[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Gilets jaunes: Toulouse plutôt que Paris, l’épicentre de la mobilisation a changé

Gilets-jaunes

Brève publiée le 20 janvier 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.leparisien.fr/economie/gilets-jaunes-toulouse-plutot-que-paris-l-epicentre-de-la-mobilisation-a-change-19-01-2019-7992333.php

La Ville rose a comptabilisé plus de manifestants que la capitale ce samedi, pour l’acte 10 de la mobilisation.

Si nationalement la mobilisation est stable selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, avec 84 000 manifestants pour l’ensemble du territoire, comme une semaine auparavant, la vraie surprise est venue du nombre de Gilets jaunes présents dans la Ville rose.

Les 10 000 manifestants recensés à Toulouse, constituent un record depuis le début du mouvement, un nombre supérieur de deux mille personnes aux différents défilés parisiens. La présence d’une des figures de proue du mouvement, Maxime Nicolle, ayant sans doute joué dans le succès du rassemblement.

A Toulouse, la manifestation a cependant été émaillée de heurts en fin de parcours, et dix interpellations ont eu lieu selon la préfecture. Le slogan « Castaner le boucher, France mutilée », avait les faveurs de la foule. Le ministre de l’Intérieur était la cible des manifestants, après avoir défendu vendredi l’utilisation par les forces de l’ordre du lanceur de balles de défense controversé LBD, ayant fait de nombreux blessés graves depuis novembre dernier.

A Bordeaux, aussi, la mobilisation a été importante, avec près de 4000 manifestants. Mais en Gironde, le rassemblement terminé sur de violents affrontements avec les forces de l’ordre.

Cortège calme à Paris, les Gilets jaunes en prison à Dijon

A Paris, le cortège est parti dans le calme, vers midi des Invalides, le point de rendez-vous principal annoncé sur les réseaux sociaux, puis est revenu à ce point de départ quatre heures plus tard. Après 14 kilomètres de marche dans une ambiance globalement bon enfant.

Les forces de l’ordre ont actionné pour la première fois canon à eau et jets de lacrymogènes vers 16h30 autour des Invalides, pour faire reculer des manifestants jetant bouteilles et pavés. La tension est ensuite rapidement retombée, à la tombée de la nuit.

La mobilisation a suivi un peu partout en France le même scénario, avec des rassemblements de Béziers à Nancy ou de Nantes à Marseille, regroupant plusieurs milliers de personnes, avec quelques heurts en fin de cortège mais sans incidents majeurs.

A noter, toutefois, l’agression d’un journaliste du Républicain Lorrainsur un barrage à Longeville-lès-Saint-Avold (Moselle) et une infox à Rennes ou la préfecture a dû démentir la mort d’une manifestante, victime en réalité d’un simple malaise. Autre débordement à Dijon où une cinquantaine de Gilets jaunes ont réussi à pénétrer dans le périmètre de la prison, où étaient enfermés plusieurs « camarades ».