[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Solidarité des universitaires, intellectuels et artistes avec les Gilets Jaunes

    Gilets-jaunes

    Brève publiée le 14 janvier 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.change.org/p/le-peuple-solidarit%C3%A9-des-universitaires-des-intellectuels-et-des-artistes-avec-les-gilets-jaunes

    La présente pétition est ouverte à la signature de toutes les citoyennes et tous les citoyens qui en approuvent les termes et les idées.

    Nous ne serons pas les chiens de garde de l'État !

    Solidarité des universitaires, des intellectuels et des artistes avec les Gilets Jaunes !


    Qui aurait cru qu'un gilet suffirait à ébranler l'État ?


    Nous assistons depuis deux mois à un mouvement populaire de grande ampleur soutenu par une grande partie des Français. Ce mouvement a pris le gilet jaune comme symbole. Ce gilet de sauvetage qui signale le danger est devenu un cri de ralliement contre la casse sociale en marche : "ne nous écrasez pas" ! Il permet de rendre visibles ceux qui restent d'ordinaire invisibles. En occupant pacifiquement des ronds-points, les Gilets Jaunes s'inspirent à leur manière des occupations d'usines de Juin 36 et de Mai 68, et de mouvements de contestation plus récents comme les Printemps arabes, les Indignés espagnols ou Occupy aux USA.


    Le mouvement des Gilets Jaunes a montré à nouveau que, face à un pouvoir prêt à tout pour imposer ses "réformes", seule la lutte permet de gagner : occuper, bloquer, manifester, toucher les lieux sensibles de l'État, de l'économie, de la finance. Tisser des liens, inventer des solidarités, s'organiser pour tenir, fédérer les colères, rechercher des convergences, créer de nouvelles formes de résistance, penser de nouvelles manières de faire de la politique.


    Confronté à ce mouvement, l'État a choisi la voie de la répression policière et judiciaire. Il envisage désormais de ficher les manifestants pour pouvoir procéder à des interpellations préventives. Alors que les armes employées par la police ont déjà entraîné blessures et mutilations chez des dizaines de manifestants, de nouvelles consignes d'"extrême fermeté" viennent d'être données aux préfets et aux procureurs. Pour justifier cette politique de confrontation brutale, les autorités s'efforcent par tous les moyens de discréditer les Gilets Jaunes. Ainsi, Emmanuel Macron les a stigmatisés comme une "foule haineuse" qui serait à la fois xénophobe, homophobe et antisémite… L'État peut compter sur la complicité de certains médias qui montent en épingle le moindre incident pour faire passer les Gilets Jaunes pour des racistes et des fascistes. Il peut également compter sur ses chiens de garde, ces intellectuels médiatiques qui se sont empressés de les dénoncer comme des "barbares" et des "gilets bruns". L'un d'eux vient même de féliciter la police pour avoir "sauvé la République" !


    Beaucoup d'universitaires, d'intellectuels (enseignants, chercheurs, etc.) et d'artistes s'en sont tenus jusqu'à maintenant à un silence prudent, y compris ceux qui affichent leur sympathie pour la gauche et l'extrême-gauche. Sans doute parce que ce mouvement échappe aux catégories habituelles du jugement politique – imprévisible, inclassable, comme Mai 68 en son temps, comme tout événement historique digne de ce nom. Certains ont pris position en faveur de ce mouvement populaire, mais leur parole est ignorée par les médias dominants. C'est ce silence que nous voulons contribuer à briser, en affirmant publiquement notre solidarité avec les Gilets Jaunes et en appelant les intellectuels, les universitaires et les artistes à les rejoindre.


    Il s'agit certes d'un mouvement hétérogène, traversé de multiples contradictions, et qui fait l'objet de tentatives d'infiltration et de récupération de la part de l'extrême-droite. Il importe de demeurer vigilants face à toute dérive complotiste, raciste ou homophobe. Mais ces dérapages restent le fait d'une petite minorité et ne peuvent en aucun cas servir de prétexte pour déconsidérer l'ensemble des Gilets Jaunes. Tout en condamnant sans réserve les menaces de mort envers des élus ou envers des Gilets Jaunes accusés de "trahison", nous contestons l'usage indifférencié du terme violence qui confond les violences physiques contre les personnes, qui sont inacceptables, et les dégradations de biens (voitures brûlées, vitrines brisées ou porte de ministère enfoncée…) qui accompagnent toujours les soulèvements populaires. Sans oublier que, comme l'écrivait Brecht, On dit d'un fleuve emportant tout qu'il est violent / Mais on ne dit jamais rien de la violence / Des rives qui l’enserrent.


