[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Pour le Black Friday, opération blocage des plateformes logistiques Amazon, Schneider et Easydis

    Gilets-jaunes

    Brève publiée le 23 novembre 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.revolutionpermanente.fr/Gilets-jaunes-pour-le-Black-Friday-operation-blocage-des-plateformes-logistiques-Amazon-Schneider

    Gigantesque opération mondiale de gaspillage économique et écologique, Black Friday est la journée qui marque le début de la période des achats de fin d’année aux Etats-Unis et au Canada. A la veille de cette journée, les gilets jaunes de Montélimar ont décidé de s'attaquer à des sites de distribution et de logistique.

    Opération de blocage contre les multinationales

    Depuis 23h hier soir, plusieurs gilets jaunes bloquent les poids lourds à l’entrée des plateformes, provoquant une paralysie de la zone industrielle des Portes de Provence.
    « Nous avons décidé cette opération coup de poing hier soir, pour protester contre ces sociétés comme Amazon, qui se font de l’argent sur le dos des travailleurs et ne payent pas leurs impôts en France », indiquait ce matin Romain, un gilet jaune.

    Le maire de Montélimar, suite à cette situation, a déclaré tout le « bien » qu’il pense des gilets jaunes dès que ces derniers s’attaquent au portefeuille de la bourgeoisie : « #GiletsJaune : même si la grogne existe, je ne cautionne pas le blocage des centrales logistiques Easydis et Amazon à Montélimar. Si se battre pour le pouvoir d’achat s’entend, entraver la liberté de travail des autres est inacceptable ! »

    La répression comme réponse

    Aussi, en guise de réponse, la Préfète de Nyons a décidé d’envoyer les CRS, qui ont délogé la cinquantaine de manifestants par la force. Une réponse claire du gouvernement à la colère énorme qui s’exprime à travers les gilets jaunes. Après avoir envoyé l’armée à la Réunion, l’état envoie les CRS réprimer les manifestants.