[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Hong Kong: "point de non-retour" – soit la lutte de classe, soit la défaite

hongkong

Brève publiée le 18 août 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.marxiste.org/international/asie/chine/2558-hong-kong-point-de-non-retour-soit-la-lutte-de-classe-soit-la-defaite

Le puissant mouvement de protestation à Hong Kong entame un deuxième mois. Malgré une pression croissante de Pékin et du gouvernement de Carrie Lam, le mouvement continue de se radicaliser. Il passe des méthodes libérales bourgeoises aux méthodes de la lutte de classe. À bien des égards, quand Carrie Lam est sortie de l’ombre pour réagir à la grève générale, elle a eu raison de dire que le mouvement allait droit vers un « point de non-retour ».

Les masses hongkongaises tentent avec ardeur de surmonter les fortes contradictions sociales créées par le système capitaliste, malgré la myriade de confusions introduite par toute sorte d’éléments néfastes. Cependant, sans une perspective de lutte de classe et un programme socialiste, les entraves réactionnaires introduites par les dirigeants libéraux bourgeois et réformistes deviendront un obstacle absolu à la promotion des intérêts de classe des masses hongkongaises dans leur ensemble.

Le lundi 5 août, les masses hongkongaises se sont efforcées de faire l’histoire en tentant une grève générale. La dernière grève générale pleinement réalisée dans la ville a eu lieu en 1925 contre le talon de fer de l’impérialisme anglais.

Les développements historiques et les conditions matérielles, combinées avec les trahisons staliniennes et réformistes, ont longtemps privé la classe ouvrière de Hong Kong d’une expérience de lutte et d’organisation. À ce stade précoce de recherche d’une méthode et d’une stratégie, le mouvement actuel s’est malheureusement retrouvé désorienté à cause de la convergence dangereuse avec les slogans, les perspectives et les intérêts de personnalités pro-occidentales.

À ce stade, le développement de la lutte met en évidence l’urgente nécessité d’une nette différenciation de classe.

Les circonstances historiques qui entourent la grève générale du 5 août

Le rythme de développement historique des puissances impérialistes occidentales donnait à leurs classes dirigeantes le temps, la vitalité et la clairvoyance nécessaires à la mise en place d’une dictature bourgeoise qui leur donnait un large éventail d’outils pour préserver leur statut. Au final, ces outils aux nombreuses nuances, accumulés dans le système de démocratie bourgeoise, assurent tous le caractère sacré de la propriété privée, de l’État-nation et de « l’État de droit » dans le but de maintenir le libre marché et l’accumulation capitaliste fondés sur l’exploitation de la classe ouvrière.

Les institutions de la démocratie bourgeoise fournissent à la classe dirigeante un baromètre de l’humeur des masses leur permettant de mesurer leur marge de manœuvre. Comme Engels l’expliquait dans L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État :

« Tant que la classe opprimée, c’est-à-dire, en l’occurrence, le prolétariat, ne sera pas encore assez mûr pour se libérer lui-même, il considérera dans sa majorité le régime social existant comme le seul possible et formera, politiquement parlant, la queue de la classe capitaliste, son aile gauche extrême. Mais, dans la mesure où il devient plus capable de s’émanciper lui-même, il se constitue en parti distinct, élit ses propres représentants et non ceux des capitalistes. Le suffrage universel est donc l’index qui permet de mesurer la maturité de la classe ouvrière. »

Hong Kong Manif

Les droits démocratiques sont exactement ce que le régime de Pékin a décidé d’éviter. Le régime essaye désespérément de freiner toute tentative d’organisation indépendante de la classe ouvrière. La bureaucratie du parti communiste chinois (PCC) dans son ensemble, afin d’éviter une révolution de la classe ouvrière, ou sa propre éviscération par les forces impérialistes occidentales antagonistes, ne peut assurer sa survie qu’en instituant la contre-révolution selon ses propres modalités, sans donner aucun droit bourgeois démocratique à la classe ouvrière.

