[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Dunkerque Les salariés d’ArcelorMittal en grève pour une hausse des salaires

Brève publiée le 5 décembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lavoixdunord.fr/500614/article/2018-12-04/les-salaries-d-arcelormittal-en-greve-pour-une-hausse-des-salaires

Alors que les négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires ont démarré chez ArcelorMittal, la CGT a entamé des débrayages sur les sites de Dunkerque et de Mardyck.

« Au vu de la première réunion qui s’est tenue le 29 novembre dernier, tout laisse présager que la direction a l’intention de bâcler les NAO (négociations annuelles obligatoires) », estime la CGT, qui a initié des débrayages sur les sites de Dunkerque et Mardyck, ainsi que des barrages filtrants, comme cela a été le cas ce mardi midi, à l’entrée de l’usine de Mardyck.

Comme le souligne Philippe Verbèke, délégué ArcelorMittal-Mardyck et coordinateur national du syndicat au niveau du groupe ArcelorMittal, l’année dernière, la direction a obtenu la signature de trois organisations syndicales pour parvenir à 1 % d’augmentation générale avec un talon de 20 €. « Vu les bénéfices importants réalisés par ArcelorMittal, soit déjà 4 milliards sur les neuf premiers mois de l’année, nous réclamons 5 % d’augmentation générale, avec un talon minimum de 100 € pour les salaires les plus bas, c’est-à-dire de moins de 2 000 € brut. Sur le seul site de Mardyck (650 salariés), un salarié sur deux est concerné. »

« Ça va chauffer ! »

L’issue de la première réunion de négociation, le 29 novembre, ayant abouti à une impasse, l’élu syndical attend de pied ferme les prochaines négociations programmées ce jeudi à Paris, pour les huit sites de l’entité AMAL (1). Philippe Verbèke assure : « Notre combat se situe dans la prolongation de celui des gilets jaunes pour le pouvoir d’achat. En clair, si nos revendications sont revues au ras des pâquerettes, jeudi à Paris, ça va chauffer très fort ici aussi ! »

(1) AMAL : ArcelorMittal Atlantique et Lorraine, entité qui regroupe huit usines, dont Dunkerque, Mardyck et Desvres, dans la région Nord – Pas-de-Calais.