[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Une contribution sur le mouvement des gilets jaunes

Gilets-jaunes

Brève publiée le 6 décembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://aplutsoc.org/2018/12/04/une-contribution-04-12-2018/

Le gouvernement suspend des mesures et démontre une chose : il n’est plus possible pour le pouvoir d’avoir comme mot d’ordre « nous gardons le cap ». Le pouvoir est bien affaibli. 

Pour autant, il s’agit d’un « recul » tactique. D’une part, car il n’y a aucune suppression des taxes injustes, seulement des reports, ensuite parce que, pensant sans doute peser sur les contradictions, le gouvernement fait un cadeau aux patrons avec le moratoire sur la hausse de taxe sur le gazole des entreprises. 

Le gouvernement lance une concertation. C’est le mot annoncé, ce n’est donc pas une négociation. Le gouvernement va faire mine d’écouter, et en définitive, il tranchera.

Dans le même temps, les lycéen.ne.s se sont levé.e.s en masse, et, en certains endroits, convergent avec les gilets jaunes, les syndicats de l’éducation et les branches locales des syndicats confédérés. Leur mot d’ordre est cependant bien défini : non à la réforme du bac, plus de moyens, non àParcours sup. Le Premier ministre n’a bien sûr pas abordé ces thèmes. Le mouvement lycéen en cours, avec un rythme assez nouveau, est sans doute le plus puissant depuis la réforme du lycée de 2008, et il est monté directement à un niveau massif.

Le Premier ministre ne donne rien en terme de hausse du pouvoir d’achat réel, c’est à dire sonnant et trébuchant : ni les salaires, ni les retraites. Il ne revient pas non plus sur la casse du salaire socialisé.

Désormais, il va y avoir, des portes paroles de salon des gilets jaunes qui vont dire : « nous avons été écoutés, mettons-nous autour de la table« . Ils seront avec le gouvernement pour casser le mouvement. 

Mais il n’y a même pas l’once d’un début d’accord de Grenelle, et je crois que ceux et celles qui aujourd’hui disent « Macron démission« , ne vont pas se satisfaire de cela.

Dès maintenant, voici venu le moment de la clarification : pour la hausse des salaires et l’impôt juste, pour faire payer les possédants, pour le pouvoir politique de la majorité sociale face aux dirigeants illégitimes,

  • GRÈVE ET BLOCAGE JUSQU’À LA VICTOIRE,
  • CONVERGENCE  !
  • MACRON DÉMISSION !

Alexis, le 04-12-2018.