[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Pogo : regards sur la scène punk française (1986-1991)

culture Musique

Brève publiée le 20 octobre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://npa2009.org/idees/culture/pogo-regards-sur-la-scene-punk-francaise-1986-1991

De Roland Cros. Co-édition l’Échappée et Archives de la zone mondiale, 232 pages, 29 euros. 

Durant près de cinq ans, Roland Cros, alors jeune photographe, a consacré son travail à suivre la scène du rock alternatif en France. Les figures de proue de ce mouvement sont alors les Béruriers noirs, dont les apparitions sur scène marquent par leur engagement et leur inventivité visuelle. Mais on trouve dans ce mouvement d’autres groupes marquants comme les Ludwig von 88, Parabellum, ou encore les Thugs (tous comptes faits sûrement le meilleur groupe de cette génération).

Au cœur du pogo

Roland Cros embarque avec les groupes, dans la salle, dans les coulisses, dans les squats, puis en tournée et finalement partout. De cette plongée de cinq ans, il ressort aujourd’hui une série de photos qui sentent encore la sueur, la bière et les mégots.

Pas mal de photos concernent les Béru, ce qui peut avoir un air de déjà vu tant leur histoire ne cesse d’être racontée. Mais certaines photos, toujours en noir et blanc, rendent une énergie propre à cette époque. C’est là où les photos sont les plus intéressantes, quand elle nous plongent dans cette époque, et singulièrement celles qui nous entraînent au cœur du pogo. 

Le pogo, c’est cette manière si élégante de se jeter violemment les uns sur les autres pour entrer dans la danse, ou de se jeter depuis la scène dans le public en espérant que d’autres punks vous rattrapent avant de vous écraser la crête par terre. 

Le récit d’une époque

Une série de textes accompagnent ces photos. Des acteurEs de l’époque racontent comment ce mouvement naît au milieu des années 1980, avec l’explosion d’une scène dite du « rock alternatif ». Plus d’une décennie après l’émergence du mouvement punk en Grande-Bretagne, après un temps pour le voyage et la digestion nait une scène sans autre pareille, contre-culture aux multiples visages musicaux et intimement liée aux questions politiques qui agitent l’époque. 

Le dessinateur Gil explique la difficile acclimatation du milieu anar, plus habitué aux concerts de Léo Ferré qu’à cette nouvelle faune de rockers : « Pas toujours simple d’expliquer à un anarcho-syndicaliste que si les gens des premiers rangs crachent de la bière sur le chanteur c’est parce qu’ils sont contents de leur soirée ». Géraldine (du Groupe Kochise), Marsu (Crash disques) ou encore le dessinateur Tapage racontent aussi la dimension DIY (Do it yourself) de cette scène, les fanzines, les labels, l’auto--production et l’auto-distribution, avec ce mot d’ordre : « Si quelque chose te manque, crée-le ».

Comme d’habitude, les éditions l’Échappée se sont donné un peu de mal pour éditer un bel objet. Celui-ci ravira les vieux punks qui aiment se souvenir du temps où ils avaient assez de cheveux pour se faire une crête. Les plus jeunes découvriront les visages d’une époque où le mur de Berlin était debout et où avoir un minitel était moderne.

Pierre Baton