[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Municipales à Barcelone: Valls, candidat le moins apprécié

Brève publiée le 19 octobre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/municipales-a-barcelone-valls-candidat-le-moins-apprecie_2040525.html#xtor=AL-447

L'ancien député de l'Essonne est le plus mal placé dans la course à la mairie de Barcelone, selon un sondage de El Periodico.

L'ancien Premier ministre français, Manuel Valls, lors de l'annonce de sa candidature à la mairie de Barcelone.

La bataille s'annonce rude pour Manuel Valls. L'ancien Premier ministre est le moins apprécié des candidats à la mairie de Barcelone pour les élections municipales de mai, selon un sondage publié jeudi par le journal El Periodico de Catalogne. 

Ce n'est pas faute d'être connu : 82,3% des personnes interrogées savent qui il est. Mais il n'obtient qu'une note de 3 sur 10, derrière les autres candidats comme la maire sortante Ada Colau (4,8/10) et surtout le favori Ernest Maragall (5,5/10), candidat du parti indépendantiste ERC (gauche républicaine catalane).  

Les indépendantistes en tête

Ernest Maragall est le frère du très populaire maire de Barcelone lors des Jeux olympiques de 1992, Pasqual Maragall, qui a abandonné la politique pour des raisons de santé.  

Selon cette enquête réalisé auprès de 802 personnes du 2 au 4 octobre, ERC remporterait les élections municipales avec 10 à 11 conseillers, et le parti anti-indépendantiste Ciudadanos, qui soutient la candidature de Manuel Valls, n'arriverait qu'en troisième position avec 7 conseillers. 

Manuel Valls, élevé à Paris par un père catalan et une mère italo-suisse et naturalisé français à 20 ans, s'est engagé de l'autre côté des Pyrénées après l'échec de ses ambitions présidentielles en France en 2017.