    Le mouvement des Gilets Jaunes est né d'une exigence d'égalité et de justice, d'une protestation contre la destruction du "modèle social français" et la précarisation de larges couches de la population, encore accélérées par les réformes d'inspiration néo-libérale menées au pas de charge et sans concertation par Emmanuel Macron. Ce mouvement témoigne d'une demande de reconnaissance, de la volonté d'être écouté et respecté, face à l'arrogance méprisante d'un gouvernement de technocrates qui se jugent "trop intelligents, trop subtils" pour être compris par un peuple d'"illettrés", de gens "qui ne sont rien".


    En partant d'une révolte anti-fiscale, le mouvement des Gilets Jaunes a connu une politisation rapide qui s'est effectuée en dehors de tous les partis. On a assisté à l'émergence de revendications radicales portant sur les institutions et l'exercice du pouvoir. En se référant aux traditions historiques de la Révolution française (cahiers de doléances, appel à des États Généraux, "marche des femmes"…), les Gilets Jaunes ont réveillé l'idée de citoyenneté active fondée sur la compétence du peuple. On commettrait une grave erreur en condamnant comme "populistes" ou réactionnaires leur revendication de "référendum d'initiative citoyenne" ou l'appel des Gilets Jaunes de Commercy à créer partout des "comités populaires" de citoyens et à les fédérer dans une "assemblée des assemblées". L’exigence d’une expression directe de la volonté populaire, la revendication d'un contrôle des élus par leurs électeurs qui les soumettrait à un mandat impératif et révocable : tout cela appartient à la tradition démocratique et révolutionnaire, depuis les Sans-Culottes, la Révolution de 1848 et les Communards jusqu'aux Conseils ouvriers du XX° siècle.Le refus de toute délégation de pouvoir qui caractérise la plupart des Gilets Jaunes s'inscrit dans la même tradition, celle de la démocratie radicale et libertaire, ravivée par la mémoire des révoltes trahies.


    Aujourd'hui, le mouvement des Gilets Jaunes est à la croisée des chemins. Même s'il ne doit pas être surestimé, le risque existe que l'extrême-droite arrive à lui imposer son orientation autoritaire, haineuse et xénophobe. C'est la responsabilité historique de la gauche de ne pas lui laisser le champ libre.


    Pour toutes ces raisons, nous appelons les universitaires, les intellectuels et les artistes fidèles aux idéaux d'émancipation à soutenir activement les Gilets Jaunes, à relayer leurs revendications et à les rejoindre dans la lutte.



    Liste des premiers signataires :

    Naïm Aït-Sidhoum, cinéaste
    Karen Akoka, maitresse de conférences en science politique, Université Paris Nanterre
    Michel Andrieu, cinéaste
    Armelle Andro, professeure de démographie.
    Hervé Amiot, doctorant en géographie, Paris
    Jean-Loup Amselle, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris
    Fabien Archambault, Université de Limoges
    Valerie Arnhold, doctorante en sociologie et ATER à l'Université Paris Dauphine
    Stéphane Arnoux, cinéaste
    Nicolas Aude, ATER en littérature comparée, Université de Lille
    Michel Barthélémy, Sociologue, CNRS, Paris
    Yves Baumgarten, professeur de philosophie en lycée

