[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Le plan américain révélé pour le coup d’État en Bolivie

    Brève publiée le 16 novembre 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.frontsyndical-classe.org/2019/11/le-plan-americain-revele-pour-le-coup-d-etat-en-bolivie-noms-et-prenoms-role-de-l-ambassade-et-des-pays-voisins.html

    Tandis qu'on apprend que la résistance populaire au coup d'état s'organise et que le sang coule : 4 morts parmi les soutiens à Evo MORALES pour la seule journée d'hier

    Tandis que la France officielle vassale des USA se tait et que la presse système et ses journalistes regardent ailleurs !

    _____________________

    SOURCE : https://bbackdoors.wordpress.com/2019/10/19/the-us-embassy-in-la-paz-continues-carrying-out-covert-actions-in-bolivia-to-support-the- coup-detat-contre-the-bolivian-president-evo-morales /


    LES MAINS DES ÉTATS – UNIS CONTRE LA BOLIVIE. PARTIE I

    REPRIS du site avec la traduction de Danielle BLEITRACH

    REMARQUE : une analyse publiée PLUSIEURS semaines AVANT qu le coup d'état ai effectivement lieu.

    Un coup d’État se développe progressivement à partir du territoire des États-Unis contre le président bolivien Evo Morales, qui aura probablement lieu après les élections, entre fin 2019 et mars 2020.

    Ses principaux agents sont des hommes politiques boliviens, Gonzalo Sánchez de Lozada, Manfred Reyes Villa, Mario Cossio et Carlos Sánchez Berzain, tous résidents des États-Unis. Ils coordonnent les actions en Bolivie avec les dirigeants de l’association d’opposition « Coordinateur militaire national », composée d’anciens officiers de l’armée bolivienne, dont le général Rumberto Siles, les colonels Julius Maldonado, Oscar Pacello et Carlos Calderón.

    Ils coordonnent également leurs activités avec les hauts responsables de l’opposition bolivienne, Waldo Albarracín, président de la Confédération nationale démocratique (CONADE), Jaime Antonio Alarcón Daza, président du Comité civique de La Paz et l’ancien président Jorge Quiroga. Bolivie, Juan Carlos Rivero, Rolando Villena, ancien médiateur et Samuel Doria Medina du Parti de l’unité nationale, sont tous responsables de fournir les fonds envoyés par les États-Unis pour cette opération, ainsi que de garantir les actions attendues pour créer un état de crise sociale qui convulse le pays avant le 20 octobre, date des élections.

    Ce plan est déjà en cours et prévoit des dispositions pour d’autres émetteurs, telles que la création de la rupture et de la division de l’armée bolivienne et de la police nationale, faisant en sorte que ces forces se rebellent contre le président Evo Morales. En outre, il prévoit la manipulation de secteurs stratégiques de la société bolivienne, tels que le secteur universitaire, le secteur médical, les personnes handicapées et les environnementalistes, en termes de déstabilisation du pays.

    Une grande partie des fonds se trouvent déjà sur le territoire bolivien, pour lequel ils ont bénéficié du soutien des ambassades accréditées dans le pays et de l’Église évangélique, qui ont été utilisés par le gouvernement des États-Unis comme couverture, car ils ne devraient être directement impliqué dans ces interférences.

    Des responsables du Département d’État accrédités dans le pays, tels que Mariane Scott et Rolf A. Olson, ont rencontré des hauts responsables diplomatiques du Brésil, d’Argentine et du Paraguay afin d’organiser et de planifier des actions de déstabilisation contre le gouvernement bolivien, telles que En plus de fournir des fonds américains à l’opposition bolivienne.

    Le plan prend en compte trois étapes:

    1- «PHASE PRÉPARATOIRE» (déjà exécuté): Son but est de préparer et d’organiser le terrain pour les étapes ultérieures.

    Il a eu lieu entre avril et juillet 2019, au cours duquel ils ont formé des alliances politiques pour former un front unique, organisé des réunions de coordination et des actions qui seront menées aux stades 2 et 3, ont convenu de commencer à discréditer les campagnes contre le gouvernement, en utilisant Une structure médiatique conçue comprenant la presse d’opposition, les médias ad hoc, des activistes des médias sociaux ainsi que le traitement de plaintes officielles devant des organisations internationales.

    La stratégie en matière de réseaux sociaux et de fausses nouvelles est menée par le citoyen bolivien Raúl Reyes Rivero, l’un des principaux activistes de la mobilisation de l’opposition. Il présente des actions et des projets de plates-formes démocratiques et de comités civiques contre le gouvernement, en vue du renversement du président Evo Morales.

    L’ancien président et opposant Jorge Quiroga est chargé de rechercher le soutien et la déclaration d’institutions régionales et internationales, telles que l’OEA, l’Union européenne et certaines autres, visant à délégitimer la victoire électorale d’Evo, à la déclarer inconstitutionnelle et à réagir à une intervention internationale en Bolivie. .

    2- «STAGE INTENSIF» (en fonctionnement): son objectif est de générer des saisies et une instabilité sociale dans le pays.

    Il a commencé à entrer en vigueur en juillet et devrait arriver jusqu’en octobre 2019. Il consiste à instaurer un climat de crise sociale dans le pays, par le biais de manifestations publiques violentes et pacifiques, de barricades et de grèves, au moyen de comités municipaux et du mouvement 21F. , étudiants universitaires, secteur médical et autres sociétés civiles.

    Juan Flores, président du comité civique de Cochabamba, est le conseiller politique de Carlos Sánchez Berzain et de Manfred Reyes Villa en Bolivie. Il est responsable de la création d’un rassemblement social à l’échelle nationale, pour lequel il relie les comités civiques et leurs affiliés au précédent. Officiers de l’armée et de la police. Ensemble avec le colonel retraité Oscar Pacello, ils manipulent subtilement l’intention de générer un tournant qui génère violence et bouleversement social.

    L’idée est de paralyser le pays le 10 octobre 2019, ruinant les élections nationales. De telle sorte qu’à partir de cette date, il puisse rassembler la population bolivienne pour faire face au gouvernement et déstabiliser ainsi le processus électoral.

    Avant cette date, ils entendent continuer à impliquer différents secteurs de la société dans ces mobilisations. Les manifestations et manifestations devraient connaître un succès total le 20 septembre (à l’échelle nationale), le 26 septembre (à La Paz) et le 4 octobre (à Santa Cruz et La Paz).

    Un autre objectif à ce stade est de fragmenter les institutions étatiques armées, principalement la police nationale et l’armée.

    Avec cet objectif en vue, il compte sur le recrutement d’officiers supérieurs dans l’armée, ceux qui soutiendraient le coup d’État et assumeraient la présidence du pays au sein d’une coalition civile militaire déjà formée pendant la période de transition.

    On sait qu’il existe déjà un groupe d’officiers de l’armée recrutés, des personnes très proches du président Evo, qui, de par leurs fonctions, permettraient la réalisation des actions examinées dans le plan en utilisant des informations fausses pour le président.

    3- «PHASE FINALE» (non exécutée): proclamation de fraude électorale et imposition d’un gouvernement parallèle. Elle est perçue comme étant réalisée une fois les élections présidentielles terminées.

    Évaluations et prévisions faites par le département d’État américain. UU. et d’autres agences sur les résultats probables de l’élection présidentielle du 20 octobre prochain, est que le président Evo Morales remportera les élections.

    Face à ce scénario, l’ambassade des États-Unis a secrètement créé des conditions objectives et subjectives pour la proclamation de fraude électorale.

    Même Mariane Scott a rencontré officieusement le secteur diplomatique du pays, encourageant le message d’illégitimité et de fraude lors des élections, dans lesquelles elle a réussi à convaincre un groupe de pays accrédités.

    Dans ses entretiens avec de hauts responsables des ambassades du Brésil, d’Argentine, du Paraguay, de Colombie, d’Espagne, d’Équateur, du Royaume-Uni et du Chili, il a continué à leur demander de diriger les plaintes officielles de fraude lors des élections, qui seront plus crédible et authentique que si les États-Unis le font seul.

    En outre, l’ambassade américaine UU. Il s’est concentré sur un suivi minutieux du Tribunal électoral suprême (TSE), cherchant à documenter des allégations d’irrégularités de cet organisme gouvernemental électoral, qui servent à signaler des fraudes.

    QUI VOTER N’EST PAS IMPORTANT, MAIS QUI COMPTE LES VOTES.

