[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Gilets jaunes : "Je ne verrai plus jamais de cet oeil"

    Gilets-jaunes Violences-Policières

    Brève publiée le 20 février 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/gilets-jaunes-je-ne-verrai-plus-jamais-de-cet-oeil_3196327.html#

    Fiorina, étudiante de 20 ans, a définitivement perdu un oeil au cours d'une manifestation après avoir reçu une grenade lacrymogène dans le visage.

    Sa vie a basculé un samedi de décembre 2018 sur les Champs-Elysées. Fiorina, 20 ans, et son compagnon Jacob participent à une manifestation des gilets jaunes. La jeune femme s'effondre après avoir reçu une grenade lacrymogène dans le visage. "Le choc était tellement énorme pour mon corps que sur le moment je n'ai même pas senti la douleur", explique Fiorina.

    Le tir direct montré par la vidéo surveillance expliquerait l'importance des lésions au niveau de l'oeil de la jeune femme. Le soir même, le chirurgien qui la prend en charge lui annonce que c'est irréversible. "C'était un choc quand j'ai appris que je reverrai plus jamais de cet oeil... Même deux mois après, j'ai du mal à réaliser. J'ai 20 ans, j'ai fait à peine un quart de ma vie...", confie Fiorina.

    Dans quelques semaines, la jeune femme sera énucléée. Elle ne sait pas si le muscle de sa paupière qui ne s'ouvre plus pourra être réparé pendant la même intervention. Impossible également de savoir quand son cerveau réussira à compenser la perte de son oeil gauche.

    La Société française d'ophtalmologie s'alarme des blessures oculaires irréversibles chez certains manifestants. Ses représentants doivent être bientôt reçus par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.