[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Montpellier. À propos du meeting de LO sur Les Européennes

LO NPA

Brève publiée le 25 avril 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://npaherault.blogspot.com/2019/04/montpellier-propos-du-meeting-de-lo-sur.html

La direction nationale du NPA a décidé majoritairement d'appeler à voter LO lors des prochaines élections européennes. Cette décision est loin de faire l'unanimité parmi les militant-es. Nous publions ci-dessous 2 textes reflétant des positions divergentes sur le sujet : le premier, écrit par 2 camarades suite au meeting de LO à Montpellier, le deuxième exprimant les raisons de ne pas appeler à voter LO, signé par 7 militant-es du NPA34. Ils sont suivis de deux liens précisant la position nationale  du NPA.
 


(1)  Lucas et Cléo du Comité Jeunes NPA 34 :

Meeting de Lutte Ouvrière : 
« un programme de lutte pour les travailleurs ! »


Ce samedi 20 avril à Montpellier, avait lieu un meeting de Lutte Ouvrière. Nathalie Arthaud, tête de liste Lutte Ouvrière pour ces élections européennes, a ouvert son introduction sur la nécessité pour les révolutionnaires de faire entendre leur voix le plus largement possible – et ce d'autant plus dans la période actuelle. Cela passe notamment par des campagnes électorales, qui permettent de développer un programme qui défend les intérêts des exploités et des opprimés. 

Lutte Ouvrière défend l'idée d'une Europe des travailleurs, unie et sans frontières. Si la bourgeoisie se sert de l'Union Européenne comme d'un outil pour maximiser ses profits et exploiter toujours plus les travailleurs, il ne s'agirait pas de dire, contrairement aux souverainistes comme Mélenchon ou Asselineau, qu'il suffirait d'un repli national pour améliorer les conditions de vie de la population. Les frontières ne sont pas un vecteur de « protection » face au capitalisme et la lutte contre l'UE n'est pas un but en soi séparé de la lutte contre les capitalistes nationaux – d'autant plus en France, ou ceux-ci sont parmi les principaux artisans du « projet européen ». 

Contre les réactionnaires qui voudraient nous faire croire que la question des migrations est un « problème », Nathalie Arthaud affirme qu'un travailleur français a davantage d'intérêts communs avec un travailleur algérien ou polonais qu'avec un grand patron, fut-il français, comme Bernard Arnault. Par conséquent, Lutte Ouvrière est partisane de la libre circulation sans conditions et de l'ouverture des frontières. De la même manière, au cours de la discussion, des militants de LO ont voulu affirmer haut et fort leur soutien au mouvement actuel en Algérie, affirmant que les travailleurs algériens sont « nos frères de lutte ». 

Lors du meeting, Nathalie Arthaud explique les grands axes programmatiques de la campagne. Premièrement, celui du pouvoir d'achat : il faut non seulement augmenter les salaires, mais aussi les indexer sur l'inflation, c'est-à-dire à chaque fois que les prix augmentent, augmenter proportionnellement les salaires. 

Deuxièmement, le droit à l'emploi, un droit fondamental selon LO. Il faut ainsi s'opposer fermement aux licenciements et aux fermetures d'usines. La meilleure solution au problème du chômage, c'est une répartition du temps de travail qui permette d'une part à chacun d'avoir un emploi, d'autre part de baisser drastiquement le temps de travail hebdomadaire. Comme soulevé lors de la discussion avec la salle, le capitalisme nous pousse à voir les autres travailleurs comme des menaces (les travailleurs étrangers par exemple), mais à voir les machines qui viennent remplacer certains postes comme des menaces également – on pense par exemple aux caisses automatiques. La question de la répartition du temps de travail est une réponse en positif à cette mise en concurrence permanente des travailleurs.  

Troisièmement, contre le secret des affaires et le secret bancaire, contrôler les livres de comptes : les communistes révolutionnaires revendiquent la transparence totale des comptes de la bourgeoisie, en premier lieu dans les entreprises. L'arrestation de Carlos Ghosn n'est qu'un exemple parmi tant d'autres démontrant comment ce secret permet aux patrons de maquiller la fraude et le détournement de bénéfices de l'entreprise. 

Ces grands axes visent notamment à montrer que l'ennemi n'est pas seulement Macron et son gouvernement, mais bel et bien une classe entière, celle des capitalistes qui vivent du travail des ouvriers et des employés et ce sans aucune considération pour le bien-être commun. La question écologique ne fait pas exception : poussés par la recherche du profit, les capitalistes n'ont que faire de la destruction de notre environnement. Ainsi, pour sortir de l'impasse écologique, il faudra exproprier ces mêmes capitalistes. Cette expropriation ne peut évidemment pas se faire avec l'accord de la bourgeoisie qui détient les moyens de production et le pouvoir politique. Cela pose donc la question du pouvoir, les communistes révolutionnaires luttent pour la mise en place d'une société dirigée par les travailleurs eux-mêmLucas et Cléo du Comité Jeunes NPA 34e. Par conséquent, ce programme n'est pas un programme électoraliste, mais bien un programme de lutte autour d'objectifs de combat. 

Au cours d'un débat riche en interventions et en témoignages, de nombreux points ont été soulevés. Le mouvement des Gilets Jaunes a beaucoup occupé les discussions. Si les Gilets Jaunes sont composés en grande partie de travailleurs, leurs revendications expriment une volonté d'unité qui ne reflète pas les divergences d'intérêts entre Gilets jaunes exploités et le grand patronat. Ainsi, la mise en mouvement des secteurs traditionnels du mouvement ouvrier et la convergence entre syndicats et Gilets jaunes est apparue à de nombreux militants syndicaux comme une manière de transformer qualitativement le mouvement des Gilets jaunes, en y apportant une réelle perspective de lutte de classe. Cependant, certains syndicalistes ont exprimé la difficulté de mettre en mouvement ces secteurs organisés, notamment car leur propre direction syndicale – en premier lieu celle de la CGT – s'opposait à toute convergence réelle avec les Gilets jaunes. Malgré les contradictions du mouvement, une chose est sûre : depuis le 17 novembre, la peur a commencé à changer de camp, mettant les classes dominantes en difficulté. 