Ceci est non seulement la base du régime du PCC sur Hong Kong, mais aussi, plus important, celle de la classe capitaliste locale. Cette dernière joue un rôle significatif dans l’ensemble de l’économie capitaliste chinoise et a fourni la première injection de capital en Chine qui a conduit au démantèlement de l’économie planifiée et à la restauration du capitalisme en Chine. Le régime « Un pays, deux systèmes » à Hong Kong est principalement motivé par le maintien de la dictature de la classe capitaliste de Hong Kong sur la ville et de l’accès du marché chinois au capital financier occidental. Pour la bureaucratie de Pékin, faire plus de concessions démocratiques aux masses de Hong Kong n’a jamais été à l’ordre du jour, car cela nuirait à sa nécessaire dictature sur la classe ouvrière chinoise dans son ensemble.

Comprendre ces perspectives est d’une importance vitale pour la classe ouvrière de Hong Kong s’engageant dans toute forme de lutte. Toute lutte pour des gains véritablement démocratiques et économiques soulève la nécessité de méthodes de classe, et propagation de la lutte en Chine continentale.

La route sinueuse vers la grève du 5 août

Les personnalités libérales du mouvement ne comprennent pas cela, mais jouissent d’une grande attention et couverture dans les médias bourgeois. Encore pire, les dirigeants syndicaux réformistes, prétendument « anti-establishment » (à Hong Kong cela signifie « anti-Pékin ») ont cherché à négocier une tactique qui respecte à la fois les lois de Pékin et les intérêts de l’impérialisme occidental. Ils reflètent le fait que les bourgeois de Hong Kong ont des intérêts communs avec les bourgeois chinois dans le maintien de l’exploitation impitoyable des travailleurs de Hong Kong et du continent.

Lors de l’éruption initiale du mouvement actuel début juin, qui avait nécessairement un caractère spontané, l’appel à la grève générale était déjà présent. Il a grandi en influence suite au refus catégorique de Carrie Lam de reculer face aux manifestations pacifiques de plusieurs millions de personnes en juin. À ce jour, et même avant les grèves du 5 août, les masses de Hong Kong ont déjà porté des coups évidents aux patrons. Selon le Financial Times, les activités du secteur privé de la ville sont déjà à leur plus bas niveau depuis la crise financière mondiale.

Face à une telle demande pour la lutte de classe, au lieu d’organiser sérieusement une grève générale, le libéral Front civil des droits de l’homme a soutenu deux fois l’appel à la grève avant de le retirer. La Confédération des syndicats de Hong Kong (CSHK), sous la direction de Carol Ng, se présentant fièrement comme « la véritable direction syndicale » contre la Fédération des syndicats de Hong Kong (FSHK) contrôlée par Pékin, a choisi à plusieurs reprises de qualifier la grève générale de « journée de congé de masse », ce qui signifie que les travailleurs avaient besoin de l’autorisation de leurs employeurs pour faire la grève. C’est la même explication que la CSHK a donnée à la classe ouvrière avant la grève générale du 5 août.

À la fin de la grève du 5 août, Carol Ng a déclaré que 35 000 travailleurs avaient rejoint la grève qui, selon elle, comptait un tiers de ses membres. Pourtant la CSHK aurait 140 000 membres en 2017. Sans être négligeable, la CSHK n’a pas réussi à mobiliser la grande majorité de ses forces. Pour changer cela, il faut non seulement convaincre plus de travailleurs syndiqués et non syndiqués de rejoindre la grève, mais également former un parti de masse de la classe ouvrière avec un programme socialiste combatif, clairement opposé au capitalisme et aux patrons, et désireux de lutter en dehors des limites du droit fixé par le PCC et les capitalistes de Hong Kong.

Les perspectives suicidaires des libéraux

Les personnalités étudiantes les plus libérales et petites bourgeoises, telles que Joshua Wong – le co-fondateur le plus connu du parti Demosisto –, ont joué un rôle encore plus délétère en appelant à plusieurs reprises à une intervention américaine, européenne et japonaise. Ceci en dépit du fait que Trump qualifie ouvertement le mouvement hongkongais d’« émeutes » susceptibles de calmer momentanément la Chine dans la guerre commerciale actuelle. Wong a en outre remercié ouvertement la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, pour sa déclaration approuvant la « loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong », parrainée par le républicain Chris Smith, un réactionnaire impérialiste anti-avortement et anti-LGBTQ.

