[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Les femmes de chambre du Park Hyatt Vendôme crient leur colère

Brève publiée le 19 octobre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(afp) Au refrain de « femmes de chambre en colère », plus de 200 personnes ont manifesté jeudi à Paris en soutien aux « petites mains » du Park Hyatt Vendôme en grève pour être embauchées directement par l’hôtel, et non plus par un sous-traitant, a constaté un journaliste de l’AFP.

En plus de trois semaines de grève, « on ne nous a jamais convoqués autour d’une table pour discuter », a déploré Nora Khalil, déléguée CGT de l’entreprise sous-traitante de l’hôtel, STN, avant de prévenir que les grévistes iraient « jusqu’au bout ».

À l’appel de la fédération CGT du commerce et des services, le cortège parti du piquet devant le palace, rue de la Paix, a rejoint le Hyatt Madeleine, à quelques rues de là pour tenter de déverrouiller une situation « bloquée », de l’avis des grévistes comme de la direction de l’hôtel de luxe.

Des manifestants devant l'hôtel Park Hyatt Vendôme à Paris le 18 octobre 2018 ( AFP / JACQUES DEMARTHON )

Des manifestants devant l’hôtel Park Hyatt Vendôme à Paris le 18 octobre 2018 ( AFP / JACQUES DEMARTHON )

« Aujourd’hui, ce n’est plus la rue de la Paix: c’est la rue de la guerre sociale », a harangué Claude Levy, du syndicat CGT Hôtels de prestige et économiques (CGT-HPE), après avoir provoqué les vivats des manifestants en annonçant que des « camarades » avaient « coupé le gaz de l’hôtel ».

En tête de cortège, Sylvie Dounga, femme de chambre au Park Hyatt Vendôme « depuis 2007 » scandait avec ses collègues: « les femmes de chambre en colère, il y en a marre de la galère ».

Après « quatre changements d’entreprise prestataire » en onze ans, elle demande, comme les autres grévistes son « intégration chez Hyatt ». « Le palace a beaucoup de moyens, défend-elle. Le premier prix d’une chambre, c’est 1.500 euros et ça va jusqu’à 18.000 euros. »

« La situation est à l’heure actuelle bloquée car aucune réunion ne peut être mise en œuvre tant que la CGT privilégiera les troubles à l’ordre public au préjudice de la négociation », avait indiqué le palace dans un communiqué transmis à l’AFP la veille de la manifestation.

Outre leur intégration, les grévistes – près de 75%, selon la CGT-HPE, du personnel du service hébergement (gouvernantes, équipiers, femmes et valets de chambre) – réclament notamment une augmentation pour leurs collègues déjà intégrés et une diminution des cadences.

En fin d’après-midi jeudi, la société STN, désireuse de « retrouver un environnement de travail serein » a indiqué dans un communiqué qu’elle souhaitait une « réunion avec toutes les parties prenantes » afin « d’évoquer les modalités d’une sortie de conflit ».

L’entreprise sous-traitante, qui communique pour la première fois depuis le début du mouvement social, assure à ses salariés que « leurs conditions de travail et leurs avantages acquis seront maintenus en toute hypothèse ».

Les grévistes avaient affiché leur crainte de « tout perdre » avec la disparition de leurs élus du personnel, les « ordonnances Macron » ayant supprimé le droit pour les salariés de la sous-traitance de se présenter aux élections professionnelles dans l’établissement où ils sont mis à disposition.