[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Portrait de Macron décroché : une personne en garde à vue à la gendarmerie de Clapiers

    Brève publiée le 19 juillet 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.midilibre.fr/2019/07/17/portrait-du-macron-decroche-une-personne-en-garde-a-vue-a-la-gendarmerie-de-clapiers,8317526.php

    Un appel à se rassembler devant la gendarmerie de Clapiers, dans l'Hérault, a été lancé par ANV Cop 21 Montpellier.

    Moins de quarante-huit heures après le décrochage du portrait d'Emmanuel Macron en mairie d'Assas, une personne est actuellement en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Clapiers.

    C'est le groupe ANV Cop 21 Montpellier qui l'indique sur sa page Facebook, au lendemain d'un premier message revendiquant cette action. "Suite à l’action du décrochage de portrait à Assas ce lundi, Lewis, notre décrocheur a été mis en garde à vue ce matin", indique le texte, appelant par ailleurs à un rassemblement.

    "A tou.te.s celles et ceux qui le peuvent, un très grand merci de se retrouver à partir de 13h30 devant la Gendarmerie Nationale de Clapiers pour le soutenir. Sa mère sera présente à nos côtés. Ne sachant pas à quelle heure la garde à vue peut se terminer, se serait bien qu’il y ait du monde toute la journée qui se renouvelle, en soutien à sa sortie".

    Le 117e portrait décroché en France

    ANV Cop 21 Montpellier, qui se présente comme un "mouvement populaire et non violent pour relever le défi climatique", agissant sous le slogan "Toi aussi décroche ton Macron", disait hier avoir décroché le "117e portrait" du chef de l'Etat en France.  Seize activistes étaient présents lundi en mairie d'Assas où les deux élus présents, le maire et son adjoint à la sécurité, avaient comparé leur action à celle "d'un commando".

    Le militant, actuellement en garde à vue, pourrait voir son geste puni d'une amende. A Bourg-en-Bresse, le tribunal a récemment condamné six militants à des amendes 250 € de 500 € avec sursis pour vol en réunion avec ruse.