[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

A bas l’agression militaire turque contre le Rojava !

Kurdistan

Brève publiée le 12 octobre 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.marxiste.org/index.php?option=com_content&view=article&id=2578:a-bas-l-agression-militaire-turque-contre-le-rojava&catid=154:moyen-orient

Ce tract a été écrit par la Tendance Marxiste Internationale à l’occasion d’une manifestation contre l’invasion du nord de la Syrie par la Turquie. Pour une analyse plus complète de la situation, lire l’article (en anglais) : Turkey attacks Northern Syria: for a revolutionary fightback !


La patrie du peuple kurde de Syrie – le Rojava – est envahie par le régime réactionnaire d’Erdogan. Si cette invasion aboutit, les islamistes fanatiques qui servent de troupes de choc à la Turquie violeront, brûleront et assassineront partout sur leur chemin, comme ce fut le cas lors de l’invasion d’Afrin, l’année dernière. Des milliers de personnes seront tuées et des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants seront jetés hors de chez eux.

Du fait de leurs méthodes démocratiques et de leurs perspectives révolutionnaires, les Kurdes sont une source d’inspiration pour des millions de personnes à travers le Moyen-Orient – et au-delà. C’est précisément pour cette raison que toutes les classes dirigeantes de la région les méprisent, en particulier Erdogan. Ils craignent que la lutte des Kurdes devienne un exemple pour les Kurdes d’Irak, d’Iran et de Turquie – et pour tous les peuples opprimés du Moyen-Orient. Pour Erdogan, l’oppression des Kurdes est un instrument nécessaire pour étouffer la lutte des classes en Turquie. C’est un élément central dans le système d’oppression et d’exploitation des travailleurs turcs.

Les intérêts des classes dirigeantes sont diamétralement opposés à ceux des pauvres et des opprimés. En Turquie, en Irak, en Iran et en Syrie, les mêmes régimes qui ont opprimé les Kurdes pendant des décennies ont également brutalisé leurs propres travailleurs et paysans pauvres. En Occident, les mêmes capitalistes qui, sans cesse, ont déçu et trahi les Kurdes, mènent des politiques d’austérité et des attaques brutales contre les conditions de vie des masses. Ces régimes considèrent les Kurdes – et toutes les autres « petites » nations – comme des pions dans leurs intrigues et aventures impérialistes. Ils les traitent donc comme des pions. Au passage, les manœuvres criminelles des impérialistes attisent les nationalismes réactionnaires, chez eux, et y renforcent donc l’ordre établi.

Le peuple kurde ne peut se fier à aucune classe dirigeante. Il ne peut compter que sur ses propres forces, ainsi que sur celles de tous les pauvres et travailleurs opprimés de la région et du monde. La révolution au Rojava est née de ce qui était – au départ – la révolution syrienne. Elle n’a remporté des victoires que grâce à ses méthodes démocratiques et révolutionnaires, qui ont suscité l’adhésion d’une large frange de travailleurs de la région. Les mêmes méthodes sont nécessaires à présent. Un appel doit être lancé pour une mobilisation générale des masses kurdes en Turquie, en Irak et en Iran : un appel à des manifestations et des grèves de masse partout dans les zones kurdes, contre cette guerre brutale et unilatérale. Un appel doit également être adressé à tous les travailleurs de ces pays, pour qu’ils rejoignent les masses kurdes dans leur combat contre les dirigeants réactionnaires de Turquie, de Syrie, d’Irak et d’Iran. Enfin, il est du devoir des dirigeants du mouvement ouvrier, en Occident, de dénoncer le comportement criminel de leurs propres gouvernements, qui sont complices des crimes du régime d’Erdogan. Dans les pays concernés, les dirigeants du mouvement ouvrier doivent organiser des boycotts et des grèves contre l’envoi des équipements nécessaires à l’invasion turque.

La lutte des Kurdes pour leur droit à vivre librement, selon leurs propres règles et sur leur propre territoire, est la lutte de tous les travailleurs et de toute la jeunesse contre la classe capitaliste qui entraîne l’humanité dans la barbarie. A travers le Moyen-Orient, les masses en ont assez de cette classe pourrie et dégénérée. Elles s’orientent de nouveau vers un processus révolutionnaire. En se liant aux masses de cette région, le mouvement de libération kurde peut transformer le combat contre l’impérialisme turc en une lutte pour le renversement des régimes capitalistes dans toute la région. A la place de ces régimes barbares, une société socialiste garantirait la coexistence pacifique et harmonieuse de tous les peuples qui ont tant souffert sous le joug des classes dirigeantes et de leurs intérêts égoïstes.

A bas l’agression militaire turque contre le Rojava !
A bas les impérialistes, complices de cette atrocité !
Vive la solidarité internationale des travailleurs !
Transformons la riposte à cette agression en une guerre révolutionnaire de libération !
Pour un Kurdistan indépendant et socialiste, dans le cadre d’une Fédération Socialiste du Moyen-Orient !