[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Marx évacué des programmes de philo ! Défendons les programmes de philosophie !

Marx Philosophie

Brève publiée le 22 mars 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/petition-defendons-programme-philosophie-terminale

Andreea-Maria Lemnaru-Carrez

Chercheuse en philosophie à la Sorbonne, spécialiste du néoplatonisme, elle est notamment intervenue à Oxford, Londres et Cambridge, et publiée en poésie chez l'Harmattan.

Alors que les nouveaux programmes de philosophie de terminale ont été communiqués aux professeurs, une jeune chercheuse lance une pétition contre la suppression de certains thèmes comme le travail et l'inconscient. Elle redoute la mise à mort de la pensée critique.

Dans la liste présentée par le Conseil supérieur des programmes (CSP) à l'Association des professeurs de philosophie de l'enseignement public (APPEP) du nouveau programme de philosophie de terminale, le Travail, infrastructure collective ainsi que l'Inconscient, preuve de l'irréductibilité de la conscience au mécanisme, disparaissent au profit d'un thomisme bigot et d'une phénoménologie apologète de l'ineffable (c'est-à-dire l'impensable) et de l'instant présent.

NI MARX, NI FREUD

Exit Marx et Freud, le matérialisme historique et la psychanalyse introspective, bonjour Saint-Augustin et Saint-Thomas ! La scolastique médiévale et le culte d'une transcendance impensable d'un côté, le behaviorisme de l'autre. Voilà qui promet ! En d'autres termes, le futur bachelier deviendra un cadre d'entreprise rompu à la rhétorique, qui se pique de mysticisme pour pallier son défaut de conscience politique et idéologique – et donc un allié de choix pour l'ordre établi.

Ce scandale politique, social et culturel est non seulement régressif et indigne des héritiers des Lumières que nous sommes : il met en péril la liberté de penser, fondement de notre République et de notre Constitution. La supercherie ne doit pas être passée sous silence, mais exhibée en plein jour sur la place publique et réduite à néant.

L'infâme Blanquer ne se contente pas de semer la pagaille dans les séries lycéennes : elle prétend également fondre la Philosophie dans une nouvelle matière, “Humanités, littérature et philosophie”, culture générale au pire sens du terme. A travers cette fumisterie, c'est l'enseignement même de la philosophie en France qui est menacé dans sa structure et sa raison d'être : l'éveil et la transmission de l'esprit critique, menacé par le formatage de la pensée.

Lachelier, en 1889[1], rappelait combien il est essentiel que les élèves “voient leur professeur penser devant eux pour s'exercer à penser eux-mêmes avec lui1”. Mais comment penser sans critiquer, en n'existant plus comme discipline à part entière et en passant sous silence les deux rouages de nos sociétés, les réalités du travail et de l'inconscient ?

UN LAVAGE DE CERVEAU

Rien de mieux pour élever de bons petits soldats obéissants, que l'on habitue donc à ne pas questionner le système politique dans lequel ils vivent, fondus dans le moule des entreprises et l'espérance d'un royaume qui n'est pas de ce monde.

Contre la propagande et le lavage de cerveau déjà dangereusement bien engagé, luttons par nos plumes et notre indignation ! Nous ne sommes pas les esclaves d'un maître tyrannique qui appliquons sans broncher les directives d'en haut, pas les cardinaux d'un pape incompétent, Blanquer, qui dicte la volonté d'un Dieu capitaliste sur terre. Ne l'oublions pas : c'est à nous qu'incombe la responsabilité de former la génération future d'individus éclairés ou lobotomisés. La pensée critique est en voie de disparition, et seuls les roseaux pensants que nous sommes encore sont en mesure de la sauver.

Amis et gardiens de l'esprit critique, l'heure est grave et nous devons agir vite - et bien.

Philosophes de l'enseignement secondaire comme du supérieur, enseignants de toutes les disciplines et intellectuels, unissons-nous ! Faisons entendre nos voix pour que la pensée réelle continue de vivre en France, dans nos écoles et dans nos consciences !

Nous ne resterons pas les bras croisés pour contempler le naufrage.

En conséquence, nous rejetons formellement et absolument 1) la disparition des notions de Travail et d'Inconscient du programme de terminale et 2) la dissolution de la Philosophie elle-même dans le fourre-tout HLP dont on comprend bien l'intention : entraîner aux concours des écoles de commerce et fournir un vernis de culture à nos élèves que l'on entend désormais former à l'imposture intellectuelle.

Nous exigeons, conformément à nos droits et devoirs 1) que la Philosophie ne soit pas fondue dans la matière HLP et 2) que les notions de travail et d'inconscient ne soient pas supprimées du programme de terminale.

Vous pouvez signer la pétition d'Andreea-Maria Lemnaru-Carrez


[1] Jules Lachelier, Rapport sur l'enseignement de la philosophie, 1889, repris dans Corpus, Revue de Philosophie, numéro 24-25 Lachelier, 1994, p. 191-194.