[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Les «gilets jaunes» font les frais du changement de règles de Facebook

    Gilets-jaunes

    Brève publiée le 19 janvier 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.rfi.fr/france/20190119-chute-gilets-jaunes-groupes-facebook-regles

    Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », les groupes Facebook sont un outil essentiel pour faire circuler les informations et coordonner les actions. Cependant, ces derniers jours, les effectifs de ses groupes fondent comme neige au soleil. Certains « gilets jaunes » ont crié au complot, accusant Facebook de censurer le mouvement. En réalité, le réseau social a simplement changé ses règles de comptage.

    Un million de membres en moins sur le groupe Facebook intitulé « Compteur officiel de gilets jaunes », 50 000 membres perdus pour « la France en colère » d'Eric Drouet… Ces derniers jours, les groupes de « gilets jaunes » font les frais d'une nouvelle méthode de comptage.

    media

    Les administrateurs avaient été prévenus

    L'entreprise de Mark Zuckerberg assure que les administrateurs avaient été prévenus de cette mesure : désormais les utilisateurs ne peuvent plus faire entrer un de leurs contacts dans un groupe Facebook sans l’autorisation de ce dernier, ce qui était possible auparavant.

    Le réseau social a donc décidé d’exclure des groupes Facebook existants toutes les personnes qui avaient été placées dans un groupe mais n’y avait jamais participé. Ces utilisateurs fantômes, qui ont reçu une invitation, ont moins d'un mois pour valider leur adhésion à tel ou tel groupe.

    Plus de transparence pour Facebook ?

    Sous le feu des critiques après de nombreux scandales en Europe et aux Etats-Unis, accusé également de gonfler artificiellement son audience, Facebook cherche ainsi à aller vers plus de transparence.