[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Deux-Sèvres: cacophonie au PCF à l’approche des élections régionales

    PCF

    Brève publiée le 16 avril 2021

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.anti-k.org/2021/04/15/deux-sevres-cacophonie-au-pcf-a-lapproche-des-elections-regionales/

    https://www.lanouvellerepublique.fr/

    Publié le 13/04/2021

    Samedi 10 avril au siège du Parti à Niort, l’officialisation de l’alliance avec La France insoumise et le NPA en présence de la tête de liste pour la Nouvelle-Aquitaine, Clémence Guetté.
    © (Photo NR)

    Le chef de file aux régionales reproche au PCF des Deux-Sèvres « d’enjamber la démocratie » en optant pour une alliance avec LFI aux élections de juin 2021. Le secrétaire du PCF de Thouars sera candidat sur la liste favorable à Alain Rousset.

    Allié à Alain Rousset en Nouvelle-Aquitaine, mais adversaire politique dans les Deux-Sèvres : la ligne suivie par le Parti communiste à l’approche des élections régionales de juin 2021, est une ligne brisée. C’est encore plus flagrant depuis ce mardi 13 avril : le chef de file des communistes aux élections régionales, Alain Baché, de la fédération des Landes, a fermement condamné dans un communiqué le choix de la fédération des Deux-Sèvres de faire liste commune avec La France insoumise et le Nouveau parti anticapitaliste, plutôt qu’avec l’actuelle majorité régionale et son président sortant.

    Un choix dont Alain Baché, visiblement irrité, a découvert l’annonce officielle en lisant La Nouvelle République de lundi 12 avril.15

    En aucun cas, l’expression très majoritaire des communistes ne peut être remise en cause par quelques responsables d’une fédération qui voudrait enjamber la démocratie.

    Alain Baché, chef de file des communistes pour les élections régionales

    Sa réaction ce mardi : « C’est à une très large majorité, près de 68 %, que les communistes de la région Nouvelle-Aquitaine ont décidé de ce rassemblement (NDLR : avec Alain Rousset). Cette décision doit être respectée par toutes les fédérations et les responsables communistes de cette région. En aucun cas l’expression très majoritaire des communistes ne peut être remise en cause par quelques responsables d’une fédération qui voudraient enjamber la démocratie. »

    Et Alain Baché de prévenir : de toute façon, dans les Deux-Sèvres « comme dans tous les départements, il y aura des communistes » sur la liste pro-Alain Rousset.

    Cas de figure inédit

    On se retrouverait alors avec un cas de figure inédit : un communiste, François Charron, tête d’une liste départementale réunissant PCF, Nouveau parti anticapitaliste et France insoumise, tel qu’il a été annoncé samedi 10 avril. Et des communistes candidats sur une liste rivale, favorable à Alain Rousset.

    Un scénario auquel ne croit pas Bruno Bonin, secrétaire départemental du PCF. « À moins qu’on ne fasse venir des parachutés, je ne vois pas qui pourraient être ces candidats. » Si les militants deux-sévriens peuvent être tiraillés entre deux tentations, explique-t-il, c’est entre les tenants d’une proximité avec LFI et ceux d’une indépendance jalousement conservée, mais assure-t-il, une alliance avec le PS ne rallie aucun partisan.

    « Ça n’aurait pas de sens d’aller sur une liste en faveur d’Alain Rousset »

    Le PCF des Deux-Sèvres enjambe-t-il la démocratie en faisant fi du vote néo-aquitain ? C’est justement au nom de la démocratie que Bruno Bonin défend la ligne retenue : « Dans les Deux-Sèvres, plus de 46 % des militants se sont prononcés pour une liste avec LFI et le NPA, et 17 % pour une liste avec le PS. Alain Baché a le droit de dire ce qu’il dit et de le penser, mais ça n’aurait pas de sens d’aller sur une liste en faveur d’Alain Rousset. Je ne peux pas faire autrement. Je ne veux pas perdre la confiance de ceux qui luttent. »

    Inenvisageable, explique Bruno Bonin, de faire alliance avec un Alain Rousset présenté comme pro-bassines et pro-Macron : « Il faut être conséquent avec ce pour quoi on lutte. »

    Le secrétaire de Thouars sur la liste favorable à Alain Rousset

    Vérité à Niort, mais pas vérité à Thouars. La majorité en faveur de l’alliance avec LFI n’a été que relative, souligne Bruno Fornaciari, secrétaire du PCF de Thouars. « C’est une minorité qui a choisi La France insoumise, même si c’était le groupe le plus important. » Et souligne-t-il, la fédération des Deux-Sèvres n’avait pas le droit selon les statuts d’engager le parti dans cette alliance, car aux régionales, c’est le vote des militants à l’échelle de la région qui seul compte. Bruno Fornaciari annonce qu’il sera candidat sur la liste p16ro-Alain Rousset.