[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Algérie : un nouveau scandale d’humiliation de manifestantes

    alg

    Brève publiée le 15 avril 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://oumma.com/algerie-un-nouveau-scandale-dhumiliation-de-manifestantes-entache-gravement-limage-de-la-police/

    En Algérie, deux jours après une bavure policière particulièrement abjecte qui, si elle est avérée, déshonorerait gravement ceux qui l’ont commise et l’institution qu’ils servent, de nombreuses voix indignées s’élèvent pour faire part de leur écoeurement.

    C’est derrière les murs du commissariat de Baraki, situé à 30 km d’Alger, que l’impensable se serait produit, samedi 13 avril, selon les révélations de Samir Larabi, un militant connu du Parti socialiste des travailleurs (PST) et journaliste de son état.

    « Durant le rassemblement tenu à la Grand-Poste d’Alger, les policiers sont intervenus avec brutalité, ont réprimé et tabassé les manifestants. Les militants arrêtés ont été emmenés au commissariat de Baraki, à 30 km d’Alger. Mais le plus grave encore, c’est que quatre militantes femmes ont été humiliées par les policiers du commissariat de Baraki. Ils les ont forcées à enlever tous leurs vêtements, pour les mettre nues comme au jour de leur naissance ! », a-t-il témoigné.

    « Ce qu’ont fait les policiers de Baraki est une humiliation, un acte dégradant, une atteinte à la dignité de la personne humaine », a condamné vigoureusement Samir Larabi.

    Soufiane Djilali, président du parti politique algérien Jil Jadid (Nouvelle génération), a été l’un des premiers à dénoncer cet excès de zèle policier inqualifiable, qui a franchi un nouveau palier dans l’abjection, après les marches de protestation des étudiants en médecine de triste mémoire. En effet, au cours de leur interpellation, des étudiantes en blouse blanche, sous le choc, avaient affirmé avoir été victimes d’attouchements de la part de policiers.

    Dans le tweet outré posté par Soufiane Djilali, celui-ci précise qu’une femme agent de police a infligé cette humiliation des plus viles et intolérables, qualifiée « d’acte barbare », à quatre de ses congénères, et serait couverte par sa hiérarchie. Obéissait-elle à des ordres ou pas ? L’enquête qu’il réclame toutes affaires cessantes devra faire la lumière sur cette bien sombre affaire, qui n’est pas de nature à redorer le blason de la police.

    Pour l’heure, la DGSN et le ministre de l’Intérieur se murent dans le silence, face à ce nouveau scandale qui éclabousse toute une institution.