    Stéphane Beaud, sociologue, université de Poitiers
    Emma Ben Abdallah, Doctorante en droit, Université Lumière Lyon 2
    Maxime Benatouil, militant à l’Union juive française pour la paix
    Judith Bernard, metteure en scène, enseignante
    Alain Bertho, anthropologue, université de Paris 8
    Bertrand Binoche, professeur de philosophie à l'université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
    Thierry Boissière, anthropologue, Université Lumière Lyon 2
    Robert Bonamy, maître de conférences à l'Université Grenoble Alpes et éditeur
    Véronique Bontemps, anthropologue, chargée de recherche au CNRS
    Mathieu Bonzom, MCF en anglais, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    Anne Bory, sociologue, Université de Lille
    Jean-Claude Bourdin, philosophe, professeur émérite à l'université de Poitiers
    Hugo Bouvard, ATER en science politique, Université Paris-Dauphine
    Gérard Bras, professeur de philosophe, Paris
    Thibaut Brouillet, MCF en psychologie cognitive, Université
    Nicolas Brusadelli, enseignant et doctorant en sociologie, Université de Picardie
    Muriel Buff, militante féministe
    Fanny Bugeja-Bloch, maîtresse de conférences en sociologie, Nanterre
    Élise Bulatović, professeur d'espagnol, Bordeaux 
    Nawar Bulbul, acteur et metteur en scène
    Pascal Buresi, CNRS, EHESS
    François Burgat, politologue, Aix-en-Provence
    Pierre-Yves Cadalen, doctorant en science politique, CERI Sciences Po
    Natacha Calandre, humanitaire, chercheure associée à l'EHESS
    Juan Sebastian Carbonell, docteur en sociologie, Paris 1
    Zoe Carle, docteure en littérature comparée
    Vanessa Caru, CNRS.
    Manuel Cervera-Marzal, sociologue, Université d'Aix-Marseille
    Vincent-Arnaud Chappe, sociologue, chercheur au CNRS
    Julie Chapuis, docteure en études politiques de l’EHESS
    Martine Charageat, historienne, Université de Bordeaux
    Alice de Charentenay, docteure en littérature française, Paris 1
    Samia Charkioui, docteur en cinéma, cinéaste, Université Jean Jaurès, Toulouse
    Charlène Charles, sociologue
    Olivier Christin, historien, directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études, Paris
    Guillaume Christophel, musicien
    Isabelle Clair, chargée de recherche au CNRS
    Hadrien Clouet, chercheur postdoctorant, sociologue
    James Cohen, Professeur, Monde anglophone, Sorbonne Nouvelle Paris 3
    Yves Cohen, historien, directeur d'études à l'EHESS
    Jean-Baptiste Comby, sociologue, maître de conférences à l'université Paris 2
    Fanny Cosandey, Historienne, enseignante-chercheuse à l'EHESS
    Clément Coste, MCF Économie, Sciences Po Lyon
    Florent Coste, MCF en littérature médiévale à l'université de Lorraine
    Pierre Dardot, philosophe, professeur en classes préparatoires, Paris
    Sébastien Dalgalarrondo, sociologue, CNRS
    Laurence De Cock, historienne
    Marc-François Deligne, Vidéaste
    Alizée Delpierre, doctorante en sociologie, CSO
    Lou Desideri, étudiant en master de sociologie à l'université Aix-Marseille
    Jean Baptiste Devaux, Doctorant en science politique, Sciences PO Lyon
    Florent Di Meglio, Maître assistant, MINES ParisTech
    Nicolas Dot-Pouillard, chercheur en science politique, Beyrouth
    Yohann Douet, Docteur en philosophie
    Yann Dourdet, Professeur de Philosophie au lycée Olympe de Gouges à Noisy-le-Sec
    Vitalina Dragun, étudiante en sociologie à l’ENS Cachan
    Marnix Dressen-Vagne, Professeur de sociologie, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines
    François Dumasy, maitre de conférences en histoire
    Bounouar El Hadi, doctorant en géopolitique, IGF
    Corine Eyraud, sociologue, Aix-Marseille Université
    Guillaume Fafiotte, comédien
    Jules Falquet, féministe et maîtresse de conférences en sociologie à l'université Paris 7 -Denis Diderot
    Héloïse Faucherre-Buresi, élève-professeur ENS, Lyon
    Georges Y. Federmann, psychiatre, Strasbourg 
    Nehara Feldman, Maîtresse de conférences, Chercheuse au CNRS
    Mathieu Ferradou, enseignant, doctorant en histoire, Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Jérémie Ferrer-Bartomeu, historien, université de Tours
    Christian Ferrié, enseignant de philosophie, Strasbourg
    Franck Fischbach, professeur de philosophie à l’université de Strasbourg 
    Jérémie Foa, MCF Histoire, Aix-Marseille
    Juliette Fontaine, doctorante en science politique à l'université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
    Sabine Fortino, sociologue, MCF a l’université Paris Nanterre
    Arnaud Fossier, historien, Université de Bourgogne
    Tristan Fournier, sociologue, CNRS
    Jonathan Friedman, anthropologue, Directeur d’études à l'EHESS
    Leïla Frouillou, mcf sociologue à Paris Nanterre