En juin, lors de l’envahissement du bâtiment du Conseil législatif, où le drapeau colonial britannique avait été brandi, Wong a déclaré que c’était une mesure désespérée, car « nous avons tout essayé ». Personne ne sait en quoi brandir le drapeau colonial pourrait aider. S’attendaient-ils à ce que les impérialistes britanniques envoient la marine pour protéger les droits démocratiques à Hong Kong ? Comme le montre la déclaration de Trump, les droits du peuple de Hong Kong ne constituent qu’un changement mineur dans la lutte entre les puissances impérialistes. De plus, ils n’avaient pas « tout essayé ». Ils n’avaient pas tenté sérieusement de mobiliser la classe ouvrière. C’était avant même que la grève générale ne soit tentée.

L’expérience de la grève du 5 août

Hong Kong airportLa grève générale du 5 août s’est finalement réalisée à travers le prisme déformé des dirigeants libéraux. Les efforts les plus vaillants devraient être attribués aux travailleurs de l’aéroport. 3 000 agents de bord, employés logistiques terrestres et autres se sont mis en arrêt maladie pour paralyser l’aéroport international de Hong Kong. C’est la réalisation la plus importante de la journée, et devrait être encouragée à aller bien au-delà d’un jour de congé maladie. Elle devrait se transformer en une grève active qui va à l’encontre des intérêts des employeurs, avec une occupation des travailleurs et le contrôle des installations.

On a tenté de fermer les métros, mais avec un résultat mitigé. Il est vrai que plusieurs employés du métro ont fermé les stations dans lesquelles ils travaillaient et qu’il y avait aussi des manifestants ne travaillant pas dans les stations qui ont empêché la fermeture des trains pour les bloquer. Au crédit de ces manifestants, des heures de travail de propagande préparatoire ont eu lieu dans les stations, mais ils n’ont pas réussi à gagner la majorité des travailleurs du métro. Cela était nécessaire pour fermer complètement le métro et donner à la grève la légitimité nécessaire aux yeux des travailleurs qui utilisent le métro pour aller au travail et rentrer chez eux. L’échec retombe sur l’absence d’effort des dirigeants syndicaux pour discuter et préparer un vote pour la grève sur le lieu de travail.

L’incapacité des dirigeants syndicaux à organiser des actions de classe, conscientes, militantes et organisées signifie que le rôle de l’action militante revient aux jeunes, qui ne connaissent pas bien les méthodes et les mots d’ordre de la classe ouvrière. Face à une répression policière brutale, aux balles en caoutchouc et aux gaz lacrymogènes, le slogan « reprendre Hong Kong, la révolution de notre époque » est devenu populaire. Ce slogan ambigu a néanmoins une histoire. Il a été utilisé par le « localiste » d’extrême droite et anti-chinois Edward Leung lors de sa candidature pour un siège au Conseil législatif en 2016. L’utilisation de ce slogan a fourni des munitions au régime du PCC. Lors de la seconde conférence de presse tenue par le bureau des Affaires du Conseil d’État de Hong Kong et de Macao, le porte-parole Yang Guang a profité de cette ambiguïté pour demander « qui sont ces personnes qui veulent “récupérer” Hong Kong ? » Il sous-entendait que le mouvement cherchait à soumettre une nouvelle fois Hong Kong à l’impérialisme occidental. Ceci, ainsi que certains individus proférant des propos haineux tels que « chinetoques » ou « sauterelles », n’a fait qu’approfondir le sentiment de la classe ouvrière chinoise que ce mouvement est contre le peuple chinois dans son ensemble, faisant le jeu de Pékin.

