[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Deux enfants au pain et à l’eau parce que leurs parents ne payaient plus la cantine

    Brève publiée le 17 septembre 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.nouvelobs.com/o/20190916.OBS18536/deux-enfants-au-pain-et-a-l-eau-parce-que-leurs-parents-ne-payaient-plus-la-cantine.html?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1568664297

    Deux enfants scolarisés dans l’Allier ont déjeuné de pain et d’eau parce que leurs parents ne payaient plus la cantine. Une décision prise par la municipalité. « Nous avons voulu faire un électrochoc aux parents de ces deux enfants », explique le maire.

    C’est une décision qui a provoqué un torrent de réactions. Lundi 9 septembre, deux élèves de l’école primaire Michelet Berthelot, à Saint-Pourçain-sur-Sioule dans l’Allier (03) ont mangé un repas bien frugal, apprenait-on ce lundi 16 septembre : du pain et de l’eau.

    La cause de cette punition ? Leurs parents ne payaient plus la cantine depuis des mois. La municipalité et son maire, Emmanuel Ferrand (Les Républicains), sont à l’origine de cette décision… controversée. « Que faire ? Appeler la gendarmerie ? Les laisser dans la cour ? », s’interroge l’élu auprès de nos confrères de France 3 Auvergne Rhônes-Alpes :

    « Nous les avons installés dans une salle à part pour qu’ils ne soient pas avec les autres enfants et ne soient pas victimes de discrimination. Nous leur avons donné du pain frais et de l’eau. »

    « Au début, on servait des haricots aux élèves végétariens quand les autres mangeaient un burger »

    Selon Emmanuel Ferrand, ces impayés représentent un poids important pour la collectivité :

    « Nous avons 1/3 des parents qui ne règlent pas la cantine soit environ 50 familles dont 14 en réelle difficulté. Cela représente plus de 5 000 euros d’impayés par an. C’est la seule famille qui nous laisse sans réponse. »

    « Des enfants n’ont pas à être privés de repas »

    Dans la foulée, la décision du maire a été âprement commentée par les personnels de l’école… « Je comprends que les impayés de la cantine soient compliqués à gérer pour la municipalité. Mais je suis en total désaccord avec la façon dont cette affaire a été menée. Ce sont des problèmes d’adultes. Des enfants n’ont pas à être privés de repas. J’ai vraiment été choqué », s’est ému un des employés, sous couvert d’anonymat.

    Pour un autre :

    « Le personnel de l’école désapprouve cette façon de faire et ne la cautionne pas. Ceux qui étaient présents disent avoir été mis devant le fait accompli et précisent que si cela venait à se reproduire, ils refuseraient de le faire. »

    Entre-temps, les parents de deux élèves, CE2 et CM1, ont fini par régler leurs dettes. De son côté, le maire de Saint-Pourçain-sur-Sioule regrette en partie cette décision :

    « C’est maladroit certes mais je l’assume. Que faire devant l’accumulation des factures et l’absence de réponse… Quand les parents répondent nous trouvons des solutions et des arrangements. »