[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Brésil: l’Italien Salvini félicite Bolsonaro et attend Battisti

    Brésil

    Brève publiée le 30 octobre 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (afp) Matteo Salvini, patron de l'extrême droite italienne et homme fort du gouvernement à Rome, a salué dans la nuit la victoire de Jair Bolsonaro au Brésil, dont il espère l'extradition de l'ancien militant d'extrême gauche Cesare Battisti, condamné pour meurtre en Italie.

    Brésil: l'Italien Salvini félicite Bolsonaro et attend Battisti

    "Au Brésil aussi les citoyens ont chassé la gauche ! Bon travail au président Bolsonaro, l'amitié entre nos peuples et nos gouvernements sera encore plus forte", s'est réjoui M. Salvini sur Twitter.

    "Et après des années de vains discours, je demanderai qu'ils nous renvoient en Italie le terroriste rouge Battisti", a-t-il ajouté.

    Pendant la campagne présidentielle, M. Bolsonaro, élu dimanche premier président d'extrême droite du Brésil avec plus de 55 % des voix, s'était engagé à extrader M. Battisti.

    Ancien militant d'un groupe d'extrême gauche classé comme terroriste par la justice italienne, Cesare Battisti a été condamné par contumace en 1993 en Italie à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970.

    Aujourd'hui âgé de 63 ans, il a toujours clamé son innocence et vit exilé au Brésil depuis 2004, après avoir passé près de 15 ans en France, où il bénéficie du soutien de personnalités politiques et d'artistes.

    Ces dernières années, Rome a multiplié les demandes d'extradition de ce symbole vivant des "années de plomb".

    Mi-octobre, M. Battisti avait assuré que même élu, Jair Bolsonaro ne pouvait pas décider son extradition: "Ce n'est pas l'exécutif qui décide de ça en ce moment, c'est le judiciaire", avait-il expliqué à l'AFP, rappelant que la Cour suprême (STF) devait encore statuer sur son cas.