[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Affaire Benalla suite

    Benalla

    Brève publiée le 17 janvier 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://lemediapresse.fr/actualites/alexandre-benalla-aurait-conserve-un-telephone-crypte-classe-secret-defense/

    L’affaire Benalla n’en finit plus d’offrir son lot de rebondissements. Après les passages à tabac de manifestants le 1er mai dernier, le selfie polémique avec une serveuse de restaurant, arme au poing (l’intéressé clame qu’il s’agit d’un pistolet à eau) et les passeports diplomatiques, voilà que Le Canard enchaîné révèle qu’Alexandre Benalla aurait conservé un téléphone crypté « classé secret-défense ». Toujours selon le Canard, Patrick Strozda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron aurait « oublié » de lui réclamer ledit téléphone. Il s’agit du téléphone Teorem « utilisé par le président de la République et les huiles de l’État – civiles et militaires – pour leurs communications ultra-sécurisées ».

    Alexandre Benalla aurait conservé un téléphone crypté « classé secret-défense »

    En outre, l’ancien collaborateur de l’Élysée aurait révélé l’existence d’un nouveau passeport de service, normalement délivré à des agents civils ou militaires de l’État accomplissant des missions ou étant affecté à l’étranger pour le compte du gouvernement. Le Canard enchaîné dénombre donc quatre passeports spéciaux : « deux diplomatiques et deux de service si l’on compte celui qui a été établi lorsqu’il travaillait à la délégation interministérielle pour l’égalité des Français de l’outre-mer. » L’hebdomadaire satirique précise que le téléphone et le passeport de service auraient été remis à l’Élysée par son avocate le 11 janvier.

    En attendant, le parquet a ouvert le 29 décembre dernier une enquête sur l’utilisation des premiers passeports diplomatiques, pour « abus de confiance » et « usage sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle ».