[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Ligue du LOL: sanctions sans précédent dans la presse parisienne

Brève publiée le 12 février 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.franceinter.fr/societe/ligue-du-lol-liberation-decide-la-mise-a-pied-d-alexandre-hervaud-a-titre-conservatoire

À Libération, deux journalistes ont été mis à pied à titre conservatoire par leur direction. Aux Inrocks le rédacteur en chef web a aussi été mis à pied.

La direction de Libération a décidé de mettre à pied le journaliste Alexandre Hervaud mis en cause dans le cadre de l’affaire de la ligue du Lol

La direction de Libération a décidé de mettre à pied le journaliste Alexandre Hervaud mis en cause dans le cadre de l’affaire de la ligue du Lol © AFP / Kenzo TRIBOUILLARD

Le quotidien Libération, l'hebdo les Inrocks et le studio de podcasts Nouvelles Écoutes ont pris des mesures lundi contre leurs employés mis en cause dans l'affaire de la "Ligue du LOL". Cette vague de sanctions tombe alors que depuis vendredi soir, une dizaine de femmes et quelques hommes se plaignent du harcèlement que leur ont fait subir des membres de la "Ligue du LOL" depuis quelques années. La "Ligue du LOL" ? Des journalistes, publicitaires, graphistes, informaticiens qui se retrouvaient autour d'un groupe Facebook pour se moquer et harceler un certain nombre de leurs cibles, la plupart du temps des femmes.

Deux journalistes de Libé mis à pied

Du coté de Libé, le chef de service web, Alexandre Hervaud, et le pigiste Vincent Glad, ont été mis à pied lundi matin "à titre conservatoire", a confirmé la direction du journal à France Inter. Cette mise à pied a été annoncée lors de la conférence de rédaction de ce lundi matin.

La mise à pied a été décidée dans le cadre de l'enquête interne qui a été lancée à Libération. Elle n'est "pas une sanction", fait valoir la direction du journal. "Nous prenons cela très au sérieux", explique Laurent Joffrin à France Info. "J'ai lu les témoignages de gens qui ont été victimes de ce cyber-harcèlement que j'ai trouvé révoltant et donc on a décidé d'ouvrir une enquête interne. Ça peut déboucher sur des sanctions ça peut déboucher sur autre chose, je ne sais pas car je veux avoir tous les éléments et clarifier les degrés de participation des uns et des autres." 

Le directeur de Libération précise que l'activité de la "Ligue du LOL" n'engage absolument pas Libération car elle "s'est déroulée sur Twitter, en dehors du journal." "Il y aurait un risque d'atteinte à l'image du journal Libération si l'on avait caché quoique ce soit. Ce que l'on n'a pas fait puisque c'est nous qui avons sorti l'affaire. De plus, nous ne sommes pas restés inertes face à la gravité de la situation".

Une procédure de licenciement lancée aux Inrocks

Aux Inrocks, David Doucet, rédacteur en chef web, a aussi été "mis à pied à titre conservatoire" par la direction du magazine, selon une source proche du magazine citée par l'AFP, une procédure préalable à son licenciement. D'après Libération une procédure de licenciement pour "faute grave" a été engagée.

Fin de collaboration à Nouvelles Écoutes

Les producteurs de podcast Nouvelles Écoutes ont annoncé avoir mis fin leurs collaboration avec Guilhem Malissen.

Quant à Stephen des Aulnois, autre membre de la "Ligue du LOL" et rédacteur en chef du webzine Le Tag Parfait, il a décidé de suspendre les activité de la publication et de quitter son poste.

Publicis a, quant à lui, mis à pied Renaud Loubert-Aledo, alias @Claudeloup.  Enfin, le journaliste Guillaume Ledit a été mis à pied à titre "conservatoire" par le média en ligne Usbek & Rica.

Par ailleurs, on a appris lundi que le Huff Post avait licencié trois de ses journalistes il y a quelques semaines en raison des propos sexistes et homophobes qu'ils tenaient dans une boucle de messagerie interne à l'entreprise. "Fin de l’été 2018, des salariées se rendent compte que le groupe est en fait un défouloir sexiste, raciste et homophobe, notamment utilisé pour insulter les collègues femmes de la rédaction", écrit Libération qui révèle l'affaire.

Les excuses n'auront pas suffit

Un certain nombre des hommes mis en cause par ces témoignages apparus sur Twitter ce week-end ont rédigé des messages d'excuses.Vincent Glad, journaliste pigiste pour Libération et Brain magazine, qui a crée le groupe sur Facebook, a présenté ses excuses sur Twitter : "En créant ce groupe, j'ai crée un monstre qui m'a totalement échappé", a-t-il écrit. David Doucet, rédacteur en chef web aux Inrocks, s'est dit "désolé". "Cette libération de la parole m'a surtout fait prendre conscience que je comptais parmi les bourreaux", a-t-il écrit sur Twitter. Alexandre Hervaud, journaliste à Libération, a présenté ses excuses, expliquant que certains des témoignages apparus depuis vendredi lui avaient "littéralement tordu le bide".