[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    L’Internationale sauvera-t-elle les Gilets jaunes ?

    Badiou

    Brève publiée le 19 avril 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/linternationale-sauvera-t-elle-les-gilets-jaunes

    Le penseur marxiste Alain Badiou rappelle que "Tout ce qui bouge n’est pas rouge". Dans "Méfiez vous des blancs, habitants du rivage" (Fayard, 2019), il plaide pour un nouveau communisme dans une patrie monde.

    Alain Badiou, 2009

    Alain Badiou, 2009• Crédits : Eric Fougere - Getty

    Auteur de L’Etre et l’Evénement (1988) et de Petrograd-Shangaï, les deux révolutions du XXe siècle l’an passé (La Fabrique) qui analyse des échecs d'octobre 1917 en Russie et de la révolution culturelle chinoise, Alain Badiou revient dans le siècle présent et tire les leçons de la contestation en cours.

    Dans un court essai intitulé Méfiez-vous des blancs, habitants du rivage (Fayard, 2019), il invite à élargir notre regard au-delà de nos frontières.

    Pour Alain Badiou, la question dite des "migrants" est l'inverse de celle des gilets jaunes : la première est ouverte sur le monde, tandis que la seconde reste centrée sur l'échelle nationale. S'il repose sur une colère légitime, le mouvement des gilets jaunes est donc, pour lui, plus conservateur qu'il n'y paraît.

    Cette protestation, me semble-t-il, est un retour à un ordre ancien. [...] Elle me paraît marquée par la nostalgie d'un vieux monde. (Alain Badiou)

    Alain Badiou appelle donc à un communisme nouveau, qui prenne en compte la question des réfugiés au niveau international. Au terme de "migrants", il préfère celui de "prolétariat nomade". Il convoque à plusieurs reprises le genre poétique pour mieux décrire cette réalité.

    Dans ce livre, j'ai beaucoup utilisé la référence poétique. A certains  moments, le dire poétique précède la dire politique. Il y a quelque chose de divinatoire. (Alain Badiou)

    Voir toutes les vidéos