[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le surréalisme arabe des années 1970

Brève publiée le 14 février 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.zones-subversives.com/2018/11/le-surrealisme-arabe.html

Le surréalisme arabe des années 1970

Les surréalistes arabes attaquent toutes les valeurs traditionnelles. Contre le nationalisme et les religions, ils défendent l'unité du prolétariat pour une révolte libertaire.

Les mouvements artistiques expriment un désir de liberté qui dépasse largement le cadre des pays occidentaux. Le surréalisme ne se cantonne pas à la France. Il existe également un surréalisme arabe. Il exprime une créativité contre la religion, le nationalisme et toutes les formes d’autorité. Les surréalistes arabes s’attaquent à la patrie arabe et à la civilisation islamique. La libération sexuelle devient également un moteur de contestation. Des textes des surréalistes arabes sont réunis dans un livre qui reprend le beau nom de leur revue Le Désir libertaire.

                                    

Histoire d’une revue

Marc Kober présente ce surréalisme arabe. La revue Le Désir libertaire adopte une position internationaliste au sujet du conflit israélo-palestinien. L’union du prolétariat doit s’opposer à la guerre. Un texte de décembre 1973 dénonce les illusions nationalistes et s’inscrit dans un communisme de conseils. Le surréalisme arabe reste marqué par la figure du poète Abdul Kader El Janabi. Il naît en Irak en 1944 mais échappe à une éducation islamique. Il devient un marxiste laïc. Mais la bohème artistique n’est pas toléré très longtemps par le régime. El Janabi s’exile à Londres. Il devient un militant du monde arabe proche du mouvement libertaire. Mais il décide de s’installer à Paris.

Le Désir libertaire, à la fois groupe et revue, est créé en 1973. Ce collectif arabe tente de relier André Breton et Léon Trotsky pour concilier poésie et politique. Des poètes, des écrivains et des dessinateurs s’expriment en arabe. « Détourner les codes de la bande dessinée ou de la culture populaire américaine est une arme utilisée contre la nation arabe », observe Marc Kober. Maroine Dib est influencé parles détournements situationnistes, les caricatures du journal Charlie hebdo et la bande dessinée. Karl Marx, André Breton, Benjamin PéretAdorno et les situationnistes influencent ce groupe. « Certains de ses aspects sont faciles à comprendre : la volonté de briser des inerties, des tabous, un conformisme politique et mental particulièrement épais dans le monde arabe alors », décrit Marc Kober.

Benjamin Péret devient une influence majeure. Le poète attaque de manière virulente la patrie et la religion, également cible privilégiée par les surréalistes arabes. Surtout, le Désir libertaire sépare l’action sociale et politique de la poésie. Ces deux activités ont leur efficacité propre qui doit être distinguée. « Le slogan, le pamphlet, l’article polémique voire la caricature ou le blasphème d’un côté, de l’autre le poème », décrit Marc Kober.

Dans un entretien accordé au journal La Répubblica, El Janabi évoque son parcours. Il a également publié Horizon vertical, un livre autobiographique. El Janabi évoque l’importance du cinéma américain durant sa jeunesse à Bagdad. Cette culture populaire renouvelle un imaginaire alors influencé par la culture mésopotamienne. Son quotidien à Bagdad reste attaché à la liberté. « La vie de bohème dans les cafés, les nuits passées à refaire le monde et l’écriture, les rencontres avec les jeunes poètes rebelles », décrit El Janabi. Entre 1964 et 1968, la contestation menace le pouvoir, avec des manifestations étudiantes et des grèves ouvrières. Mais le parti Baath prend le pouvoir par la force pour réprimer ces révoltes. El Janabi parvient à quitter l’Irak en 1970.

Il rencontre les situationnistes, dont il partage les idées libertaires. « Tout de suite, je me suis trouvé politiquement d’accord avec leur programme conseilliste, marxiste et antiléniniste », confie El Janabi. Anton Pannekoek, Karl Korsch et Paul Mattick restent ses références intellectuelles. Mais les situationnistes rejettent l’art et la poésie comme des formes dépassées qui ne portent plus aucune transgression. Pourtant, le mouvement situationniste semble plutôt proche de la démarche surréaliste. Néanmoins, à partir des années 1960, la plupart des groupes surréalistes dans le monde s’alignent sur une idéologie trotskiste et tiers-mondiste. El Janabi s’attache au courant libertaire du communisme de conseils.

                               

                            Résultat de recherche d'images pour "Maroine Dib dessins"

 Poésie et politique

Le Désir libertaire répond aux critiques qui suivent son premier numéro. La revue affirme une lecture de classe et internationaliste sur le conflit israélo-arabe. « Transformer la guerre impérialiste en guerre civile » et « Tout le pouvoir aux conseils ouvriers » deviennent leurs slogans. Des journaux accusent la revue d’être vendue à des Etats alors qu’elle affirme au contraire son indépendance par une position politique audacieuse.

« Face à la poésie de cette confrérie misérable, face à la poésie militante, aux poètes fonctionnaires, aux poètes martyrs, aux poètes messies, le Désir libertaire a affirmé qu’il n’est de poésie que de l’individu qui se réalise et que le seul poète à venir sera la révolution, celui-ci réalisant celle-là », répond la revue. La culture arabe est accusée d’être davantage liée aux régimes bureaucratiques plutôt qu’aux révoltes du prolétariat.