    Parallèlement, en juillet, une réunion privée a eu lieu entre les opposants Jaime Antonio Alarcón Daza, Iván Arias et d’autres membres des comités municipaux, au cours de laquelle il a été convenu d’acquérir des «machines à décompter rapidement les votes». élections présidentielles, afin de manipuler l’opinion publique sur les résultats des élections.

    Ces machines auraient un coût total de 300 mille dollars. L’ambassade américaine UU. Et la représentation de l’Union européenne dans le pays contribuerait au financement de l’achat qu’elle fournirait par l’intermédiaire de la Fondation du Jubilé et de l’Église évangélique. Avec cet objectif spécifique, ils ont déjà réussi à collecter plus de 800 000 dollars, dont le paiement irait également aux personnes qui participent au comptage rapide des votes.

    L’intention est de localiser les machines dans chaque commission électorale établie et d’organiser par le biais des commissions civiques leur couverture (personnes formées à l’avance pour cette manœuvre) tout au long de la journée de travail électoral, accompagnée d’une couverture médiatique invitant la population de venir avec ce système de comptage des votes comme moyen de surveiller les résultats, sans la médiation du Tribunal électoral suprême.

    À ce stade, l’Union de la jeunesse Cruceñista jouera un rôle fondamental: il est suggéré d’imposer des actions violentes une fois les résultats finaux des élections publiés, pour lesquels elle a recruté des criminels, qui serviront de fer de lance lors de ces affrontements. et actions violentes contre les institutions de l’État.

    Juan Martín Delgado, membre de cette organisation de jeunesse, est responsable de l’organisation de ces activités violentes. Il a également le soutien du Bolivien Luis Fernando Camacho, président du comité civique de Santa Cruz, qui reçoit à son tour des instructions et des conseils de la part d’un employé du gouvernement américain, Rolf A. Olson.

    Après avoir [possible] accès au pouvoir d’Evo en janvier 2020 et prêté attention à leur capacité à parvenir à une déstabilisation sociale, un gouvernement parallèle sera proclamé, encouragé par une fraction de l’armée, qui supervisera un gouvernement militaire civique, dirigé par Waldo Albarracín, qui devra convoquer de nouvelles élections dans 90 jours sans examiner la participation du parti »Mouvement au socialisme» (MAS, pour son acronyme en espagnol).

    À ce stade, le gouvernement des États-Unis a déjà formé au secret le politicien et candidat à la présidentielle Oscar Ortiz.

    Cette stratégie, dirigée et financée par l’ambassade américaine en Bolivie, prévoit également l’appel à une grève générale illimitée avant le jour du scrutin, des opérations d’infiltration, des campagnes de discrédit et de désinformation et d’autres types de sabotage afin de créer de la violence et de délégitimer le pouvoir. processus électoral

    L’AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS à La Paz continue de mener des actions secrètes en Bolivie afin de soutenir le coup d’État contre le président bolivien, Evo Morales.

    19 octobre 2019

    Ce que j’ai avancé dans l’article «Les mains des États-Unis contre la Bolivie. Partie I », c’est presque un fait: si Evo Morales remporte les élections, le 20 octobre, un gouvernement de transition civilo-militaire sera mis en place. Ce nouveau gouvernement ne reconnaîtrait pas la victoire électorale d’Evo et n’allèguerait de fraude lors des élections.

    Ce qui est nouveau ici, c’est que pour justifier la mise en place d’un gouvernement parallèle, il est nécessaire de créer un climat d’instabilité dans les principales villes.

    À cette fin, l’opposition bolivienne, par l’intermédiaire des comités civiques et du groupe d’opposition « Coordonnateur militaire national », prépare un groupe de jeunes à mener des actions violentes, principalement dans les villes de Santa Cruz et de La Paz.

    Ces jeunes seraient insérés dans la manifestation convoquée à cette occasion et seraient condamnés à se livrer à de violents affrontements avec la police. Ces actions seraient accompagnées d’un soulèvement formé d’anciens officiers de l’armée. Le «Coordinateur militaire national» avec le soutien de «L’UNION DES MILITAIRES RETRAITÉS DE SANTA CRUZ» organiserait ces actions.

    Le siège des gouvernements de transition sera établi à Santa Cruz afin de consolider les plans de division du pays en deux fronts (est et ouest), ce qui pourrait générer suffisamment de chaos pour que la guerre civile éclate.

