[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Pour une apocalypse de la gauche

    Brève publiée le 11 juillet 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.zones-subversives.com/2019/06/pour-une-apocalypse-de-la-gauche-edito-n-38.html

    La gauche retrouve sa vraie place : dans les poubelles de l'Histoire. La révolte des gilets jaunes montre que les vieux appareils, les partis et les syndicats, ne servent à rien. Il n'y a plus rien à encadrer, à négocier, à aménager, à réformer. La crise économique de 2008 a définitivement rendu à la gauche son rôle historique de pièce de musée.

    Pourtant, des illuminés refusent encore d'enterrer le cadavre. Clémentine Autain propose un burlesque Big bang de la gauche. C'est l'éternel robinet d'eau tiède de la gauche bien-pensante. C'est le sectarisme gauchiste qui se présente comme le camp du Bien et de la "transformation sociale" face au péril fasciste. C'est la positive attitude des bobos, des babas et des résidus de l'altermondialisme. 

    Ensuite, Clémentine Autain dégaine les vieilles ficelles de la gauche en putréfaction. Une tribune d'intellectuels dans Le Monde. Il faut être un universitaire reconnu par le petit milieu de la gauche intellectuelle pour avoir sa tronche sur le site. Le petit carré VIP de la gauche radical-chic reste déconnecté de la société. On est loin des gilets jaunes et des grévistes dans les hôpitaux ou les hôtels. 

    A côté de ce petit monde, la clique qui dirige la France insoumise se recroqueville sur son populisme de gauche. Ce groupuscule a au moins le mérite de reconnaître l'importance de l'abstention liée au dégoût pour la politique institutionnelle et même pour la gauche. Mais "le peuple" n'est pas un sujet politique. Ce n'est qu'une vulgaire clientèle électorale. La FI change de stratégie marketing mais respire la pourriture de la vieille gauche. Son programme croupit dans le citoyennisme. La VIe république et la réforme institutionnelle sont censées résoudre tous les problèmes. Inutile de lutter contre l'exploitation et les inégalités sociales. Il suffit de faire des ateliers constituants. Mélenchon tente d'imiter Mitterrand et le général de Gaulle, deux bonnes vieilles crapules de la Ve République. 

    Ensuite, le programme de la FI reste englué dans la politique économique de la social-démocratie, avec son keynésianisme moribond. La recette est simple. Le gouvernement augmente les salaires pour relancer la consommation et l'activité productive. Comme ce vieux monde respire les usines à charbon et le Commissariat au Plan, on parle maintenant de New Deal Vert. Et pour que les consommateurs français évitent d'acheter des produits étrangers, on parle de protectionnisme et de sortie de l'Europe. Sans voir que ce sont ces vieilles recettes qui sont dépassées par un capitalisme en crise. 

    Cette vieille gauche décatie n'a même pas été dépoussiérée par le mouvement des gilets jaunes. Elle n'a rien compris à cette révolte spontanée. Les vieux appareils continuent de se croire incontournables, alors qu'ils ne sont que les rouages rouillés d'un capitalisme en crise. Les partis et les syndicats sont englués dans le parlementarisme et la négociation. La rue n'a pas besoin de ces bureaucraties vermoulues.

    Les gilets jaunes de l'Hérault, malgré des divergences et des relents citoyennistes, s'accordent à rejeter les manipulations de l'extrême-gauche. Dissociation, collaboration avec les syndicats et les institutions sont détestées. Les militants trotskistes et syndicalistes ne sont qu'une gauche du capital. Au contraire, le rejet des bureaucraties syndicales, la solidarité active avec les grévistes et l'autonomie du mouvement dessinent des perspectives pertinentes. 

    Certes, les gilets jaunes ont repris le langage du réformisme et du national-étatisme. Mais il faut admettre que cette idéologie moisie reste considérée comme ce qui se fait de plus contestataire dans un paysage intellectuel et politique en ruines. Les pensées libertaires restent méconnues et ignorées de la plupart des prolétaires. Que la critique de la démocratie représentative soit incarnée par Etienne Chouard en dit long sur la marginalisation des idées libertaires. 

    Mais les révolutionnaires, à défaut de référencements sur YouTube, peuvent s'appuyer sur des pratiques de lutte. Les gilets jaunes s'apparentent à un soulèvement des exploités contre la misère de leurs conditions de vie. C'est aussi un mouvement auto-organisé qui se méfie de la délégation de pouvoir. Les gilets jaunes expriment une classe en lutte, consciente de ses intérêts immédiats, qui retrouve le sens du collectif et de la solidarité. 

    Néanmoins, il manque un élargissement du mouvement et des perspectives de rupture avec l'Etat et le capitalisme. Mais le mouvement des gilets jaunes semble devenir incontournable pour repenser un horizon politique, intellectuel et stratégique. Les gilets jaunes ont enterré la gauche, son folklore, ses symboles, mais aussi son impuissance et sa routine militante. Ils ont inventé de nouvelles formes de lutte avec des pratiques offensives. Les gilets jaunes sont déterminés à gagner et à renverser le régime. Mais il faut aussi créer un monde sans Etat, sans classe, sans hiérarchie, sans travail et sans marchandise.