    Chiraz Gafsia, Architecte-Urbaniste
    Lise Gaignard, psychanalyste
    Rahma Gallala, Interprète médiatrice, diplômée en sociologie à Aix-Marseille Université
    Claire Gallien, Maitresse de conférences, Université Paul Valéry Montpellier 3
    Fanny Gallot, historienne
    Édouard Gardella, sociologue, CNRS
    Sébastien Garnier, doctorant en histoire, EHESS
    Florent Gaudez, Professeur de Sociologie, Université Grenoble Alpes
    Jérémie Gauthier, sociologue, Université de Strasbourg
    Fanny Gayard, metteure en scène de théâtre
    Laurent Gayer, politiste, CNRS/CERI-Sciences Po
    Vincent Geisser, chercheur au CNRS
    Julie Gervais, politiste, université Paris 1
    Mehdi Ghouirgate, MCF d'arabe et directeur du département des études Arabes de l'université Bordeaux-Montaigne
    Laurence Giavarini, MCF en littérature du XVIIe siècle
    Alain Gigandet, maître de conférences honoraire à l’université Paris-Est Créteil
    Charlotte Girard, maîtresse de conférences de droit public, Université Paris Nanterre
    Caterina Giusa, doctorante en sociologie, Université Paris 13
    Fabienne Godet, réalisatrice de cinéma
    Aurelie Gonnet, doctorante en sociologie
    Anaïs Goudmand, docteure en sciences du littéraire
    Sarah Gould, MCF, Paris 1-Pantheon Sorbonne
    Maurizio Gribaudi, Directeur d'études, EHESS
    François Guedj, professeur d'histoire-géographie, Cité scolaire Paul Valéry (Paris 12e)
    Soraya Guénifi, mcf en histoire à l'université paris 1 Panthéon Sorbonne
    Alain Guéry, historien, retraité directeur de recherches au CNRS
    Jeanne Guien, musicienne et doctorante en philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ATER Aix-Marseille Université
    Fabrice Guilbaud, Maître de conférences,  Université de Picardie Jules  
    Verne, Amiens
    Etienne Guillaud, docteur en sociologie, enseignant à l'Université de Bretagne Occidentale, Brest
    Ozgur Gun, Économiste
    Elie Haddad, historien, chercheur au CNRS
    Abdellali Hajjat, maître de conférences en science politique, Université Paris Nanterre
    Sari Hanafi, Professor American University of Beirut
    Hugo Harari-Kermadec, économiste, ENS Paris-Saclay
    Samuel Hayat, science politique, CNRS
    Benoit Hazard, anthropologue
    Jacqueline Heinen, Professeure émérite de sociologie, Université Versailles-St-Quentin-en-Y. / -CNRS
    Camille Herlin-Giret, chargée de recherche CNRS
    Susanne Hildebrandt, politologue, Strasbourg 
    Vincent Houillon, professeur de philosophie en classes préparatoires, Le Raincy 
    Emmanuel Hyvernat, poète et ingénieur de projets sociaux et environnementaux, Ain
    Florence Ihaddadene, post-doctorante en sociologie, Université Paris-Ouest Nanterre
    Nicole Jacques-Lefèvre professeur émérite de littérature française à l'Université Paris Ouest Nanterre
    Chantal Jaquet, philosophe, professeure à l'université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
    Nicolas Jaoul, anthropologue au CNRS
    Fanny Jedlicki, Maîtresse de conférences en sociologie à l'université du Havre
    Florence Johsua, maîtresse de conférences en science politique, Université Paris Nanterre
    Adrien Jouan, doctorant en sociologie, Université de Montréal
    Solenne Jouanneau, IEP Strasbourg
    Mehdi Belhaj Kacem, philosophe et écrivain
    Célia Keren, MCF en histoire contemporaine, Sciences Po Toulouse
    Annick Kieffer, Ingénieure de recherche CNRS, retraitée
    Nicolas Klotz, cinéaste
    Aurore Koechlin, sociologue
    Jessica Kohn, docteure en histoire, Paris 3 Sorbonne-Nouvelle
    Marie Kortam, sociologue
    Taher Labadi, post-doctorant, Université Aix-Marseille
    Mickaël Labbé, maître de conférences à l'université de Strasbourg
    Denis Lachaud, écrivain
    Pierre Laforgue, professeur de Littérature française Bordeaux-Montaigne
    Aude Lancelin, autrice, directrice de publication Le MédiaTV
    Sylvain Laurens, EHESS
    Christian Laval, professeur de sociologie à l'université de Paris-Ouest Nanterre
    Jérôme Lèbre, professeur de philosophie, Paris
    Vincent Lebrou, docteur en science politique, université de Strasbourg
    Gildas Le Dem, journaliste
    Laurent Lederer, comédien
    Christophe Le Digol, politiste, Université Paris Nanterre
    Remi Lefebvre, professeur, université de Lille
    Brice Le Gall, doctorant en sciences sociales
    Yann Le Lann, Mcf université de Lille
    Benjamin Lemoine CNRS - université paris Dauphine
    Alice Leroy, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l'université Paris-Est Créteil
    Antoine Lévêque, doctorant en science politique, Sciences Po Lyon
    Wenceslas Lizé, Maître de conférences en sociologie, Université de Poitiers
    Iris Loffeier, docteure en sociologie (Aix-Marseille)

