[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Occitanie: Le NPA rejoint La France insoumise pour les élections régionales

    France-Insoumise NPA

    Brève publiée le 17 avril 2021

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://lemouvement.info/2021/04/16/occitanie-le-npa-rejoint-la-france-insoumise-pour-les-elections-regionales-nous-scellons-notre-rassemblement/

    Myriam Martin, Christian Belinguier, Pauline Salingue et Manuel Bompard (© Occitanie populaire)

    Myriam Martin et Manuel Bompard, co-chefs de file de la France insoumise pour les élections régionales tenaient une conférence de presse, ce vendredi à Toulouse pour présenter les nouveaux contours politiques de l’Occitanie populaire.

    Entourés de ses partenaires du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Pauline Salingue et de la Gauche Démocratique et Sociale (GDS), Christian Belinguier, les deux insoumis étaient tout sourire.

    C’est acté, la démarche « Occitanie populaire » s’étend aujourd’hui au NPA« on est ensemble aujourd’hui, parce que l’on mène des combats communs », précise Myriam Martin,« on scelle aujourd’hui un accord pour faire des listes communes », complète la conseillère départementale.

    « Représenter notre camp » – Pauline Salingue (NPA)

    À l’image de sa stratégie en Nouvelle-Aquitaine, et après le refus d’EELV de mener liste commune, la France insoumise a fait le choix en Occitanie, de se recentrer sur la gauche radicale.

    Une satisfaction pour Pauline Salingue du NPA,« on est satisfaits d’être ici aujourd’hui », la déléguée syndicale CGT du CHU de Toulouse précise,« on part ensemble pour une campagne offensive, avec un profil de lutte, un profil combatif ».

    Pour Christian Belinguier, il y a aussi une forme de satisfaction, « cela fait quatre mois que nous travaillons à l’unité de la Gauche »« La France insoumise a montré sa volonté de réaliser cette démarche ». Si le représentant de GDS regrette l’absence d’alliance avec les écologistes, « mais ce n’est pas de notre fait », celui-ci espère de nouveaux ralliements dans les prochaines semaines, « nous espérons que d’autres nous rejoindront. » Et surtout de conclure, combatif, « cette campagne peut être très productive et offrir une alternative réelle ».

    Pour l’eurodéputé Manuel Bompardcette alliance est l’« aboutissement d’une travail commun et d »une présence commune dans les mobilisations ». Pour le porte-parole insoumis, on reste philosophe, « cette décision marque une forme de clarification ». Alors que les dates définitives ont été arrêtées il y a peu, l’élu l’affirme, « on a pris acte que les élections ont été maintenues », mais « on est inquiets sur les conditions du scrutin. »

    La tête de liste désignée la semaine prochaine

    Si peu de chose semble acté pour le moment, le chef de file des insoumis a déjà confirmé que le NPA conduira la liste dans les Pyrénées-Orientales, que Pauline Salingue sera en troisième position en Haute-Garonne et Christian Belinguier sur la liste.

    En pratique, l’appel autour d’Occitanie populaire devrait « continuer à vivre et à exister », et servir de vivier de candidature (prés de 200 ayant déjà été récoltées via la plateforme).

    https://www.ladepeche.fr/2021/04/16/regionales-en-occitanie-les-insoumis-et-le-npa-font-liste-commune-9492514.php

    De gauche  à droite: Myriam Martin, Christian Bélinguier, Pauline Salingue et Manuel Bompard. La France insoumise a conclu une alliance avec le Nouveau Parti anticapitaliste et la Gauche démocratique et sociale pour présenter une liste commune aux élections régionales de juin en Occitanie.

    Après l’échec des négociations avec Europe Ecologie les Verts, qui avaient été relancées dernièrement, La France insoumise, par la voix de ses deux chefs de file, Myriam Martin et Manuel Bompard, a officialisé l’accord conclu pour les Régionales de juin avec le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) lors d’un point presse, ce vendredi 16 avril, en présence de Pauline Salingue, représentante du NPA, et syndicaliste au CHU de Toulouse, et de Christian Bélinguier pour la Gauche démocratique et sociale (GDS). Le mouvement de Gérard Filoche avait déjà conclu une alliance avec LFI.

    Cette liste commune a pour but de proposer « une alternative politique », a souligné Myriam Martin, axée sur trois urgences : sociale, climatique et démocratique. Pauline Salingue promeut « une gauche de combat » en lien avec les manifestations, comme celles des Gilets jaunes. Christian Bélinguier veut « rompre avec les politiques productivistes que la Région ne fait qu’accompagner. » Pour Manuel Bompard, il faut ainsi interdire les aides aux entreprises qui licencient.

    Les trois partenaires vont prochainement présenter les têtes de listes et candidats. En Haute-Garonne, la liste devrait être conduite par Myriam Martin, avec Manuel Bompard en seconde place. Le député européen a indiqué que la troisième place serait occupée par Pauline Salingue. Et que le NPA conduira la liste dans les Pyrénées-Orientales.

    Au Parti socialiste, Bertrand Monthubert n’est pas reconduit

    C’est la déconvenue pour Bertrand Monthubert. Le conseiller régional sortant, numéro 2 en Haute-Garonne derrière Carole Delga en 2015, ancien président de l’université Paul-Sabatier, ne figurera pas sur la liste des régionales 2021. Hier soir, lors de son conseil fédéral en visioconférence, le Parti socialiste de la Haute-Garonne, qui désignait son quota de candidats, a entériné la liste proposée par la présidente sortante et candidate à sa succession et, sur laquelle, ne figurait pas le nom de Bertrand Monthubert, une liste présentée par son directeur de campagne Kamel Chibli. Le mathématicien était pourtant prêt à repartir. Le Parti socialiste a investi pour les places éligibles : Carole Delga, Nadia Pellefigue, Rachida Lucazeau, Marie-Caroline Tempesta, Nathalie Mader, toutes conseillères régionales sortantes, et, pour les hommes, Philippe Briançon, John Palacin, et Fabrice de Comarmond, le numéro 2 de la Fédération socialiste. Le conseil fédéral a voté à la quasi-unanimité pour la liste présentée.