[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Que feraient les Français s’ils pouvaient revoter aux référendums européens de 1992 et 2005 ?

Brève publiée le 24 mai 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

A la fin de la campagne des élections européennes de 2019, l’Ifop s’est interrogé avec le JDD sur le comportement des Français si le référendum de Maastricht (1992) et le référendum sur la Constitution européenne (2005) étaient à nouveau organisés aujourd’hui. Que ce soit parmi ceux qui ont l’âge de voter en 2019 ou parmi ceux qui l’avaient lors des deux référendums, le rejet des deux traités s’expriment majoritairement.

Ce sont principalement les Français en âge de voter au moment de ces deux référendums (les Français de moins de âgés de 45 ans et plus pour le traité de Maastricht et ceux âgées de 32 ans et plus pour la Constitution européenne) qui seraient le plus à même de rejeter les deux traités.

Si l’issue du vote ne serait qu’amplifier pour le référendum de 2005 (passant de 55,1% à 57% de Non), il serait tout à fait différent pour la traité de Maastricht. Ce dernier fut accepté en 1992 par 50.8% des électeurs en France métropolitaine mais serait rétrospectivement refusé par 57% des Français aujourd’hui.

Parmi les électeurs de 1992, ce sont les électeurs du Oui qui changeraient le plus leur vote : 21% d’entre eux voteraient Non s’ils pouvaient revoter aujourd’hui. Seuls 10% des électeurs du Non en feraient de même. Parmi ceux qui avaient décidé de s’abstenir ou de voter blanc/nul en 1992, 31% voteraient Oui contre 69% qui voteraient non, faisant indéniablement pencher la balance vers le Non.

https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2019/05/116084-Rapport-JDD.pdf