[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Solidaires: Et maintenant, Macron sort l’armée et interdit les manifestations

solidaire

Brève publiée le 22 mars 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://solidaires.org/Et-maintenant-Macron-sort-l-armee-et-interdit-les-manifestations

L’Union syndicale Solidaires dénonce l’escalade du pouvoir dans la répression et la limitation des libertés.

Le gouvernement annonce le déploiement de l’armée ce samedi 23 pour « sécuriser » certains lieux sur lesquels il reste très vague.

L’armée n’est en aucun cas préparée aux situations qu’elle va devoir gérer. Elle gardera des lieux de pouvoirs avec des armes à feu. Sourd aux revendications, Macron portera la responsabilité de ce qui se passera ce samedi et les jours qui suivront.

Le gouvernement alimente donc la violence, souffle sur les braises et propage l’incendie social. Après le passage dans la loi de mesures de l’état d’urgence en 2017, avec le projet de loi anti-manifestation, avec les consignes données à la police d’utilisation massives d’armes de guerre comme le LBD, la réapparition des voltigeurs à moto et armés dans les manifestations, nous atteignons un niveau de violence d’Etat inégalé depuis l’instauration et la mise en place de l’état d’urgence en France à la fin des années 50. A cette époque, il s’agissait de réprimer les manifestations de soutien à la lutte pour l’indépendance du peuple algérien. A cette époque, il s’agissait de légitimer la guerre contre les « indigènes » rétifs et « violents ». Macron considère-t-il les manifestant-es comme des ennemis qu’il faut mater à tout prix par la police et maintenant l’armée ?

Le pouvoir entérine aussi des interdictions de manifestation, comme à Nice. Restreindre les libertés pour y accueillir le président d’une dictature, la Chine, effectivement, cela est cohérent.
Le droit de manifester est un droit constitutionnel auquel il est hors de question de renoncer. Nous devons appeler les militant.es, adhérent.es, sympathisant.es à être dans la rue samedi et les jours qui suivront.

L’Union syndicale Solidaires continue à soutenir les manifestations des Gilets jaunes, et plus généralement la contestation sociale croissante en France.

Notre société brûle et se consume des injustices toujours plus violentes, et Macron regarde ailleurs et envoie l’armée...