[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Gilets rouges et gilets jaunes

Gilets-jaunes

Brève publiée le 23 novembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.frontsyndical-classe.org/2018/11/gilets-rouges-et-gilets-jaunes.html

Et si la convergence pouvait commencer ?

SOURCE : La Provence

Gilets jaunes : 150 membres de la CGT rejoignent le blocage de la Mède

Ce matin, 150 membres de l'Union départementale des Bouches-du-Rhône de la CGT ont rejoint les gilets jaunes à hauteur d'un barrage situé dans le secteur de la raffinerie de la Mède à l'occasion de leur grève sur les salaires .

*************

SOURCE : Le Figaro :

Le dépôt pétrolier de La Mède (Bouches-du-Rhône) était paralysé jeudi par une grève à l'appel de la CGT, plusieurs salariés grévistes occupant le rond-point d'accès à la plateforme Total, déjà bloqué par des "gilets jaunes", a-t-on appris de source syndicale.

La direction de la plateforme, jointe par l'AFP, n'était pas en mesure en début de matinée d'évaluer l'impact de la grève sur le fonctionnement de l'entreprise qui compte quelque 330 salariés.

Selon Fabien Cros, élu CGT, la grève de 24 heures reconductible, est suivie par 87% des salariés postés jeudi matin. "Des négociations salariales annuelles de branche se sont ouvertes aujourd'hui. C'est un jour de mobilisation sur tous les sites face aux menaces de suppressions d'emplois", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Aucun produit pétrolier n'entre ou ne sort du dépôt", a-t-il encore affirmé, précisant que quelque 150 grévistes CGT distribuaient des tracts sur le rond-point d'accès au site, où une cinquantaine de "gilets jaunes" ont installé depuis plusieurs jours un barrage filtrant.

Toutefois la CGT s'est défendue d'avoir rejoint les gilets jaunes même si les revendications sur le pouvoir d'achat sont les mêmes. "On n'oppose pas les luttes, tout est bon contre Macron. Il y a un ras-le-bol total", a indiqué un gréviste CGT sur place, joint par téléphone.