    Frédéric Lordon, directeur de recherche au CNRS
    Emir Mahieddin. Anthropologue au CNRS
    Pascal Maillard, enseignant à la Faculté de Lettres de l'université de Strasbourg
    Jérémie Majorel, MCF en lettres modernes à l’Université Lyon 2
    Chowra Makaremi, anthropologue
    Paul Malisani, docteur en mathématiques appliquées
    Claude Malon, historien, Le Havre
    Christelle Manifet, MCF, sociologie, Université Toulouse 2
    Dominique Manotti, romancière
    Julie Marquet, docteure en histoire, Université Paris Diderot
    Gaël Martin, critique de cinéma
    Céline Martin, historienne, Université Bordeaux-Montaigne
    Jérôme Martin, professeur d'histoire-géographie, Lycée général et technologique
    Gérard Mauger, sociologue, directeur de recherche émérite CNRS
    Sarah Mazouz, CNRS
    Daniel Meier, politiste, chercheur associé, Sciences Po Grenoble
    Lamia Mellal (ITRF) IREMAM, Aix-en-Provence
    Juliette Mengneau, docteure en sociologie
    Delphine Mercier, Sociologue, CNRS
    Jean-Philippe Milet, professeur de philosophie, Paris
    Claude Millet, professeure de littérature à l'université Paris 7-Denis Diderot
    Estelle Miramond, doctorante en sociologie et genre à l'université Paris 7 -Denis Diderot
    Adèle Momméja, chargée de recherche au CNRS
    Sylvie Monchatre, sociologue, professeure à l’Université Lumière de Lyon 2
    Héloïse Morel, journaliste scientifique
    Clément Mouhot, professeur de mathématiques, Université de Cambridge
    Francois-Xavier Nerard, MCF histoire, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    Catherine Neveu, Directrice de recherche (CNRS-EHESS), Présidente du Conseil scientifique du GIS Démocratie et Participation
    Olivier Neveux, enseignant-chercheur, ENS Lyon