Cette domination de la bourgeoisie s'exprime aussi dans l'absence de neutralité des grands médias. Les Gilets Jaunes s'en sont rendus compte : les principales chaînes d'informations ne relaient que le point de vue de la classe dominante. Ce parti pris s'est vu lors du dernier débat organisé par France 2 : Lutte Ouvrière était le seul parti politique qui se présente aux Européennes à ne pas avoir été invité par la chaîne.

Le Nouveau Parti Anticapitaliste ne présentant pas de liste aux élections européennes et malgré quelques divergences, nous appelons à voter pour les candidats de Lutte Ouvrière, la seule liste qui représente les intérêts des exploités et des opprimés dans ces élections européennes. Le 26 mai, c’est pour Lutte Ouvrière qu’il faut voter et faire voter !
 

Lucas et Cléo du Comité Jeunes NPA 34


(2)  Antoine (NPA Montpellier) Claude (NPA Montpellier) David S (NPA Montpellier), Gilles M (NPA Montpellier), 
Jean-Étienne (NPA Montpellier), Léo (NPA Montpellier), Martine (NPA Montpellier) 
:

Européennes. Appel à voter LO, pour nous c’est non !


Lutte Ouvrière va présenter en France, dans le cadre de ces élections européennes, la seule liste affirmant des principes révolutionnaires et anticapitalistes avec lesquels nous sommes globalement en accord. Il est donc légitime de se poser la question de savoir si nous appelons à voter pour cette liste.
Le Conseil Politique National du NPA a majoritairement fait le choix de faire un appel dans ce sens.
Cela ne nous semble pas judicieux.
Appeler à voter pour LO ne peut apparaître que comme un soutien à la campagne menée par ces camarades.
Une campagne que le NPA a proposé à LO de faire en commun. Ce qui n’a pas été possible, tant la façon de la mener était divergente. 
Qu’il s’agisse des luttes des migrant-es à travers toute l’Europe, de celle des femmes et LGBTI, ou bien encore de la lutte pour le climat, dans laquelle LO refuse d’inclure la lutte anti-nucléaire, elles sont, pour elle, secondaires. Ce qui ne peut qu’amener à un décalage important avec la réalité des mobilisations actuelles dans lesquelles ces axes sont, c’est le point de vue du NPA, centraux.
On se retrouve donc avec une campagne abstraite et principielle, loin des préoccupations de celles et ceux qui se mobilisent sur le terrain.
C’est en vain que nous avons essayé de convaincre nos camarades de mener une campagne commune aux Européennes à partir des luttes existantes, en y étant présents, pour faire la démonstration de leur dimension anticapitaliste et de la nécessité de la jonction avec l’ensemble de la classe ouvrière. Laquelle, au sens réducteur que donne LO du terme (la classe centrée sur les lieux de travail), est très peu mobilisée, en pleine mutation avec le développement du chômage et de tous les statuts précaires qui la morcellent et la divisent, créant un sentiment d’impuissance dont on ne peut imputer la responsabilité aux seules directions syndicales. D’ailleurs nombreux et nombreuses sont les salarié-es impliqués dans ces luttes présentées par LO, au mieux comme intéressantes. Quant à la mobilisation des Gilets Jaunes, il importe d’en saisir ce qui la fait échapper au formatage très XIXe siècle-première moitié du XXe que donne LO des travailleurs et qui lui fait y repérer, de façon erronée, une dimension "unité populaire qui ne reflète pas les divergences d'intérêts entre Gilets jaunes exploités et le grand patronat". Ce qui n’est pas le meilleur moyen de contribuer à ce que cette lutte d’ampleur inégalée définisse toujours mieux et plus ce que sa dynamique anticapitaliste porte…
À mener une campagne comme celle que LO nous proposait et qu’elle mène en ce moment, on a vite fait d’apparaître comme des donneurs de leçon extérieurs aux mouvements tels qu’ils sont.
Dans ces élections européennes essentiellement configurées par le « système » pour offrir une tribune et quelques sièges aux ténors de la politique (le Parlement Européen n’ayant de fait aucun pouvoir), la seule campagne possible est celle qui s’appuie, depuis l’intérieur, sur les luttes en cours. C’est celle qu’a décidé de mener le NPA sans présenter de candidat-es.
Dans ce cadre-là, un appel à voter pour LO et sa campagne propagandiste, la même qui est menée à chaque élection, ne peut qu’affaiblir notre discours et le rendre inaudible à ceux et à celles à qui nous voulons nous adresser. En somme, nous n’appelons pas à voter LO car, pour toutes les raisons que nous venons d’énoncer, nous pensons que c’est une erreur politique brouillant le positionnement des anticapitalistes.
 

Antoine (NPA Montpellier) Claude (NPA Montpellier) David S (NPA Montpellier), Gilles M (NPA Montpellier), Jean-Étienne (NPA Montpellier), Léo (NPA Montpellier), Martine (NPA Montpellier)


(3) La position officielle du NPA :
 

https://www.npa2009.org/communique/elections-europeennes-pas-de-liste-pour-le-npa-mais-une-campagne-anticapitaliste-et
Cliquez sur l'image

Et aussi :
 

https://www.npa2009.org/actualite/politique/faire-entendre-une-voix-anticapitaliste-et-internationaliste
Cliquez sur l'image