[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    La CGT Chimie appelle à prolonger le blocage jusqu’au 16/01

    Décembre2019

    Brève publiée le 10 janvier 2020

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://mon-essence.fr/blog/2020/01/10/la-cgt-appelle-prolonger-le-blocage-jusquau-1601/

    Face aux discordes avec le gouvernement sur le sujet des retraites, la branche syndicale de Total appelle à renforcer le mouvement de grève au sein de la raffinerie de Laverra du géant pétrolier.

    Dans l'un de ses communiqués, la Fédération nationale des industries Chimiques-CGT s'était montrée déterminée en affirmant : "La retraite par points, si elle passait, serait une catastrophe pour le niveau des pensions. Elle constituerait un recul de société sans précédent, menaçant l’existence même de la Sécurité sociale !". Les syndicats avaient alors organisé des journées de grèves les 9, 10 et 11 janvier.

    raffinerie de Laverra

    Les discussions avec le gournement semblent toutefois rester sans issue et la Fédération entend durcir son mouvement. Thierry Defresne, Délégué Syndical Central CGT Total Raffinage Pétrochimie annonce via son flux Twitter : "La décision est prise : @FNIC_CGT appelle les salariés du #petrole à maintenir la #greve partout jusqu'au 16/01/2020. La #raffinerie de Laverra a débuté les manœuvres d'arrêt. D'autres sites pourraient suivre par manque de pétrole brut du fait des grèves interpro."

    Située entre Arles et Marseille, la raffinerie en question devrait donc connaitre de nouvelles perturbations durant encore au moins une semaine supplémentaire. La région du Sud est parliculièrement affectée par ces mouvements sociaux. Ce matin, nous apprenions que le département ne disposait plus que d'une seule source d'approvisionnement de carburant : le dépôt de Frontignan. Jacques Vaysse, responsable de la commission carburant affirmait à CentralPresse : "si les blocages ne s’amplifient pas d’ici à mercredi, les choses vont revenir à la normale".

    FNIC-CGT

    A l'heure actuelle, nous comptons 471 stations-services en difficulté partielle et 101 en difficulté totale sur l'ensemble de l'Hexagone.