    Mais comment ces actions violentes seraient-elles menées?
    Des navires chargés d’armes ont effectué des voyages secrets à partir des États-Unis. UU., Plus précisément de Miami, vers le port d’IQUIQUE (Chili), proche de la frontière avec la Bolivie.

    Ces armes et munitions ont été embarquées dans des conteneurs qui, pour la plupart des ports, sont remplis d’articles divers. Les conteneurs ont été reçus par des personnes non liées aux activités des oppositions. Ces personnes ont été recrutées dans le seul but de mettre leur nom et de retirer les conteneurs du port.

    Un citoyen bolivien, Juan Carlos Rivero, était chargé d’acheter des armes aux États-Unis et de les amener au « COORDINATEUR NATIONAL MILITAIRE ». Cette personne est liée à MANFRED REYES, un opposant politique vivant aux États-Unis. UU., Et avec l’Ambassade des Etats-Unis. UU. En Bolivie

    L’AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS a surveillé en permanence la livraison d’armes et de munitions par des collaborateurs secrets. À cet égard, ils ont rencontré en privé les principaux dirigeants de l’opposition pour discuter du financement du coup d’État et donner des conseils à ce sujet. JAIME ANTONIO ALARCON DAZA, ​​président du COMITÉ CIVIQUE DE LA PAZ, fait partie de ces dirigeants.

    Les armes qui ont été envoyées en Bolivie comprennent des munitions de différents calibres, de la poudre à canon, des machines pour la fabrication et le calibrage de projectiles, des étuis de fusil et des armes.

    Dans le même temps, le COMITÉ CIVIC recrute déjà des citoyens boliviens pour acheter des voix en faveur du candidat de l’opposition CARLOS MESA, d’une valeur de 50 USD par électeur.
    Le paiement serait effectué après le vote et les électeurs auraient une photo d’un bulletin de vote marqué.

    Dans l’article «LA MAIN DES ÉTATS-UNIS CONTRE LA BOLIVIE. PARTIE II «, j’ai mis en garde contre la stratégie que le DÉPARTEMENT D’ÉTAT (TWO) avait conçu pour consolider le candidat à l’élection présidentielle bolivienne, OSCAR ORTIZ.

    Maintenant, je tiens à vous informer qui a mené cette stratégie politique conçue par les États-Unis. Il s’appelle ERICK FORONDA PRIETO. Il est actuellement sous couverture à La Paz et mène des actions secrètes en faveur d’OSCAR ORTIZ, alors que l’Ambassade des États-Unis lui dit quoi faire.

    Son travail principal consiste à conseiller la campagne politique d’ORTIZ. Il collabore également avec la presse à la filtration d’informations sensibles relatives aux opposants électoraux à ORTIZ. Le président EVO MORALES a été le principal objectif à cet égard.

    Mais qui est ERICK FORONDA? ERICK est un journaliste bolivien qui a été rédacteur en chef de LAST MINUTE et de LA RAZON. Deux journaux boliviens. Il entretient des liens étroits avec l’Ambassade des États-Unis. UU. À La Paz, il travaillait dans le bureau de presse depuis 20 ans. Il a joué un rôle important dans l’obtention d’informations auprès de politiciens et de journalistes du pays, afin de satisfaire les intérêts des États-Unis.

    Compte tenu de l’importance des activités ouvertes et secrètes qu’il a menées pour l’Ambassade des États-Unis. UU., Il est devenu une personne de confiance et a noué des liens étroits avec l’ancien AMBASSADEUR DES ÉTATS-UNIS, PHILLIP GOLDBERG.

    ERICK FORONDA fue una de las piezas clave en la organización de la campaña de oposición por el «NO», durante el referéndum constitucional para la reelección de EVO MORALES. Siguiendo la orden de la EMBAJADA DE ESTADOS UNIDOS, con frecuencia se comunicó con los medios de comunicación bolivianos favorables a los Estados Unidos para obtener cualquier información necesaria que pudiera conducir a la victoria de la campaña «NO». Un ejemplo de esto fueron los artículos publicados en la prensa sobre un supuesto asunto entre GABRIELA ZAPATA y EVO MORALES.

    Aussi, l’Ambassade des Etats-Unis. UU. Il a utilisé ORTIZ pour influencer les principaux leaders de l’opposition. Si l’ambassade des États-Unis s’efforce, d’une part, de consolider OSCAR ORTIZ sur CARLOS MESA, son objectif principal est d’éliminer EVO MORALES de la présidence