approximativement, à 550.000 personnes).

Les 1% les plus riches ont bénéficié de 4,5 milliards d'euros. Parmi eux, les 0,01% les plus riches en ont capté 1,27 milliard...

Ces ultra-riches qui carburent à 4,7 millions d'euros de revenu par an en moyenne et par tête de pipe, vont donc voir leur pouvoir d'achat croitre sensiblement : près de 5%. Contrairement aux quelques euros de pouvoir d'achat distribués au reste de la population, ces 253.800 euros auront du mal à être mangés par la hausse du gasoil et du tabac. C'est tout le pari Jupitérien que de voir cette avant-garde des premiers de cordée réinvestir leur magot dans l'économie productive et de la faire ruisseler vers le bas. Mais il pourrait être douché par la volonté de réinvestir dans la bourse ou même dans la pierre et de faire grossir un patrimoine qui, à l'instar de ce qui s'est passé sur les revenus, s'est aussi concentré sur le haut de la distribution.

En favorisant par une politique fiscale accommodante cette dynamique d'accumulation du patrimoine, et des revenus qui s'en dégagent, Emmanuel Macron fera sans doute le bonheur de nombreux de ses donateurs pour la campagne présidentielle. Mais il pourrait définitivement perdre le soutien de ceux des Français, encore protégés par le système de redistribution, comme les retraités et les fonctionnaires, qui avaient permis son élection et qui finance par leurs efforts ce formidable cadeau...