[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    France: Croissance très faible, consommation et investissement stagnants

    économie

    Brève publiée le 30 janvier 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Les premiers chiffres du 4ème trimestre ont été publiés ce mercredi par l'Insee :

    https://www.insee.fr/fr/statistiques/3704597?sommaire=3704685

    L'Insee confirme les prévisions de la note de conjoncture de décembre (https://www.insee.fr/fr/statistiques/3681952) ; la croissance 2018 est estimée à 1,5%. La croissance des troisième et quatrième trimestre est annoncée à 0,3%.

    Surtout, alors que les mesures sur le pouvoir d'achat étaient censées dopées la consommation au quatrième trimestre (+0,5% au quatrième trimestre prévue en juin 2018 par l'Insee : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3567845), la consommation stagne. L'investissement des entreprises est atone (+0,3%) et les achats immobiliers des ménages chutent (-0,4%).

    Bravo Macron, joli résultat !

    -------------------------------------------------------

    https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0600605415470-france-la-croissance-freine-a-15-en-2018-2240606.php

    Au cours du dernier trimestre de l'année, le PIB a augmenté de 0,3 %, selon la première estimation de l'Insee. Sous l'effet, sans doute des « gilets jaunes », la consommation des ménages a stagné.

    La mauvaise nouvelle était largement attendue. La croissance française a fortement ralenti en 2018 par rapport à 2017. Selon la première estimation publiée ce mercredi matin par l'Insee, en effet, le PIB a progressé de 1,5 % l'an passé, après une hausse de 2,3 % un an plus tôt.

    Cette  première estimation sur l'année est conforme aux prévisions publiées mi-décembre par les statisticiens publics. Si les chiffres annuels sont décevants, l'Insee devrait cependant mettre un peu de baume au coeur de l'exécutif.

    Si la Banque de France anticipait une hausse limitée de 0,2 % au cours des trois derniers mois de l'année, notamment du fait de la crise des « gilets jaunes » , finalement l'économie française limite la casse. Au dernier trimestre de 2018, le PIB a augmenté de 0,3 %, soit au même rythme qu'au trimestre précédent.

    Faiblesse de la demande intérieure

    Pour autant, l'effet du mouvement des « gilets jaunes » est bel et bien là : la consommation des ménages a stagné au quatrième trimestre (après une hausse de 0,4 % à l'automne) et l'investissement des entreprises a aussi fortement ralenti. Il n'augmente que de 0,2 % sur les trois derniers mois. Bien loin de la hausse de 1 % du trimestre précédent.

    Et au bout du compte, la demande intérieure finale hors stocks décélère : elle contribue à la croissance du PIB à hauteur de +0,1 point après +0,5 point le trimestre précédent, souligne l'Insee.