[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Daniel Mermet : "On est infoutu de faire des médias de gauche qui s’adressent au grand public"

    Brève publiée le 25 janvier 2020

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.regards.fr/la-midinale/article/daniel-mermet-on-est-infoutu-de-faire-des-medias-de-gauche-qui-s-adressent-au

    Mardi, Là-Bas Si J’y Suis fêtait ses 30 ans au CentQuatre à Paris avec près d’un millier de personnes présentes. Émission de radio sur France Inter de 1989 à 2014, Là-Bas Si J’y Suis est aujourd’hui un média en ligne. Daniel Mermet, son fondateur, est l’invité de #LaMidinale.

    ET À LIRE...

     Sur le journaliste et le militant 
    « Il existe des journalistes comme nous qui pensent que les journalistes peuvent contribuer à être utiles et à changer les choses. »
    « Militant n’est pas un gros mot. Nous, on fait un journalisme engagé. »
    « Je fais une grande différence entre journalisme engagé et militant. »
    « On fait un journalisme classique c’est-à-dire qu’on respecte les faits et les données. Et le commentaire est libre. Les faits sont sacrés, le commentaire est libre. »
    « Le journalisme militant serait le journalisme de quelqu’un qui a une conviction et qui va chercher dans l’actualité quelque chose qui va nourrir et étayer sa prise de position. Je ne suis pas du tout d’accord avec ce journalisme là. Et ça n’est pas ce que fait Taha [Bouhafs] pour Là-Bas Si J’y Suis. »
    « C’est assez curieux que la qualification de journalisme militant tombe toujours sur des gens de gauche. »
    « On ne dira jamais de Bernard Guetta ou de Christophe Barbier qu’ils sont militants. Pourtant se sont de vrais militants. »
    « Je crois dans la gauche. »
    « La gauche, ça a une signification. Ça n’est pas fini. C’est un repère pour nous même si les choses bouges. »

     Sur la genèse de l’émission Là-Bas Si J’y Suis 
    « Quand on a commencé, on ne savait pas que le mur de Berlin allait tomber. »
    « Le rêve c’était le voyage : j’avais promis qu’on ferait une espèce de routard radiophonique. »
    « On a fait des reportages qui ont stupéfié la rédaction et la direction [de France Inter]. »
    « À France Inter au début, on m’a vu comme un débile léger, un ex soixante-huitard, voire un rouge-brun. On était soutenu par Pierre Bouteiller [ex directeur de France Inter]. »
    « On a trouvé cette formule assez vite : plus près des jetables que des notables. Ça a été ça notre ligne pendant trente ans. »
    « Je suis né dans la banlieue rouge dans une famille de huit enfants. »
    « On a bricolé beaucoup. On a fait tout ça avec nos pieds. On a beaucoup bossé avec un bonheur fou. Trente ans de reportages et de voyages. »
    « La parole des auditeurs était centrale parce que quand on fait ce boulot on oublie très vite les auditeurs. »
    « Les auditeurs, ils se traduisent par des chiffres : ils sont six millions. Ou six millions et demi. Mais ça, ça n’est pas des auditeurs, c’est de la statistique. »
    « On a tendance à considérer que les auditeurs ont des questions poser. Nous on pensait déjà que les auditeurs avaient aussi des réponses. C’est ce qu’on a fait avec le répondeur. »
    « Le but c’était de faire de l’éducation populaire. »
    « Là-Bas Si J’y Suis, c’est 500.000 auditeurs chaque jour pendant 25 ans sur une ligne anti-néolibérale. On était très peu nombreux sur cette ligne-là. »

     Sur France Inter  
    « Aujourd’hui, France Inter vise les CSP+. On est dans le marketing. Les classes populaires, les jeunes, les vieux, ils s’en foutent complètement. » 
    « La radio, c’est la chanson (…). En 1995, c’était Foule Sentimentale la chanson. C’était ce qu’on chantait dans les manifs. Et Souchon en 3 minutes 40 en disait plus sur l’époque et le siècle que toutes les thèses. La chanson est là pour nous montrer que c’est possible de faire des choses à la fois savante et populaire. »
    « France Inter n’est pas une chaine commerciale, c’est la confiscation d’un service public. »
    « Radio France est un service public fantastique issu directement de la résistance. »
    « Faute d’imagination, personne n’a le courage ni le talent de dire qu’on peut faire autre chose de cette chaine-là. »
    « France Inter est dirigée par des médiocres. »
    « France Inter, c’est un faux succès. C’est du marketing. » 
    « J’ai entendu un matin une consoeur lancer ce commentaire : ”en attendant Godot”. Mais qui comprend ? France Inter, c’est un entre-soi. »
    « Il y a une fracture sociale dans ce pays mais il y a fracture culturelle aussi. Il y a des gens qui sont à l’abandon. Pourquoi est-ce que la radio ne ferait pas quelque chose ? »
    « Il n’y a pas de critique de la radio : tout le monde a quelque chose à vendre - un bouquin, un album. Donc on ne critique pas Radio France. Voilà un endroit qui n’est absolument pas critiqué. »
    « Il faut augmenter les budgets de Radio France et en faire un vrai service public. Et que les décisions soient prises autrement, avec les auditeurs notamment. »
    « Laurence Bloch [directrice de France Inter] a décidé que plus jamais on ne dirait Là-Bas Si J’y Suis ; que plus jamais on inviterait Daniel Mermet. Je m’en fous. Personnellement, ça ne me fâche pas du tout. »

     Sur Là-Bas Si J’y Suis aujourd’hui  
    « On est beaucoup plus libres aujourd’hui. Peut-être trop. »
    « Avant, on était une émission. Maintenant, on est devenu un média. »
    « On a 30.000 personnes qui viennent nous voir tous les jours. Les auditeurs nous ont poussé et nous suivent. On est complètement financé par nos abonnés. »
    « On ne doit des comptes qu’aux abonnés et à l’équipe. »
    « Le seul qui nous a précédé et on l’a complètement copié, c’est Daniel Schneidermann [avec Arrêt Sur Images]. »
    « J’ai envie qu’on se tourne beaucoup plus vers le public populaire. On est un peu trop enfermé dans les sujets bobo-intello-parigot. »
    « Quand les gilets jaunes ont surgi, on n’a pas été surpris. On les connait depuis 25 ans et plus. »
    « On a vu un sociocide c’est-à-dire une partie de la société qui a été complètement détruite avec le mépris de la petite bourgeoisie intellectuelle. » 
    « On nous a appris à parler le langage de l’ennemi. »

     Sur la gauche 
    « La gauche a lâché le peuple. Elle a abandonné le populo. »
    « Tous les médias de gauche s’adressent à la bourgeoisie culturelle alors que les médias de droite s’adressent au grand public. On est infoutu de faire des médias de gauche qui s’adressent au grand public. On l’a fait pendant 25 ans. »
    « La gauche ne pourra s’en sortir que quand elle retissera ce fil avec le grand public. »
    « La gauche a soupçonné les gilets jaunes d’être à l’extrême droite, ils sont antisémites : il y a une espèce d’héroïsation de la classe populaire. Les gens de la classe populaires sont aussi cons que les autres. Il n’y a aucune raison de croire qu’ils sont plus malins. »
    « Notre devise, c’est : de défaite en défaite jusqu’à la victoire finale. »

    Voir toutes les vidéos