Si ce sentiment perdure et que les personnalités réactionnaires sont sans cesse autorisées à parler au nom du mouvement, alors les leçons organisationnelles et les expériences précieuses acquises par les masses hongkongaises dans leur lutte quotidienne contre le pouvoir d’État (comment gérer les gaz lacrymogène, échapper à la reconnaissance faciale à l’aide de lasers, etc.) ne vont pas s’étendre au-delà des frontières de la ville et bénéficier à la classe ouvrière mondiale dans ses luttes futures. Elles vont tout simplement se perdre.

C’est précisément à cause de ces développements que Pékin a pu commencer à interdire les reportages concernant Hong Kong sur le continent. Cela sert à renforcer la propagande selon laquelle le mouvement de Hong Kong est un mouvement haïssant la Chine et parrainé par l’impérialisme occidental, totalement opposé aux intérêts de la classe ouvrière chinoise.

Un chemin vers la victoire, ou une route vers la défaite

Pour l’instant, le gouvernement chinois tente d’éviter l’intervention directe de l’armée. Cela risquerait d’étendre le mouvement au continent, ce que Pékin essaye précisément d’éviter. Pourtant, il est peu probable que Pékin choisisse d’accorder des concessions au mouvement, qu’elles soient économiques ou politiques. Lors de la seconde conférence de presse du bureau des affaires de Hong Kong et de Macao, un porte-parole d’Etat du PCC a attribué la présence massive de jeunes dans les manifestations de Hong Kong, non à de terribles contradictions économiques, mais à une « mauvaise éducation patriotique » et au « manque d’interaction des jeunes de Hong Kong avec le reste de la Chine et du monde ». C’est nécessaire, car l’illusion que le régime « Un pays, deux systèmes » a apporté la prospérité aux masses de Hong Kong doit être maintenue. La Chine ne peut également pas se permettre de faire des concessions sociales et démocratiques importantes à Hong Kong alors que le capitalisme plonge également le reste du pays dans les mêmes contradictions sociales qu’à Hong Kong.

Hong Kong policeLa police de Hong Kong sera certainement utilisée pour réprimer le mouvement lorsqu’il montrera un signe de déclin. Le gouvernement de Hong Kong a déjà acheté des camions anti-émeutes à la France, équipés de canons à eau. La police de Hong Kong, co-dirigée par le surintendant en chef Rupert Dover – de souche britannique –, présente sur sa page Facebook officielle une technologie de coloration pour avertir que tout manifestant serait marqué d’encre afin d’aider la police à l’identifier plusieurs jours après.

Ainsi, Pékin et le gouvernement de Hong Kong attendront leur heure, augmentant constamment la pression exercée par la police de Hong Kong et comptant sur les personnalités libérales et l’absence de direction révolutionnaire pour mener le mouvement à la confusion et à la démoralisation. Après quoi, une répression politique féroce sera lancée.

Le seul moyen d’éviter ce scénario est d’élargir le mouvement à la Chine continentale. Les marxistes se félicitent des appels en faveur de plus de grèves et de la volonté des masses de poursuivre le combat, mais la lutte doit non seulement s’élever à un niveau organisationnel supérieur, avec la formation d’un comité de grève composé de représentants élus par tous les travailleurs et les jeunes de Hong Kong qui participent à la lutte, mais aussi élargir activement la lutte au-delà de Hong Kong.

Tous les démocrates conséquents, jeunes et socialistes honnêtes de Hong Kong doivent immédiatement commencer la propagande en direction des masses chinoises afin de contrer les calomnies du gouvernement en mandarin, et inclure clairement les besoins économiques quotidiens des Chinois continentaux dans leur programme et leurs revendications. Ils doivent aussi ouvertement critiquer et marginaliser leurs dirigeants réformistes et libéraux actuels, afin de mener le mouvement dans une lutte de classe conséquente avec un programme socialiste offrant une solution au logement, aux revenus et à toutes les crises économiques qui frappent les travailleurs en Asie de l’Est. Tout sentiment anti-chinois, anti-communiste ou impérialiste pro-occidental doit être immédiatement répudié et abandonné, car ils ne feront que mener le mouvement à sa destruction.