Le « Manifeste de 1975 » affiche les positions des surréalistes arabes. Ils s’opposent à l’ordre bourgeois et à ses institutions traditionnelles. « Les grandes valeurs des classes dominantes (la patrie, la famille, la religion, l’école, la caserne, les églises, les mosquées et autres pourritures) nous font rire. Nous pissons joyeusement sur leurs tombes », ironise la revue. Les surréalistes arabes valorisent l’imagination contre l’acceptation de la réalité.

La sexualité, la sensualité et la libération des corps doivent faire exploser la religion et l’ordre moral. Une perspective révolutionnaire de remise en cause de tous les aspects de la vie est clairement affirmée. « Dans ce monde de survie masochiste, le surréalisme est une façon offensive mais poétique de vivre. C’est la flamme interdite du prolétariat qui embrase l’aube insurrectionnelle afin de retrouver le moment révolutionnaire : le rayonnement des conseils ouvriers comme une mode de vie profondément adorée par les amoureux », exprime la revue.

Le Désir libertaire affirme son attachement au surréalisme. Mais la revue ne vise pas à produire une poésie révolutionnaire. C’est au contraire la révolution qui doit être mise au service de la poésie. C’est au marxisme à s’élever au niveau du surréalisme. La revue se méfie également du surréalisme officiel et momifié. Elle refuse un surréalisme figé qui devient une banale idéologie. L’écriture automatique devient une simple technique littéraire qui ne permet plus de véritablement libérer l’imagination et la créativité. « Le surréalisme est une attaque qui dépasse la politique et les arts et exige une reconnaissance indépendante », estime El Janabi.

          

Actualité du surréalisme arabe

Ce livre permet de faire connaître le groupe Le Désir libertaire. Certes, il publie une revue qui reste confidentielle mais qui exprime un regard original sur le monde et sur la poésie. Les surréalistes arabes puisent le meilleur de la tradition surréaliste. Ils tentent de relier poésie et politique. Ils s’appuient sur la transgression poétique et libertaire contre les valeurs traditionnelles.

Ce point de vue reste souvent effacé par celui du gauchisme arabe. Un anti-impérialisme gomme toute lucidité politique lorsqu’il s’agit d’analyser la situation des pays arabes. Le tiers-mondisme et l’exotisme permettent de rabaisser les exigences révolutionnaires. Les gauchistes et même les libertaires ferment les yeux sur les pratiques autoritaires et sur l’islamisme dès qu’il faut se ranger derrière des groupes qui s’opposent à l’impérialisme américano-sionniste.

Le Désir libertaire tranche avec ce confusionnisme démagogique. La position des surréalistes arabes sur la colonisation israélienne reste claire et pertinente. Ils refusent de soutenir des idéologies nationalistes ou islamistes. C’est au contraire l’unité du prolétariat qui doit permettre d’en finir avec le colonialisme et l’exploitation. Cette position reste marginale encore aujourd’hui. Le nationalisme prime sur l’analyse de classe. Les gauchistes et les libertaires n’hésitent pas à se ranger derrière le Hamas, qui dirige et exploite les prolétaires palestiniens, au nom d’un anti-impérialisme frelaté.

Le Désir libertaire montre également que les idées surréalistes restent toujours percutantes dans les pays arabes. La remise en cause des régimes autoritaires, du patriotisme et de la religion garde sa pertinence. Dans les sociétés occidentales, les normes et les contraintes sociales s’imposent de manière plus subtile.

L’anticléricalisme peut paraître déconnecté et la valorisation de l’amour semble récupérée par la marchandise. Le surréalisme semble émoussé pour lutter contre le cauchemar climatisé des sociétés occidentales. En revanche, le style percutant d’un Benjamin Péret permet de bousculer les sociétés arabes. La critique de la religion, de la famille, de l’ordre moral, des valeurs autoritaires et patriarcales reste indispensable.

Les révoltes de 2011 dans les pays arabes révèlent toute l’actualité de la démarche du Désir libertaire. Ces mouvements sociaux attaquent le conformisme social, la répression policière, l’autoritarisme des régimes et l’étouffoir du puritanisme religieux. La jeunesse arabe affirme un désir de liberté et d’émancipation. Il semble important de relier la transgression poétique avec les luttes sociales comme le propose le Désir libertaire.

Source : Collectif, Le Désir libertaire. Le surréalisme arabe à Paris, L’Asymétrie, 2018

Articles liés :

Le surréalisme, une révolution poétique

La révolution des surréalistes

Une histoire critique du surréalisme

Benjamin Péret : surréaliste et révolutionnaire

Pour aller plus loin :

Charles Illouz, L’Autre de l’Arabe mis à nu, publié dans la revue en ligne Délibéré le 6 août 2018

Aurélien Dauguet, Anarchisme et Surréalisme, mis en ligne sur le site Socialisme libertaire le 21 avril 2018

Ronald Creagh, Tempêtes libertaires : Georges Hénein, Ramsès Younane, et le mouvement surréaliste en Égypte, mis en ligne sur le site de la revue Réfractions le 30 avril 2015

Narjess D'Outreligne, Le surréalisme en Orient

Christophe Dauphin, Abdul Kader EL JANABI, publié sur le site de la revue Les Hommes sans épaules

Florence Gaillard, Témoin. Abdul Kader El Janabi, publié sur le site du journal Le Temps le 19 avril 2003 

Maati Kabbal, Le violeur de Bagdad, publié sur le site du journal Libération le 4 juin 1998 

Articles de Marc Kober publiés sur le portail Cairn 

Articles de Marc Kober publiés sur le site de la revue Itinéraires 

Vive la lutte des prolétaires palestiniens !, publié sur le site du journal Bad Kids le 17 janvier 2015