[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Algérie: des syndicats français apportent leur soutien à Louisa Hanoune

Algérie

Brève publiée le 6 octobre 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.rfi.fr/afrique/20191005-algerie-syndicat-france-soutien-louisa-hanoune

Plusieurs syndicats français, dont la CGT et Force ouvrière, se mobilisent pour la libération de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) en Algérie, condamnée à 15 ans de prison pour « atteinte à l'autorité de l'armée » et « complot contre l'autorité de l'État ».

Alors qu'une foule massive a défilé à Alger pour le 33e vendredi de suite ce 4 octobre pour réclamer la fin du système politique en place et rejeter la date de la présidentielle voulue par les militaires et fixée au 12 décembre, en France, des syndicats se mobilisent pour la libération de Louisa Hanoune.

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) en Algérie a été condamnée le 25 septembre à 15 ans de prison pour « atteinte à l'autorité de l'armée » et « complot contre l'autorité de l'État ». En France, 12 000 personnes ont signé l'appel pour sa libération. Le lendemain de l'annonce de la peine, 500 militants se sont rassemblés devant l'ambassade algérienne à Paris pour protester.

Pour Benoît Martin, secrétaire général de la CGT Île-de-France, il est important d'être solidaire avec elle, mais aussi avec les militants arrêtés pendant les manifestations. « Plusieurs syndicats, et notamment la CGT et Force ouvrière, se mobilisent pour la libération de Louisa Hanoune, explique-t-il. On connaît l’engagement du Parti des travailleurs en Algérie aux côtés des ouvriers et des syndicats ».

« Nous soutenons également les autres prisonniers politiques en Algérie, poursuit Benoît Martin. Il y a eu depuis plusieurs vendredis un mouvement populaire en Algérie, qui au début se passait bien et qui, maintenant, est de plus en plus répriméLes militants qui, dans le monde, portent un certain nombre de causes progressistes, s’ils sont mis en prison pour des raisons politiques. Évidemment, nous le condamnons ».