[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Soudan: Quelle transition ?

Soudan

Brève publiée le 10 mai 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article48786

Soudan : Quelle transition ? Déclaration des Forces de la Liberté et du Changement

Aux masses de notre fier peuple

Nous avons reçu dans la soirée d’aujourd’hui, mardi 7 mai 2019, une réponse écrite du Conseil militaire au Document sur les structures du pouvoir de transition que nous avions remis au Conseil mercredi dernier, le 1er mai 2019. Cette réponse tardive est bien décevante au regard des espoirs du mouvement des masses qui défendent leur révolution et œuvrent à la parachever, armées de leur foi en leur patrie et des barricades qu’érigent leur résistance face à tout tyran voulant entraver la détermination et la volonté d’affranchissement et d’émancipation du peuple.

0 notre fier peuple

Les forces de la Déclaration de la Liberté et du changement se sont réunies dès sa réception pour répondre au Conseil militaire et ont conclu à la nécessité de clarifier les points suivants :

Premièrement : le sujet aujourd’hui dans notre pays est la révolution et non un marchandage partiel. En conséquence, la base de la négociation était le transfert du pouvoir à une autorité civile, qui soit l’expression des forces révolutionnaires, une opération à laquelle contribuent dignement les forces régulières. Mais certaines orientations préconisées par le conseil militaire contribuent à kidnapper la révolution et à contrôler ses acquis. A ce sujet, le peuple a déjà dit son mot et la protection de la révolution lui revient.

Deuxièmement : Notre peuple souffre maintenant de deux choses : de privations et de crises graves qui se manifestent à travers la continuation de la souffrance des réfugiés et des personnes déplacées dans un climat de ni guerre ni paix, de pénurie de pain, de carburant, de courant électrique et de cherté abusive qui épuise les gens, notamment avec l’imminence du mois sacré de Ramadan et les menaces à la sécurité qui assiègent le pays. Cette situation dangereuse n’autorise ni les atermoiements ni le retard dans la transition. Si le conseil militaire veut prolonger la période de négociations, il exposera le pays à tous les vents. Nous ne le permettrons pas et nous refuserons d’être partie dans l’imposition d’un fardeau supplémentaire sur notre peuple patient et rebelle.

Troisièmement : les lignes générales de la réponse du conseil militaire au document des Forces de la Liberté et du Changement nous conduisent à prolonger les négociations, et non à une transition puisqu’il nous répond au bout de six jours avec un discours qui, - au lieu d’accélérer la discussion directement sur le contenu du document -, donne une réponse qui mêle une formulation de constitution transitoire à des problèmes sans aucun rapport comme la langue ou le rapport entre la religion et l’État. Il s’agit là de questions sur lesquelles le conseil militaire n’a pas à se prononcer, pas plus que les Forces de la Liberté et du Changement, mais dont décidera le peuple soudanais à travers la Constitution qui aura reçu son consentement.

Quatrièmement : le document révèle clairement le désir du Conseil de maintenir le pouvoir dans la main du Conseil souverain. Le conseil militaire exige que lui soient confiées la majorité des rênes du pouvoir et que les organes exécutifs et législatifs soient transférés à des instances aux prérogatives limitées. Cela est contraire à l’essence des revendications de la révolution qu a eu pour slogan un pouvoir civil, ou une révolution sans fin.

Cinquièmement : le conseil militaire a appelé à nouveau les forces politiques qui défendent l’ancien système à une réunion demain mercredi dans la salle de l’amitié. Il s’agit d’un retour à la case départ que nous pensions avoir dépassé avec le comité politique précédent. Les forces qui s’expriment au nom de la révolution ne sont pas celles de l’ancien régime. Celles qui s’expriment au nom de la rue sont les Forces de la Déclaration de la Liberté et du Changement. Et ce retour en arrière augure d’une polarisation qui nous dévierait du partenariat de transition précédemment annoncé entre le conseil militaire et le les Forces réelles de la révolution.

Enfin : le choix de notre peuple est la résistance pacifique totale jusqu’à la réalisation totale des revendications de la révolution, sans restriction. C’est un choix auquel s’attaquent maintes forces qui œuvrent à la division des rangs des forces de la révolution et y exacerbent la confusion. Nos armes pour mettre en échec ces forces qui tentent de kidnapper la révolution et la bloquer sont notre unité, notre pacifisme et notre engagement à nous organiser de façon exemplaire. Nous appelons le conseil militaire à aboutir à une formule qui fasse accord pour transmettre le pouvoir aux forces de la révolution, sinon, le pays sera en proie à tous les vents à cause du retard accusé dans la réalisation des taches de la révolution. C’est le choix de notre peuple et c’est au cœur du ralliement nécessaire des troupes régulières qui doivent être dans le camp du peuple et non dans celui des ennemis de la révolution.

Déclaration des Forces de la Liberté et du Changement

7 mai 2019


P.-S.

• Publié le 8 mai 2019. Source : http://www.sudanile.com/index.php/الأخبار/114763-قوى-إعلان-الحرية-والتغيير-رد-المجلس-العسكري-المتأخر-جاء-مخيباً-لآمال-الحركة-الجماهيرية-التي-تحرس-ثورتها-وتعمل-لإكمال-مهامها)