[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

General Electric Belfort : non aux licenciements ! Nationalisation !

Brève publiée le 17 juin 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.marxiste.org/actualite-francaise/luttes-mouvement-syndical/2540-general-electric-belfort-non-aux-licenciements-nationalisation

Le 28 mai dernier, le groupe américain General Electric (GE), qui emploie 16 000 salariés en France, annonçait un plan de « restructuration » sur le site industriel de Belfort. 1044 salariés seraient licenciés sur les 4000 qui font vivre le site. Cela représente plus de la moitié des emplois de la branche des turbines à gaz.

En 2015, le ministre de l’Economie de l’époque, Emmanuel Macron, vendait la branche énergie d’Alstom à GE : « Belfort a un avenir industriel », proclamait-il à l’époque. Le groupe promettait la création de 1000 emplois.

Le nouveau Directeur général de GE France, chargé de piloter les suppressions de postes, s’appelle Hugh Bailey. Il était « conseiller industrie » de Macron, à Bercy, en charge du dossier de vente d’Alstom. La boucle est donc bouclée.

Délocalisation

GE justifie ce plan de licenciements par une perte de vitesse du marché des turbines à gaz 60 hertz. Cette activité serait devenue déficitaire pour le groupe. Les syndicats, eux, dénoncent une délocalisation qui ne dit pas son nom : « les arguments de la direction sont totalement fallacieux. C’est un plan massif de délocalisation de notre activité. C’est une première étape avant la fermeture de l’entreprise », a déclaré Philippe Petitcolin, le représentant de la CFE-CGC s’exprimant au nom de l’intersyndicale. D’après celle-ci, la direction prépare un transfert d’une partie de l’ingénierie en Inde, en Pologne et au Mexique, alors qu’une partie de la production serait délocalisée aux Etats-Unis, pays d’origine du groupe.

L’impact de la crise de 2008

GE a constaté 23 milliards d’euros de pertes au troisième trimestre 2018. Pour la première fois depuis 2009, le groupe s’est trouvé obligé de baisser le pourcentage des dividendes versés à ses actionnaires. Il faut dire qu’en 2017, 85 % des bénéfices furent versés en dividendes (selon la CGT), soit plus de 150 milliards d’euros depuis 2000.

La direction de GE fait porter la responsabilité de la perte des 23 milliards au rachat de la branche énergie d’Alstom, en 2015. Mais la cause pourrait être plus profonde. Selon l’ancien dirigeant d’Alstom, Frédéric Pierucci, la perte de marché de cette branche servirait de bouc émissaire : « Depuis 2008, l’Américain traîne comme un boulet la quasi-faillite de sa banque, GE capital, emportée dans la tourmente des subprimes », confie-t-il au journal Marianne. Le groupe américain avait accumulé une montagne de crédits hypothécaires qui provoquèrent les prémisses de cette chute annoncée. La dette totale du conglomérat, qui se trouve encore obligé d’emprunter pour payer ses actionnaires, s’élève à plus de 115 milliards de dollars. Une contradiction insoluble.

Nationalisation !

Faute d’avoir tenu sa promesse de création de 1000 emplois, General Electric doit reverser 50 millions d’euros de pénalités à l’Etat français. Au regard du plan de licenciements annoncé, la somme de 50 millions d’euros est absolument dérisoire. Mais selon Bruno Lemaire, l’actuel ministre de l’Economie, cette enveloppe servirait à la reconversion des salariés licenciés dans d’autres secteurs plus « prometteurs » tels que l’hydrogène, l’aéronautique ou le démantèlement de centrales nucléaires. Il se dit « aux côtés des salariés » et promet de « préserver l’avenir industriel de Belfort ». Toutes ces déclarations sont autant de mensonges de plus à mettre au crédit de la Macronie.

De son côté, l’intersyndicale demande au gouvernement d’agir afin d’arrêter ce qu’elle nomme, à raison, un « carnage ». Cependant, les salariés ne doivent pas faire confiance à la bonne volonté du gouvernement pour les protéger. Après la fermeture de Ford Blanquefort et la reprise chaotique d’Ascoval, le gouvernement Macron confirme le rôle de l’Etat capitaliste. Comme l’écrivait Marx, l’Etat n’est qu’un « comité qui gère les affaires communes de la bourgeoisie ». Et il n’a pas l’intention de jouer un autre rôle, cette fois-ci.

La crise du capitalisme provoque un ralentissement du commerce mondial et réduit les investissements dans la production. En conséquence, les capitalistes mettent à exécution ces plans sociaux afin de conserver leurs marges de profits, tels des parasites géants se nourrissant de l’économie.

Les dirigeants du mouvement ouvrier dénoncent les conséquences sociales du plan massif de licenciements que vient d’annoncer General Electrics. Mais ils doivent aller plus loin et lutter pour la seule alternative réaliste : l’expropriation du site GE de Belfort et sa nationalisation sous le contrôle démocratique des salariés eux-mêmes. Cela vaut d’ailleurs pour GE comme pour l’ensemble des grandes entreprises qui sont menacées par des fermetures, des délocalisations ou des « plans sociaux ». Enfin, cette lutte doit s’inscrire dans un plan global de réorganisation de toute l’industrie, qui est systématiquement saccagée par ses propriétaires capitalistes, et qui doit donc passer sous le contrôle de ceux qui créent toutes les richesses : les salariés.