    Frédéric Neyrat, philosophe
    Bernard Noël, écrivain
    Pierre Odin, politiste CERI Sciences Po
    Julie Pagis, sociologue, CNRS
    Ugo Palheta, sociologue, université de Lille
    Christophe Parnet, doctorant en science politique, Sciences Po Lyon
    Sylvain Pattieu, Maître de conférences en histoire, université Paris 8, écrivain
    Frédérique Pelletier, professeure  d'espagnol
    Elisabeth Perceval, cinéaste
    Patrick Pérez, MCF, Sociologue, CNRS
    Clément Petitjean, doctorant en sociologie, UVSQ
    Johann Petitjean, maître de conférences en histoire, Université de Poitiers
    Serge Pey, poète

    Michel Pialoux, sociologue, Cessp/EHESS
    Caecilia Pieri, historienne, Ifpo Beyrouth
    Jean-Marie Pillon Sociologue, Paris Dauphine
    Marie-Pierre Ponpon, Université de Strasbourg
    Martin Pontier, doctorant en sociologie, LEST-Cnrs, Aix-en-Provence
    Tristan Poullaouec, sociologue, Université de Nantes
    Marie-Christine Pouchelle, anthropologue, directeur de recherches émérite à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris
    Nicolas Puig, chercheur CNRS
    Olivier Quéré, mcf science politique, Université de Haute Alsace
    Laura Raim, journaliste
    Tancrède Ramonet, producteur, réalisateur et musicien
    Candice Raymond, historienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Serge Raymond, psychologue hospitalier honoraire, Ville-Evrard
    Quentin Ravelli, Chercheur CNRS
    Gianfranco Rebucini, anthropologue
    Rachel Renault, Mcf en histoire, Le Mans
    Jean Renoir, chercheur associé au CNAM
    Eugenio Renzi, professeur de philosophie et de cinéma au Lycée Bellevue du Mans
    Zofia Rieger, pianiste et comédienne, Paris
    Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite à l'université Paris 8, Saint-Denis
    Constance Rimlinger, doctorante en sociologie à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris
    Jacob Rogozinski, professeur de philosophie à l’université de Strasbourg
    Frédéric Roux, professeur agrégé de sciences sociales, docteur en sociologie
    Alexis Roy, anthropologue, CNRS
    Arnaud Saint-Martin
    Julien Salingue, docteur en science politique 
    Nicolas Sallée, sociologue, Université de Montréal (Québec, Canada)
    Michel Samuel, Maître de Conférences en Anthropologie, université Paris 8
    Simon Sarlin, maître de conférences en histoire, Université Paris Nanterre
    Pierre Sauvêtre, MCF en sociologie à l’Université Paris-Nanterre
    Claire Savina, arabisante
    Frédéric Sawicki, professeur de science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Sbeih Sbeih, post-doctorant
    Valentin Schaepelynck, Maître de conférences, Université Paris 8
    Régis Schlagdenhauffen, sociologue, EHESS
    Marion Schumm, docteure en philosophie, enseignante en lycée
    Patrick Simon, démographe, revue Mouvements
    Sélim Smaoui, docteur en science politique
    Bradley Smith, MCF en études anglophones, Université Paris Nanterre
    Thomas Sommer-Houdeville, Docteur en Sociologie
    Hélène Stevens, maîtresse de conférences en sociologie à l'Université de Poitiers
    Sonia Taleb, doctorante en histoire
    Julien Talpin, chargé de recherche au CNRS (Université de Lille)
    Federico Tarragoni, maître de conférences en sociologie à l'université Paris 7-Denis Diderot
    Louise Tassin, doctorante en sociologie, ATER à l'EHESS
    Julien Théry, historien, université Lyon 2-Lumière
    Arnaud Tomès, enseignant de philosophie, Strasbourg
    Annie Topalov, psychanalyste
    Christian Topalov, sociologue, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris
    Jean-Louis Tornatore, anthropologue, université de Bourgogne
    Maryse Tripier, sociologue, professeur émérite de l'université Paris-Diderot
    Marie Van Effenterre, doctorante en anthropologie
    Yves Vargas, professeur honoraire de philosophie, Paris
    Daniel Veron, sociologue
    Thomas Vescovi, chercheur indépendant en histoire contemporaine
    Victor Violier, doctorant en science politique, Université Paris Nanterre
    Claire Vivès, Sociologue, Centre d'études de l'emploi et du travail
    Elise Voguet, historienne, CNRS
    Christophe Voillot,maître de conférences en science politique,Université Paris-Ouest Nanterre
    Sophie Wahnich, historienne, Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris
    Olenka Witjas, responsable pédagogique
    Pierre Zaoui, maître de conférences en philosophie à l'université Paris 7-Denis Diderot
    David Zerbib, philosophe, Paris