[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

"Les pérégrinations d’une paria", féministe et socialiste avant l’heure : Flora Tristan

Brève publiée le 24 août 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/la-vie-les-ecrits-les-peregrinations-dune-paria-feministe-et-socialiste-avant-lheure-flora-tristan

En 2003, dans cette émission de la collection "Une vie, une oeuvre" produite par Monette Berthommier, les historiens Dominique Desanti et Stéphane Michaud racontaient la vie de Flora Tristan, penseuse visionnaire de l'internationalisme et de la condition féminine, (1ère diffusion : 30/11/2003).

Plaque commémorative Flora Tristan, rue des Bahutiers à Bordeaux avec l'iscription "Ici s'arrêtèrent pour toujours les pérégrinations de Flora Tristan (1803-1844) pionnière du féminisme et du syndicalisme"• Crédits : Travail personnel de Als33120/ via wikimédia

"Une Vie, une oeuvre : Flora Tristan" est une émission produite par Monette Berthommier avec Dominique Desanti, historienne et Stéphane Michaud, professeur de littérature qui propose également des lectures de nombreux extraits de l'oeuvre et de la correspondance de Flora Tristan. 

Flora Tristan (1803-1844) est née à Paris d'une mère française Anne-Pierre Laisnay et d'un père péruvien. Don Mariano Tristan y Moscovo appartenait à une famille prospère et puissante, mais, lorsqu'il mourut, sa fille, Flora, n'avait que cinq ans. 

L'histoire personnelle de Flora Tristan est un véritable roman : le mariage des parents n'ayant jamais pu être officialisé, elle fût considérée comme une bâtarde et vécut dans la misère. Au XVIII siècle, siècle perturbé et constellé d'utopies, Flora vit séparée de son mari (le divorce est interdit), elle a ses enfants à charge.  

Cette femme séduisante, intelligente, dotée d'une énergie prodigieuse, devient écrivain (Pérégrinations d'une paria, Promenades dans Londres, Méphis, L'union ouvrière), militante pour  l'amélioration de la condition ouvrière et aussi  féministe dont les idées paraîtront cinquante ans plus tard d'une actualité surprenante. 

En 1844, elle entreprend une tournée de propagande pour la justice sociale, elle est en proie à l'hostilité des autorités qui interdisent ses réunions, sa santé est affaiblie, elle meurt à Bordeaux le 14 novembre de la même année. Flora Tristan est aussi la grand-mère de Gauguin, (le fils, qu'elle ne connaitra jamais, de sa fille Aline). 

Flora Tristan écrit plusieurs essais et récits sur sa vie, sur la condition des ouvriers et la condition féminine. Comme l'explique Madeleine Lassere, face à la tombe de Flora Tristan, à Bordeaux :

Dans L'Union ouvrière son ouvrage paru en 1843, elle demandait déjà aux prolétaires de tous pays de s'unirent. La célèbre formule, 'Prolétaires de tous pays unissez-vous', serait de Flora Tristan. Reprise par Marx et Engels en conclusion du 'Manifeste du Parti communiste', publié en 1848, ce slogan est d’elle et non de Marx. De temps en temps on va lui rendre ce qui est à elle.

En en 1934, Alexandre Zévaès dans un article intitulé "Flora Tristan et l'Union ouvrière" dans la Revue d'Histoire du XIXe siècle - 1848, expliquait : 

Flora Tristan est l'une des première personne, en France, qui s'est constituée l'apôtre de l'union ouvrière et qui, la première aussi, a entrepris à travers le pays une tournée de conférences en vue de vulgariser ses idées. Ce qui assure à son nom une mention légitime dans les annales du socialisme moderne, c'est le fait que, la première, elle a conçu un plan d'organisation internationale des travailleurs ; c'est que, la première, quatre ans avant que Marx et Engels aient lancé leur cri de combat : «Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » onze ans avant que n'aient été jetées les bases de l'Internationale, elle a envisagé et préconisé un projet d'union ouvrière universelle.

Dominique Desanti éclaire la personnalité de Flora Tristan : 

De retour en France elle écrit son premier ouvrage : « Il faut faire accueil aux femmes étrangères » qui est remarqué par Charles Fourier. Elle est un esprit féminin comme il en avait toujours rêvé, un esprit parfaitement libre, et une parole convaincante en même temps : elle allie la flamme assez folle de l’utopie et la parole parfaitement articulée.

Avec Dominique Desanti, historienne, Stéphane Michaud, professeur de littérature à Paris III, Madeleine Lasserre, historienne, textes lus par la comédienne Vinciane Millereau.

  • Production : Monette Berthommier 
  • Réalisation : Dominique  Costa
  • Une vie, une oeuvre - Flora Tristan - 1ère diffusion : 30/11/2003
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio Franc
Voir toutes les vidéos